Sokhna Sophie Dem confie à une condisciple dont la compassion envers le docteur de la foi est d’une envergure  débordante : «  En vérité, Serigne Moustapha Sy ne sera nullement épargné par ceux qui ne sont là que pour tenter d’entacher la dignité des élus de Dieu. Et c’est logique d’autant plus que ses prédécesseurs ont eu affaire à des ennemis dont la ténacité justifie une haine assez rare.»

C’est l’exposé de la poussée d’un mal qui justifie à jamais cette assertion d’Al Maktoum : « l’Homme du monde est capable de toutes les bavures. » Si le geste des grands de l’islam mérite respect et glorification, il n’en demeure pas moins que la théorie du complot a, tout comme lui, résister aux vicissitudes du temps. Elle a su, tout comme la foi, trouver un refuge. Mais à défaut du cœur du croyant, elle a préféré séjourné, au fil des siècles, dans les cœurs des adeptes de la haine et de la jalousie.

En effet, l’occident évoque cette fameuse théorie depuis des siècles, mais ne met en exergue que l’aspect sournois, illégal et néfaste de la chose. La franc-maçonnerie, l’avènement de l’anti-communisme aux Etats-Unis, l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, le fameux Da Vinci Code entre autres en sont des exemples frappants. Mais ici, il s’agit de relater des récits qui n’ont rien à voir avec le contenu des manuels d’histoire, parce qu’affiliés au mémorial des héros du ciel. 

 

                                L’Epopée d’Adam Ou L’Avènement de L’Illicite

 L’histoire sainte nous raconte l’épopée d’Adam, opportunité pour un nommé Lucifer de concrétiser le concept. L’ennemi juré des partisans du mal déclare : «Je n’ai qu’une seule préoccupation, c’est d’anéantir ceux qui sont susceptibles d’incarner la noblesse voulue par le ciel. » Et l’homme à la djellaba de mentionner sa conception de la chose : « Il est de tradition qu’en matière d’adversité, le ciel a toujours préféré faire face à un adversaire dont la ténacité est d’une stature colossale, afin de pouvoir donner un sens aux exigences de sa gloire. » Le pouvoir, la femme et les interdits devinrent les armes tant convoités d’Iblis. Une logique qui fleurete avec celle du Tribun de Tivaouane, dans l’un de ses discours magistraux sur l’unicité de Dieu au siècle passé : « L’autorité d’Adam, la dignité d’Eve, les insuffisances de Satan et le secret renfermé par le fruit défendu témoignent tant bien que mal de l’existence éternelle d’un mal qui aura pour commencement le déséquilibre social.» Mais le Responsable Moral a soulevé une équivoque des plus pertinents : c’est que cet amalgame est une occasion pour le ciel de tester la volonté du croyant, histoire de prouver que ce qui donne un sens à la foi se trouve dans un courage justifié par une soumission sans faille à Allah.

 

                            Le Récit de Noé Ou La Naissance de La Haine

 Au fil des siècles, la théorie du complot s’est manifestée par « l’avènement de la haine. » Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy évoque une faiblesse du temps, histoire de citer ceux là qui ont fini par en devenir victimes, parce qu’ayant vu leur sérénité bafouée par la réussite d’un autre. Serigne Moustapha Sy, lui, va plus loin, notamment en parlant de l’aspect héréditaire de la chose. Ce qui justifie la volonté de Noé de voir son peuple anéanti, parce que conscient de l’existence d’un mal qu’aucun miracle prophétique ne peut éradiquer. Là aussi, le ciel procède par une volonté émanant d’une démarche qui lui est propre, en ne daignant point épargner l’entourage de son envoyé de missionnaire.

« Quoi de plus remarquable que la démarche des mystiques en termes d’invocation ? Seydil Hadj Malick Sy (rta), lui, a préféré jouer la carte du sens de la mesure : prier Dieu de l’épargner du mal de la personne du mécréant plutôt que du mécréant lui-même », confie l’auteur de Daa al bilàd. Il va plus loin : « la théorie du complot est de l’ordre du divin. Toutefois elle n’a de sens que quand il y’a un esprit libidineux apte à la matérialiser. » Ce qui semble plus profond aux yeux des ouverts d’esprit, comparé à la conception scientifique de la chose.

 

          L’Histoire De Salomon Ou La Procréation des Forces Invisibles

Avec le règne de Salomon, la théorie a trouvé sa place au sein de la famille même du roi et prophète. Un seul prétexte justifia la présence des forces du mal auprès de son frère en Egypte : le cumul de deux pouvoirs, notamment la royauté et la prophétie, jugé anormal ici. Salomon ne dut son salut qu’a l’impact de l’alliance avec Balqis-et non une simple coalition- ainsi que de l‘intervention d’autres forces, dix fois plus puissantes, parce qu’invisibles.

 

                   L’Aventure de Moise Ou L’Eclosion des Massacres

Avec Moise, les massacres devinrent les seuls moyens pour prévenir une quelconque naissance promue au rang de succession. Mais la mésaventure de l’interlocuteur par excellence fut une occasion pour le ciel de théoriser trois principes : une soumission corps et âme à Dieu summum de toutes les richesses, une intimité avec le ciel gage d’un bonheur inouï et une guérison de l’âme symbole d’une quiétude. « Le seul impératif qui vaille, en matière de guérison, demeure pour le médecin une nécessité de rattacher sa conscience à l’existence de ce que l’on peut désigner par une volonté divine », précise le pensionnaire du relais. En occident, même la vaccination fut, à une certaine période, visée dans le cadre de la théorie du complot, histoire de faire croire à une création visant du profit et non un désir de prévenir une quelconque maladie.  

