Le Secrétariat national du parti Rewmi a, dans un communiqué parvenu à la rédaction de PressAfrik, appelé le Président Macky Sall et les autorités judiciaires du Sénégal à se baser sur la décision de la Cour de justice de la Cedeao pour libérer le maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall. Le parti dirigé par l'ancien Premier ministre Idrissa Seck, qui considère ce verdict comme un revers judiciaire du Sénégal, en appelle à la responsabilité de l'Etat, mais également de la Cour d'Appel de Dakar qui doit statuer sur le dossier dans les prochains jours, afin que le maire de Dakar puisse jouir de ses droits civiques. Communiqué...

 

Le Parti Rewmi appelle solennellement les autorités du Sénégal, en premier lieu, le Président Macky Sall qui n’a de cesse d’instrumentaliser notre justice, à tenir compte de l’Arrêt de la Cour de Justice de la CEDEAO du 29 juin 2018 pour libérer immédiatement Khalifa Sall. Aussi, notre pays doit-il tirer sans délai les conséquences juridiques de cet Arrêt qui, faut-il le rappeler, a un caractère contraignant pour tous les Etats membres de notre Communauté, sans quoi l’image du Sénégal et de sa démocratie s’en trouvera encore écornée sur le plan international. Le Parti Rewmi exige une attitude de responsabilité et de dignité à l’Etat du Sénégal en lieu et place des justifications laborieuses et infondées des autorités nationales qui ne peuvent se soustraire du principe élémentaire qui fait qu’en droit pénal, les vices de procédures entrainent ipso facto la nullité de toute la procédure.  

Comment, dès lors, ne pas être navré des positions incohérentes défendues dans les média par le Ministre de la Justice, pourtant juriste de renommée qui a pu affirmer, selon ses propres termes, que l’Arrêt de la Cour, condamnant l’Etat du Sénégal, «ne remet pas substantiellement en cause la quintessence de la décision rendue par les juges nationaux » ? S’il lui restait encore la dignité de reprendre sa liberté scientifique de professeur reconnu, il serait le premier à reconnaitre qu'en droit pénal, la forme a autant d'importance que le fond. Que dans ce dossier les violations graves des droits de la défense notamment de la présomption d’innocence, de l’immunité parlementaire et de l’assistance par un conseil, relevées par cette Cour impartiale devraient se traduire par l’abandon de toutes les charges contre Khalifa Sall et consorts.  

De plus, comment comprendre que le même Garde des Sceaux puisse également méconnaître que les révisions apportées par le Protocole additionnel de 2005 relatif à la Cour de Justice de la CEDEAO ont renforcé les compétences de celle-ci qui peut désormais statuer légitimement en cas de saisine pour violation des droits de l’homme commise dans un État membre sans attendre l’épuisement des procédures internes. En vérité, l’Arrêt de la Cour Communautaire apporte une clarification utile à ce dossier qui a cristallisé toute une Nation. Il est, d’une part, un véritable camouflet pour Macky SALL qui a voulu, de nouveau, utiliser la justice pour éliminer un adversaire politique gênant. Il légitime, d’autre part, le combat de tous les gens épris de justice tels que le Président Idrissa Seck qui a porté ce dossier à l’intérieur du pays comme à l’international et l’a toujours défendu avec principe et intransigeance.  

Au regard de tout ce qui précède, le Secrétariat National de REWMI ose espérer que la Cour d'Appel, appelée à statuer sous peu sur ce dossier ayant cristallisé la Nation, tirera les conséquences de tous ces revers judiciaires et prononcera la libération sans condition de notre frère Khalifa Sall et ses compagnons d’infortune afin qu’ils recouvrent tous leurs droits de citoyen si l’on ne veut pas voir s’aggraver la situation d’arbitraire qui règne dans notre pays.  

Fait à Dakar, le 1er juillet 2018  

Le Secrétariat National

 

 

Les Lions du basket-ball se sont qualifiés samedi pour le second tour des éliminatoires, zone Afrique, de l’édition 2019 de la Coupe du monde de la discipline, après leur victoire sur la Côte d’Ivoire, (66-61), au stadium Marius Ndiaye, à Dakar, en match comptant pour la deuxième journée de la phase retour du premier tour des qualifications. Contrairement au scénario de leur match de vendredi contre la Centrafrique, les Lions sont bien entrés dans leur match face à la Côte d’Ivoire et ont été dominateurs dans le jeu. Signe qu’ils ont pu corriger leurs errements défensifs de la vieille.
 
