« Ababakar Sy est notre père. Fut-il dans sa tombe, nous continuerons à le glorifier pour l’éternité ! » Aristocrate mystique avec pour seul chef spirituel le prince de la Tijanya, Al Maktoum témoigne ici d’une compassion dépourvue de toute tendance « confrérico-biologique ».

 C’est l’œuvre d’un patriarche, celui là qui su éclairer le chemin parsemé d’embuches d’une jeunesse. Homme de Dieu, Scientifique, Théologien, Commandeur des Croyants, Docteur de la foi, Homme de lettres, Tribun, Mufti, Catalyseur Socio-Politique, Khalif de L’Islam, Chef Spirituel, Guide Religieux, Philosophe, Poète, Ténor…le legs de Serigne Babacar SY (RTA) est d’une intemporalité et d’une universalité qui surpassa l’égo de ses contemporains. Voila 62 ans que Le Khalife quitta ce monde. Al Maktoum a toujours su peindre sa noblesse par une rhétorique et un style dont lui seul connait le secret de la profondeur. Retour sur les grandes lignes des prophéties d’Al Khalifa citées par Al Maktoum.

 

                                                                    POLE INCONTESTABLE ET INCONTESTE DE SON EPOQUE

Dans une Lettre Ouverte publiée le dimanche 9 janvier  1994, Serigne Cheikh Tidiane SY évoquait l’héritage spirituel de l’homme au bonnet carré. « Il ne m’appartient pas de choisir, c’est un problème qui dépasserait largement mes prérogatives », affirme Seydil Hadj Malick SY (RTA). « Effectivement, d’autres que lui m’ont choisi », confirme Serigne Babacar Sy (RTA). Et Al Maktoum de préciser : « C’est une question de consensus où les esprits rachitiques n’ont pas leur place. »

 Comme quoi, les héritages spirituels des grandes familles n’ont eu pour tremplin que les grandes réalités (Haqiqa). Lorsque le ciel s’adressa d’un ton majestueux à son prophète (psl), en précisant avoir crée Adam, Noé et Abraham, le fameux « wa àala Ibrahim » a été interprété par les grands de la sainteté comme une « déformation en termes de rhétorique ». Déformation faisant fie de l’avènement d’un héritage père-fils. Et l’histoire de se répéter à un rythme plutôt authentique ; le legs de Cheikh Ahmad Tijany Chérif (rta) et d’El Hadj Oumar Tall (rta) finirent entre les mains de celui qui ouvra la porte de la citadelle qui promu l’héritage père-fils : Seydil Hadj Malick Sy (rta). Et Tijany Ibn Babou de chantonner l’honneur des érudits en question :

« Oulàà ikal Qamw

Wa Ashàbou Rassoul

Wa Ashàbou Tijany

Wa Ashàboubnou Ousmàna »

Des dignes apôtres (qawm) aux inconditionnels de Mawdo (ashàbou ibn ousmane)), en passant par les compagnons du prophète (ashàbou rassoul) et les disciples de Cheikh Ahmad Tijany Chérif (ashàbou tijany),  le Khalif Ababakar Sy (rta) ne pouvait pas ne pas incarner cette légende vivante à la « Jamàliya » si authentique et à la « Jalaliya » si distinguée.

.

                                                                   CHEF SPIRITUEL AU  CHARISME LEGENDAIRE

« Ababacar Sy n’a jamais cessé de plaire, évitant de jouer avec le destin des gens. » (« Serigne Babacar Sy meussoule foyé bakkanou nitt gni ») témoignage  Hadj Saidou Nourou Tall (RTA). Une assertion reprise par Serigne Cheikh Tidiane Sy dans Jouer avec le Destin. Il n’y a d’entreprise plus complexe que de jumeler une rigidité à un charisme si rare…  

Aujourd’hui, le phénomène de l’obscurantisme religieux fait qu’on séduit plus qu’on instruit, avec un «caricaturisme » associé à une quête de disciples. C’est le début d’une crise si bien illustrée au 7e siècle par l’étoile de Médine. Seydil Hadj Malick Sy (RTA) l’avait bien compris, parce qu’ayant légué aux générations futures cette prophétie: «Il arrivera  une époque où la prêche sera l’affaire des illettrés », tout en ayant surtout opté pour une minorité de qualité (ilàhiya fadj al euhlanà wa euhla ghourbatine).

