Compagnon le plus célèbre mais aussi le plus incompris, Mame Cheikh Ibra Fall est accepté par tous comme ayant joué un rôle capital auprès de Cheikh Ahmadou Bamba, sans jamais heurter l'intransigeance de ce Maître sur les principes fondamentaux de l'Islam.

Né vers 1860 à Ndiamby Fall, un village proche de kebemer, ce descendant de la lignée royale du cayor était doublé d'un fin lettré.
Ce n'est que vers les années 1880 que suite à de longues pérégrinations à travers le pays Cheikh Ibra trouva enfin le Maître dont il était pari à la recherche. Ce 19e jour du mois de Ramadan est actuellement célébrée chaque année par ses descendants.

En cette époque, Cheikh
Ahmadou Bamba professait le Coran et les sciences religieuses dans la concession de son père, au village de Mbacké Cayor où l' avait installé le damel Lat Dior de son retour d'exil. Pendant que les étudiants continuaient de s'interroger sur le contenu des livres et la traduction des formules secrètes du coran, Cheikh Ibra Fall en se soumettant entièrement à ce Maître, introduisit un nouveau type de rapport qui allait marquer le mouridisme naissant. Si aujourd'hui on lui doit le sobriquet de « Lamp- Fall »ou de « Baboul Mouridîna : porte du mouridisme », c'est surtout parce qu'il a balisé par le travail et une abnégation totale, le chemin historique du mouridisme.

Infatigable défricheur des sites où Cheikh Ahmadou Bamba allait installer ses nouveaux villages, il était le chef de file dans les tâches de construction et de production agricole.

En 1912, lorsque Cheikh Ahmadou Bamba, de retour de ses différents exils fut maintenu en résidence surveillée à Diourbel, Cheikh Ibra, à l'instar des autres grands compagnons s'établit dans la ville à quelques foulées de cheval de la demeure du Maître. Sa grande concession par extension est devenu le quartier qui à Diourbel porte son nom.

Les Baye-Fall, multipliés au gré de la baraka du Saint homme, continuent de conserver le statut de leur précurseur et prolongent son œuvre , toujours à côté de la descendance de Cheikh Ahmadou Bamba. Apres sa disparition en 1930, cinq de ses fils prirent successivement la succession : Serigne Modou Moustapha Fall, S. Abdoulaye Fall, S. Mor Talla Fall, S. Assane Fall, et S. Abdou Sakor Fall. Aujourd'hui, la confrérie est passée sous l'autorité de l'aîné de ses petits fils, Serigne Modou Aminata Fall.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 449 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…