Jamais dans l’histoire politique du Sénégal, les opposants au régime du Président Macky n’ont été aussi bâillonnés, emprisonnés et humiliés sous l’autel du pouvoir de la force. Ce mardi, le sit-in du Front de résistance national (Frn) prévu devant le ministère de l’intérieur s’est terminé en queue de poisson. Plusieurs responsables de ce Front ont été violentés et jetés dans les paniers à salades.

Ce mardi, le sit-in du Front de résistance national (Frn) prévu devant les locaux du ministère de l’intérieur s’est terminé en eau de boudin. Certes, il y a eu quelques affrontements sporadiques entre manifestants et forces de l’ordre autour du rond point Sandaga, à Dakar, mais l’ampleur qu’on attendait de l’événement n’a pas eu les effets escomptés. En effet, le point d’orgue de cette bravade de l’opposition déterminé à accéder à la place de Washington pour tenir son sit-in a été surtout l’arrestation de plusieurs de ses responsables et militants. Omar Sarr, coordonnateur du Pds, Thierno Bocoum, leader de « Agir », Thierno Alassane Sall, leader de « la République des Valeurs », Déthié Fall, vice-président de Rewmi, Mamadou Diop Decroix, secrétaire général de And Jef, entre autres sommités. Presque la quasi-totalité des figures emblématiques de l’opposition ont été arrêtées, malmenés et jetés trivialement dans des paniers à salades pour avoir bravé l’interdiction préfectorale de tenir leur sit-in. Un déni de justice qui, non seulement ternit l’image de marque du Sénégal de par le monde, mais aussi meurtrit les Sénégalais qui ne s’attendaient pas un régime de Macky Sall aussi violent et peu regardant aux principes élémentaires de la démocratie. Le Front de résistance national (Frn) comptait au demeurant tenir un sit-in devant le ministère de l’intérieur pour exiger les candidatures de Karim Wade et Khalifa Sall écartées de facto par le Président Macky, la mise en place d’une autorité indépendante pour organiser des élections, l’accès au fichier électoral pour tous, le retrait de la loi sur le parrainage, la distribution des cartes d’électeur et la libération des prisonniers politiques, entre autres. Malheureusement une répression aveugle des forces de l’ordre a eu raison d’eux. Ce qui signifie en clair que le Sénégal est aujourd’hui au bord du gouffre.

 Senegal Direct

Quelques jours après sa révocation au poste de maire de Dakar, Khalifa Sall risque de perdre son poste de député. Les députés de la majorité sont entrain de trouver un moyen de l’écarter de l’hémicycle. L’information est d’Helene Tine, membre de Beus Dou Gnakk de Serigne Mansour Sy Djamil. Pour elle, c’est encore une occasion pour Macky Sall d’intensifier le combat à l’égard du désormais « ex Maire de Dakar ». Selon elle, l’argument sera la suivante : un député condamné à une certaine peine doit forcément perdre son mandat au sein de l’assemblée nationale. Wait and see…

Senpresse.Com

Que Bougane Guèye Dany et Ousmane Sonko se tiennent prêts! Selon VoxPop qui fait cette prédiction, ces deux leaders politiques seraient visés par le régime à cause d’un sondage qui les placerait en position de « trouble-tête » lors de la prochaine présidentielle.

Concernant le patron de D-Médias, l’État aurait déconnecté le compte de sa structure de transfert d’argent, signale le journal. En plus des interdictions des rencontres de son mouvement Guem Sa Bopp. Quant au leader de Pastef Ousmane Sonko, ses nombreuses sorties médiatiques vilipendant le régime de Macky Sall sont très prises au sérieux par les affidés de SMS.

Senenews

Le procès du rappeur Ngaaka Blindé demarre ce mardi. En séjour carcéral depuis huit mois pour un trafic de faux billets, l’étoile montante du Hip-hop sénégalais fera face ce matin au juge criminel du tribunal départemental de Dakar. 

mardi, 04 septembre 2018 10:54

SENEGAL-MADAGASCAR: Omar Daf Ecarté

Écrit par

Omar Daf n’est pas du rassemblement des Lions à Paris. Il ne fera pas partie, non plus, du voyage pour Madagascar-Sénégal du 9 septembre, comptant pour les qualifications de la Can-2019. Record, qui donne l’information, renseigne que la Fédération sénégalaise de football aurait recalé le deuxième adjoint d’Aliou Cissé. La raison ? L’instance fédérale aurait demandé à Daf de choisir entre la Tanière et Sochaux, où il est le coach de la réserve. La Fédé, qui ne veut plus que Daf continue à officier en tant que pigiste, voudrait tailler un statut clair à tous les éléments qui entoure l’équipe. Dans cet esprit, informe Record sans donner plus de détails, El Hadad, qui faisait office d’intendant, a été écarté.

lundi, 03 septembre 2018 00:41

IDOLES SAISON 5 EPISODE 3

Écrit par

Les réseaux sociaux, un couteau à double tranchant. Ils vous facilitent l'atteinte de votre cible, la communication avec des millions de personnes sur la toile.