 

 

                                                          LA VOLONTE, FONDEMENT DE L’ŒUVRE DE L’HOMME DE DIEU

La volonté est un mot maitre dans l’œuvre d’Al Khalifa, en atteste sa fameuse invocation : « Seigneur ! Préservez-nous d’une paix superficielle ! Une paix qui tue la volonté d’un homme.»  Une invocation qui frôle la «conception maktoumienne » de la valeur, celle que le confort sous toutes ses formes  rebute, parce que justifiée par l’élément qu’est la valeur : la rigueur. « Un champ céleste est un champ de bataille. On y laisse sa vie ou du moins le confort de sa vie », nous confie l’auteur de Fa Ileyka. Paix ne signifie donc nullement chez ces chefs spirituels absence de contrainte. Loin de là, elle est un état d’esprit qui n’empêche nullement l’attachement aux grands objectifs de chaque siècle.

 

                                                             UNE POSITION DE NON INDEPENDANTISTE CONFIRMEE

Il faut être le digne successeur de Seydil Hadj Malick Sy (RTA) pour oser dénoncer à la fois le manque d’ambition de la France et les ambigüités de la politique politicienne. L’homme au bonnet carré soutenait que de l’envoi de grands missionnaires, la France est passée à l’expédition de simples salariés au Sénégal.

« Je suis français aujourd’hui. Je le serai encore demain. Pourquoi ne pas accorder une double nationalité à un homme doublement colonisé ? », rétorque t-il, confession si bien illustrée par Al Maktoum dans Islam & Monde Occidental en 1994. Les impénitents prirent le chemin inverse. La rupture brutale avec la France fut à l’origine d’un déséquilibre total en matière politique. Le temps a fini par donner raison à sa position de non indépendantiste, avec les vicissitudes constatées dans la gestion des institutions depuis l’indépendance. Pire, aujourd’hui, la colonisation n’est plus une question d’occupation de terres, mais plutôt une façon «d’occuper les consciences». Un complexe qui demeure comme figé dans le moi profond de la plupart des fils de l’Afrique. Demba n’a pas cessé de voir en Dupont  «un autre », originaire d’une «race supérieure ».

 

 

                                                      UN DIGNE REPRESENTANT DE DIEU SUR TERRE

La religion est perçue par Serigne Cheikh Tidiane Sy comme une tension perpétuelle qui n’a d’yeux que pour l’équilibre, pour la bonne grâce de tout ce qui existe. Les trois dimensions auxquelles il lui assigne font du fils de Seydl Hadj Malick Sy (rta) le grand père spirituel de toute une jeunesse :

-Elle est source de grâce, et le Khalif a accompli tous ses devoirs religieux sans défaillance aucune vis-à-vis de son créateur ;

-Elle est attitude raisonnable et raisonnée de la créature à l’égard de son créateur, et l’homme au bonnet carré à respecté toutes les recommandations divines ;

-Elle est comportement social, et le digne héritier de Seydil Hadj Malick Sy(RTA) a apprit à ses disciples à connaitre et à suivre l’éternel.

 

La mémoire d’Ababakar Sy (rta) restera à jamais le centre de rayonnement de toutes les œuvres des petits-fils spirituels de ce dernier. Sokhna Rokhaya Ndiaye, elle, en mère comblée et fière de ce prince de la Tjanya, confia pour seul témoignage : « Mon fils Ababakar Sy (rta) a remplit tous ses devoirs. » 

 

Maam Cheikh

Chroniqueur

 

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Évaluer cet élément
(2 Votes)
Lu 1093 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…