 

                         La Venue du Christ Ou L’Apparition de Sectes

Avec le Christ, les adeptes de la fameuse théorie ont remué ciel et terre afin que l’histoire du fils de Marie fasse l’objet de toutes sortes de confusions. Même le fait qu’il fut « coupé de ses originales orientales » trouva sa place dans une lettre de l’homme du 15 mars, « islam et monde occidental », notamment sous forme de dénonciation d’une certaine tendance dominatrice née en occident. L’avènement d’une secte de la franc-maçonnerie, instaurée par les juifs au quatrième jour de la naissance du chef de file des douze apôtres, est une parfaite illustration de ladite théorie. Cependant le désir de l’éliminer resta vain. Quant aux adeptes d’une « illustration sentimentale » de la chose, ils optèrent pour une mise en scène qui le donne pour victime de la croix.

 

L’étoile de Médine, bien que confronté aux vipérins usant de la théorie en question, eut pour tremplin dans son œuvre une sanctification par le Seigneur de ses actes fréquents. Seydouna Mouhamad (psl) a su, inspiré par ce Dieu qui fut pourtant celui de Moise, Nouh, Insa et Salomon, donner un sens céleste à ses moindres répliques ou gestes.

L’étoile de la théorie du complot brille toujours  lorsque le missionnaire prendra la peine de contempler le ciel. Mais cela ne pourra point l’empêcher d’accomplir ce qui justifie sa présence sur terre. Le reste dépendra de la lucidité de son entourage et des préceptes de son oeuvre, tout en sachant que l’essentiel demeure la manifestation divine.

Il faut être doté d’une finesse d’esprit à l’image d’Al Maktoum pour déceler les traits de cette volonté ainsi : «  Dieu a assisté à toutes les catastrophes du monde. Il a assisté à toutes les guerres, à toutes les paix et à la chute de toutes les divinités. »

Il faut être un Responsable Moral aussi éminent qu’Al Mourchid pour pouvoir également cerner les changements de visage de la théorie du complot : expression d’un machiavélisme par des gestes assez inhumains à l’égard des « Abàdilah », campagne de dénigrement ciblant les écrits de l’Imam Ghazali, complot contre la personne d’Abou Hanifa, déclaration de persona non grata pour l’Imam Chà fi I, violence verbale à l’égard de l’Imam Malick, opposition à l’avènement de la confrérie de l’Imam Chàzili, objection face au savoir incommensurable ayant élu domicile dans la mémoire de Cheikh Abdoul Qadr Al Jaylàni, exclusions d’Abou Yazid, de l’Imam Boukhàri et de Zounounile Basri, complot et éxécution de Halladj.

                         La Tijanya Face Aux « Anti-Confrériques » Nés

Avec les Seigneurs de la Tijanya, la théorie est, cette fois-ci, devenue l’affaire des ennemis des dignes héritiers du prince de l’espèce humaine (psl) .

Cheikh Ahmad Tijany Chérif (rta) canonisa une indulgence à l’égard des grandeurs de l’univers loin d’être préparées à se mesurer aux imbus d’une profonde Haqiqa (réalités essentielles). Et pourtant, l’on raconte toujours ce qui fut à l’origine de l’assassinat de ses deux fils ;

Que dire donc de Seydil Hadj Malick Sy (rta), exclu de son domicile à Saint Louis, et errant dans les rues de la vieille ville pour trouver une demeure ? Heureusement que le livre saint ne cautionne l’ostracisme que dans le domaine de la foi. Seuls ceux que rebute une adhésion à la cause Mahométane peuvent être considérés comme des exclus. Et Serigne Cheikh Tidiane Sy de s’insurger : « Ils se sont exclus eux-mêmes, parce que peinant à croire à ce qui a été révélé au prophète de l’islam (psl). »

Le tout du bien, Cheikhal Khalifa Ababakar Sy (rta) a, selon le Responsable Moral, bénéficié d’un privilège en tant que Khoutbou. Ce qui a contribué à dissiper toute manifestation exotérique des conséquences des ruses des ennemis. Quant à l’homme à la djellaba, l’on se souvient encore de cette Une du Journal la vache-« les magouilles de Cheikh Tidiane »-, histoire de vouloir agir sur la conscience publique en diabolisant celui qui demeure la parfaite incarnation de tous les saints.

 

                          Et Depuis, le Mal Est Toujours Parmi Nous

 Une « mentalité complotiste » pèse toujours sur la conscience de quelques esprits rachitiques dans ce pays. Cependant elle ne saurait perturber la protubérance de la cause Moustarchide. C’est simple : les moustarchidines ont su, au Sénégal, nationaliser la prise de conscience, afin que le sens de responsabilité soit éloigné du prestige et que la quête de droiture prenne le dessus sur la haine et l’injustice. La genèse de la théorie du complot montre que le refus de l’effort ne peut servir à l’aspirant. La présence de l’ennemi pèse sur la conscience, et toute forme d’émotion que suscite le mal que ce dernier commet doit être transformée en action pour le bien de sa cause. « Seigneur, épargnez-moi d’une paix superficielle. Une paix qui tue la volonté d’un homme », aimait à prier Ababakar Sy (rta).

 

Maam Cheikh

Chroniqueur

Senpresse.com

Évaluer cet élément
(42 Votes)
Lu 4965 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…