Il est difficile de cerner toutes les dimensions d’une grande figure de l’Islam comme Serigne Mourtada, cependant on peut aborder certains aspects de l’œuvre gigantesque qu’il a accompli durant ces quatre-vingts deux années d’existence. Pieux, il cultivait la simplicité comme pour symboliser l’égalité de tous devant Dieu. Cet érudit de conviction et d’envergure, qui perpétuait un héritage spirituel d’une dimension sans commune mesure, s’est beaucoup investi dans le domaine de l’éducation, par l’implantation dans tout le Sénégal et dans d’autres pays africains des écoles arabes et coraniques qui ont formé plusieurs générations d’érudits.

C’est vers les années 70 qu’on a vu émerger de véritables écoles modernes regroupées au sein de ce qui ont à appelé l’institution Al Azar. Cette institution a vu le jour le 15 décembre 1978 à Darou Salam (Ndam) actuellement dirigé par un de ses fils d’une érudition et d’une compétence extraordinaire : Serigne Saliou.

Cette institution avait pour objectifs principaux de renforcer la foi authentique chez les musulmans, en leur assurant une bonne éducation et de contribuer efficacement à la lutte contre l’analphabétisme, la criminalité et le chômage. Serigne Mourtada a fondé l’établissement islamique AI Azar pour concrétiser les vœux de son père, qui accordait un grand intérêt à l’enseignement et à l’éducation. Il disait aux jeunes à ce propos : « Quiconque vous Interdit de vous instruire est une personne égarée et représentant de Satan. Je recommande à l’ensemble des adeptes de pratiquer la religion, d’avoir une bonne conduite et de s’instruire. C’est grâce à ces trois-là que les désirs peuvent se réaliser ».

L’Institut AI Azar accueillait un grand nombre d’élèves en régime d’internat complet gratuit. Serigne Mourtada assurait le financement. C’est quelque temps plus tard qu’une réorganisation a préconisé des droits de scolarité symboliques. L’Institut AI Azar, encadré par 221 enseignants, dont 14 coopérants égyptiens, sont pris en charge par le marabout. Pour financer toutes ces écoles, Serigne Mourtada entreprend différentes activités économiques, notamment dans le domaine de l’agriculture, le transport, l’industrie alimentaire, le commerce, les stations-service.

Les écoles ne sont pas gratuites, mais compte tenu du fait qu’elles accueillent des enfants de couches populaires, les frais d’inscription et de scolarité sont tenus très bas. D’où leur insuffisance à couvrir les dépenses de fonctionnement du réseau AI Azar. Animé par un élan de grâce et de motivation, il évoluait en permanence dans une optique qui visait l’intensification de la luminosité de l’Islam au Sénégal et partout ailleurs dans le monde.

De grandes œuvres, fruit d’un labeur acharné, sont aussi à l’actif de cet homme de plus de 60 ans. Ainsi, il aura investi divers secteurs d’activités, notamment dans le transport, l’édition, l’agro-business à Ross-Béthio dans le Delta du Fleuve Sénégal, recrutant sur place des agriculteurs salariés.

Sa dernière trouvaille, c’est le secteur de la boulangerie. Le marabout envisageait d’installer des PMI, PME qui devaient être gérées par des Sénégalais diplômés et à la recherche d’emplois.

Aujourd’hui, de par son action, le Sénégal compte plus de 115 instituts disséminés à travers 11 régions. Et plus de 500 à travers le monde (...)

Chaque année, les différents instituts forment une centaine d’enseignants en langues française et arabe. A ce jour, AI Azar a formé plus de 1.000 enseignants intégrés dans la Fonction publique.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 432 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…