Après avoir multiplié les provocations, le pouvoir et l’opposition appellent leurs militants au calme à l’approche du scrutin du 24 février.

 

Au Sénégal, pays souvent cité en modèle de démocratie en Afrique de l’Ouest, on aime jouer à se faire peur. Jeudi 24 janvier, dans la nuit de Dakar, plusieurs hommes ont pénétré par effraction dans les locaux des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef), le parti d’Ousmane Sonko, candidat à l’élection présidentielle du 24 février. Repoussant le gardien, ils ont fendu le mobilier à coups de machette puis ont poursuivi un militant jusqu’à ce qu’il saute un mur. « Yoff appartient à Abdoulaye Diouf Sarr »,auraient crié les agresseurs, citant le nom du maire de cette commune populaire de la capitale, également ministre de la santé et de l’action solidaire.

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 76 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…