Imam Bousri affirme : «  A quoi bon construire des mosquées quand on a tendance à bafouer la foi des croyants ? » En effet, il n’y de pire erreur que le fait de nuire à la paix intérieure d’un croyant. Après tout, les mosquées et autres lieux de culte ont pour cible principale l’homme., ce digne représentant de Dieu sur terre.

Etre musulman, c’est se soumettre corps et âme à ce Dieu qui ne nous a crée que pour « donner une réponse positive aux exigences de sa gloire », histoire de reprendre les propos d’un sage de la religion de Mahomet (psl). C’est une question de perception. C’est l’exemple d’une personne fraichement convertie à l’islam. Il lui serait simple de rompre tout de suite avec l’étiquette de néophyte que d’aucuns risquent de lui coller en ayant pour tremplin ceci : un changement de point de vue dans les différents domaines de la vie, avec pour conseiller le livre saint, pour directeur de conscience le Prophète de l’Islam (psl) et pour tremplin une logique s’inspirant de la parole d’Allah. Un esprit averti de l’Islam l’a si bien compris, notamment en invoquant le ciel en ces termes : «  Seigneur, faites que ma logique soit conforme à la tienne ! » Autrement, l’on risque de se perdre dans les dédales d’une pratique dépourvue de toute forme de spiritualité.

Etre musulman, c’est, au-delà d’un intérêt accordé aux piliers de l’islam, l’adoption d’une philosophie de vie qui promeut la sanctification de tout acte. Qui dit pilier dit forcément ce qui tient une bâtisse construite. Et qu’en est-il de l’intérieur ? Il suffit de commencer par donner un sens assez pratique à ce qu’on désigne par le vocable arabe « Haqiqa » (réalités essentielles). C’est le cas des invocations faites après chaque prière-Bàqiyatou Sàlihàte-. Elles constituent une continuité par rapport à ce geste de piété. Pour certains adeptes de la jurisprudence islamique, elle est aussi ce qui, d’une certaine manière, « répare toute erreur ou manquement frôlant une forme d’inattention, voire même un manque de concentration. » En ce qui concerne la dimension mystique de la chose, on conçoit que la pratique de la « Bàqiyatou Sàlihàte » peut s’effectuer dans la vie active : c’est le scénario illustrant l’homme qui, au moment de quitter son lieu de travail, décide soudainement de rester, ne serait ce que pour quelques minutes afin de parfaire les taches accomplies, ou d’en faire encore plus. Et c’est justement là que se trouve déposée la grâce divine. C’est ce qui fait la différence entre un travailleur qui gagne modestement sa vie, et qui semble dix fois plus heureux que le riche industriel qui peine à se sentir comblé, et cela malgré les richesses accumulées et le luxe qui l’entoure.

Etre musulman, c’est être en paix avec soi même. C’est aussi lié à l’adoption d’un comportement social exemplaire. Serigne Moustapha Sy, le guide des Moustarchidines, interpelle son auditoire et même la conscience collective ainsi : « A quoi bon n’être là que pour construire des édifices souvent vides d’occupants ? Et il y’a que l’occupant ne se sent plus en sécurité entre quatre murs souvent cimentés par un idéal conflictuel. » C’est une question de discernement. C’est surtout une façon de peindre des comportements qui vont à l’encontre des principes qui trahissent tout projet de société, parce que non conformes aux « comportements dits islamiques ». Cheikh Ahmadou Bamba (rta) va plus loin. Pour lui, certaines attitudes qui ont fini de peindre le quotidien de notre société ne pourront nullement être cautionnés par le ciel. Et le guide tant vénéré du Mouridisme de citer : « le fait de décevoir son prochain ou de tenir deux discours différents par le culte d’une forme d’ambigüité sont bannis. Au jugement dernier, Il s’agira là de deux choses que le très haut ne pardonnera pour rien au monde. » N’est-il pas donc temps que l’on interpelle d’aucuns par cette formule : « Sommes-nous musulmans ? »    

Maam Cheikh

Chroniqueur

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.                                   

Évaluer cet élément
(3 Votes)
Lu 460 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…