A la fin du premier quart temps, ils menaient logiquement de 10 points d’écart (18-8), mais les Ivoiriens sont revenus en force dans le match à l’entame du second quart temps, grâce à un nouveau système de jeu.  L’adversaire a su bloquer de cette manière bloquer le jeu intérieur sénégalais, mais c’était sans compter avec le réveil de Malèye Ndoye et de ses partenaires qui ont retrouvé leurs automatismes. Ndoye justement enchainaient avec Mohamed Faye deux tirs primés à trois points pour maintenir l’écart à 10 points à la mi-temps (30-20). 
 
La domination des Lions va se confirmer au troisième quart temps grâce à leur meneur Xane D’Almeida et leur ailier Mohamed Lamine Sambe. Le Sénégal creuse ainsi l’écart pour le porter à de 17 points (54-37) à la fin de ce quart temps, avant que le coach des Lions Abdourahmane Adidas ne choisisse de faire tourner son effectif, option qui a permis aux Ivoiriens de revenir à 12 points minutes (56-44) à six minutes de la fin de la rencontre. 
L’équipe nationale de basket du Sénégal a battu (91-82) celle de la Centrafrique, vendredi, à Dakar, en match comptant pour la phase retour du premier tour des éliminatoires zone Afrique de l’édition 2019 de la Coupe du monde de la discipline. A la mi-temps de cette rencontre jouée au stadium Marius Ndiaye, les Lions, menaient de trois points d’écart, 44-41.
 
Les Lions, pour leur deuxième sortie, vont affronter l’équipe nationale de Côte d’Ivoire, samedi, à partir de 19 heures, avant de terminer par le Mozambique, dimanche. Le Sénégal avait terminé la phase aller en tête avec deux victoires et un match nul. Il va tenter de rester sur leur lancée pour faire respecter la hiérarchie. A l’issue de cette phase retour, les trois meilleures équipes de chaque groupe se qualifieront pour le second tour des qualifications, qui mettront aux prises 12 équipes divisées en deux groupes (E et F) de 6 équipes chacune.
 
Les deux meilleures équipes des groupes E et F, tout comme l’équipe classée meilleure troisième valideront leurs billets pour la Coupe du monde de basketball FIBA 2019. Pour la toute première fois, la compétition phare de la FIBA regroupera 32 équipes et aura lieu du 31 août au 15 septembre 2019 en Chine.
 
APS

Eliminé avec le Sénégal dès la phase de groupes de la Coupe du monde, Mbaye Niang a fait part de sa déception après la défaite de son équipe face à la Colombie (1-0) ce jeudi. Il est toutefois resté très classe au moment de revenir sur le penalty qui a été accordé au Sénégal, avant d'être finalement annulé.

 

Classe et fair-play. Comme son sélectionneur Aliou Cissé, Mbaye Niang s'est montré beau joueur au moment d'analyser la défaite du Sénégal, ce jeudi, face à la Colombie (1-0) à l'occasion de la troisième et dernière journée de la phase de groupes de la Coupe du monde. Un revers synonyme d'élimination dès le premier tour pour Niang et ses coéquipiers, qui ont vu le Japon s'emparer de la deuxième place de leur groupe grâce au classement du fair-play. A égalité parfaite au nombre de points, de buts marqués, de la différence générale et particulière, les deux sélections ont été départagées en fonction de leur nombre de cartons.

"Il faudra travailler pour rebondir très vite"

Une règle qui a donc profité aux Japonais. "On avait bien commencé, on espérait faire au moins un match nul, voire gagner. Nous n’avons pas réussi à le faire, on est tous très déçus. Je pense que l’on méritait de passer. Comme on dit, c’est le football, il faudra travailler pour rebondir très vite", a confié à la fin de la rencontre Niang, titulaire lors des trois rencontres du Sénégal durant cette phase de groupes. L'attaquant du Torino est également revenu sur le penalty que le Sénégal a pensé obtenir après un contact entre Davinson Sanchez et Sadio Mané à la 17e.

Après avoir indiqué le point de penalty, l'arbitre du match, Milorad Mazic, s'est finalement ravisé après avoir eu recours à l'assistance vidéo (VAR). "Aujourd’hui, avec toutes les caméras qu’ils ont et les technologies inventées, s’ils ont dit qu’il n’y avait pas penalty, c’est qu’il n’y avait pas penalty. Nous n'avons pas perdu le match à cause de ce penalty-là, parce que l’on pouvait faire beaucoup mieux et ça sera pour la prochaine fois", a relevé Niang, qui quitte la Russie avec un but à son actif, celui inscrit lors de l'entrée en lice des Lions face à la Pologne (2-1).