En réalité, pour un homme politique, la présence active sur internet est un moyen simple pour avoir un aperçu sur sa popularité, une occasion d’avoir un retour sur ses sorties publiques, avec des appréciations et analyses de potentiels militants. Mais un homme politique détestera ces réseaux sociaux quand il essaiera de berner les populations, quand il manquera de constance dans ses déclarations. Car, avec les technologies de l’information et de la communication tout est enregistré, archivé, partagé, etc. L’ancien premier ministre sénégalais sous WADE, Souleymane Ndéné NDIAYE en sait quelque chose. Pour réagir sur l’information selon laquelle il a pris une cinquième épouse, Jules Ndéné a effectué un post sur sa page Facebook suivie par plus de 73. 000 internautes. Malheureusement, en voulant démentir une information, le transhumant, actuel politicien le plus détesté des Sénégalais, a donné l’occasion aux utilisateurs de Facebook de le lapider: un vrai bad buzz!

 

SON POST:
 
Souleymane Ndéné Ndiaye Officiel
il y a 19 heures

Depuis quelques jours, un individu mal intentionné, vivant au Canada distille à travers sa page Facebook, des informations fausses et mensongères sur ma vie privée. Il a prétendu que j’aurai épousé une cinquième épouse.
Malheureusement, une certaine presse sans recouper l’information, l’a relayée.
Je tiens à dire à ceux qui me suivent et à l’opinion que cette information est mensongère.
L’auteur, un sénégalais vivant hors du pays est coutumier de ces grossièretés, en n’épargne

 

Socialnet Link

 

 
 
dimanche, 02 septembre 2018 17:41

SENEGAL: Liberté & Neutralité Menacées Sur Internet

Écrit par

Le principe de neutralité et de liberté de l’Internet est menacé au Sénégal, selon des acteurs locaux qui craignent et dénoncent une volonté de l’Etat de restreindre l’accès aux médias sociaux, notamment l’accès à des plateformes comme Whatsapp, très populaires chez les internautes.

A l’image de ce qui se passe ailleurs dans le monde, l’Internet et les réseaux sociaux en particulier, sont devenus, malgré quelques abus regrettables, des plateformes vitales d’expression de la citoyenneté et des moyens de contrôle de la vie publique et de l’action gouvernementale. Sur les 15 millions d’habitants que compte le Sénégal, il existe 9,6 millions d’utilisateurs d’Internet, soit un taux de pénétration de 62,6%, a déclaré en mai 2018, Abdou Karim Sall, le directeur de l’ARTP, lors du 5è Sommet Africain de l’Internet.

Aujourd’hui, des bloggeurs, activistes, défenseurs des droits humains et des militants consuméristes craignent de voir cet acquis remis en cause par  les effets pervers de l’article 27 d’un projet de loi portant « Code des communications électroniques », déjà adopté en conseil des ministres le 06 juin 2018. Que dit cet article 27 ? Dans un de ses alinéas, il stipule, entre autres, que «l’Autorité de régulation peut autoriser ou imposer toute mesure de gestion du trafic qu’elle juge utile pour, notamment préserver la  concurrence dans le secteur des communications électroniques et veiller au traitement équitable de services similaires».

Cette clause selon la communauté sénégalaise des usagers du web témoigne à suffisance  de la volonté des autorités étatiques de livrer les consommateurs au diktat du régulateur et des opérateurs. «L’heure est grave», a affirmé le président de l’Association de la presse en ligne (APPEL), Ibrahima Lissa Faye, selon qui avec cet article 27, il faut s’attendre à des « restrictions des réseaux sociaux qui risquent d’envoyer beaucoup de jeunes au chômage». « Il s’agit d’un piège qui finalement ne fera que l’affaire des opérateurs et du régulateur », renchérit-il.

L’article 27 parle de «mesure de gestion» sans être explicite sur le contenu de ce terme. Selon le bloggeur Pape Ismaël Dieng, cela risque de se traduire par une limitation des bandes passantes ou l’application de taxes sur l’utilisation des Over The Top (OTT), autrement dit, les services de téléphonie et de messagerie via Internet comme Whatsapp, Signal, Viber, Telegram, Messenger, etc.

Il est difficile d’avoir des chiffres exacts et fiables sur le nombre d’utilisateurs de chacune de ces plateformes, mais sur les 9,6 millions d’internautes sénégalais, les 88,6% (chiffre de l’ARTP) sont abonnés à l’Internet via le mobile (tablettes, smartphones) qui représente le principal point d’accès vers ces services. «Cet alinéa de l’article 27 (du code en gestation) vise simplement à entraver l’expression de la citoyenneté », indique Dieng, qui a donné l’exemple des restrictions que subissent déjà les utilisateurs des médias sociaux dans des pays comme l’Egypte, l’Ouganda ou encore la Tanzanie. De l’avis de Fatou Jagne Senghor, la directrice Afrique de l’Ouest de l’Ong Article 19, ce que propose cet article 27 est «inquiétant» dans la  mesure où le régulateur sénégalais, en l’occurrence l’Agence de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP), n’est pas «indépendant».

 

Social Net Link

Page 7 of 172

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…