Le Port autonome de Dakar (PAD) vient de lancer son nouveau Plan stratégique 2019-2023 pour devenir le port le plus compétitif de la région ouest africaine et se positionner comme un hub international.

 

Ayant pour ambition de se positionner comme un hub, le Port Autonome de Dakar (PAD) envisage de tirer avantage du dynamisme du commerce international, sous régional et de la croissance économique du  Sénégal. A cet effet, le  PAD s’est lancé comme pari de devenir plus performant, efficace afin d’augmenter sa valeur ajoutée. Afin d’atteindre ces différents objectifs, le PAD vient de lancer son Plan Stratégique à l’horizon 2018. Dès lors, la vision qui sous-tendra  ce plan est de faire du port de Dakar : « le port le plus compétitif de la côte ouest africaine, à l’horizon 2023 » en améliorant sa compétitivité et en attirant beaucoup plus de trafic afin de positionner Dakar comme un hub logistique régional.

 Ce plan stratégique constitue également ‘’une nouvelle étape supplémentaire dans son statut de fleuron de l’économie sénégalaise’’ selon le Directeur Général du Port Autonome de Dakar, Aboubacar Sadikh Beye.
 
Reussir Business 
Le président de la République, Macky Sall, se dit confiant pour l’avenir des Lions du football, malgré leur élimination du Mondial 2018, ce jeudi, suite à la défaite (0-1) face à la Colombie, pour le compte de la troisième et dernière journée du groupe H.

"Vous avez certes perdu une bataille, les armes à la main. Mais l’avenir de cette belle équipe nous comble d’espoir et nous conforte que le football sénégalais est sur une trajectoire d’excellence et un élan de victoire", écrit-il dans un message adressé aux Lions.
 
La Colombie termine en tête de la poule H, avec 6 points, suivie du Japon, à égalité avec le Sénégal mais qui prend la deuxième place de la poule sur le critère du fair-play, la sélection japonaise comptant un nombre moins important de cartons jaunes (4) que le Sénégal qui en compte 6.
 
Les sélections colombienne et japonaise se qualifient ainsi pour les huitièmes de finale du Mondial.
 
"La loi  du  sport  a  ainsi  mis  fin  à  votre  belle  aventure  durant  cette compétition mondiale. Sur le terrain, vous avez fait preuve d’engagement physique  incontestable,  d’un  mental  de  gagnant  et  d’un  talent unanimement salué", commente Macky Sall.
 
Il a par ailleurs félicité les Lions et salué leur sélectionneur pour leur "tenue exemplaire" durant ce Mondial qui se déroule du 14 juin au 15 juillet.
 
"Au  moment  où  vous  devez  quitter  la  Russie,  je  vous  réaffirme  mon soutien indéfectible ainsi que celui de tout notre peuple", ajoute Macky Sall dans son message.
 
APS
vendredi, 29 juin 2018 19:05

ALIOU CISSE: " Je Suis Fier de Mes Joueurs..."

Écrit par

«C'est la loi du football. On ne s'est pas qualifié parce qu'on a pris plus de cartons jaunes. Mais je suis fier de mes joueurs, ils ont travaillé dur pour ce tournoi et je pense qu'on a montré qu'on pouvait avoir un avenir radieux. Ce sont les règles du jeu, elles ont été établies par la Fifa et il faut les respecter, même si on aurait préféré être éliminés pour une autre raison. Je pense que tous les joueurs connaissaient cette règle. Je ne vais pas demander à mes joueurs de rentrer sur la pelouse pour éviter d'être avertis. Le football est un sport de contacts.» 

AFP

Vainqueur du Sénégal, la Colombie se qualifie pour les huitièmes de finale. Les Lions de la Teranga, derniers représentants africains, sont éliminés.

Il n'y a plus d'équipe africaine dans le MondialLe dernier représentant du continent, le Sénégal, a été éliminé jeudi après sa défaite face à la Colombie, à Samara (1-0). Pourtant, dans le même temps, le Japon a lui aussi été battu par la Pologne, qui était déjà éliminée avant cette dernière journée, mais sur le même score de 1-0. Et c'est donc au classement du fair-play que le Japon, qui a reçu deux cartons jaunes de moins, se qualifie aux dépens du Sénégal. L'Afrique ne comptera donc aucun représentant en huitièmes de finale, une première depuis 1986. Grâce à son succès, la Colombie termine elle première de son groupe et affrontera soit l'Angleterre, soit la Belgique, mardi prochain.

Le Sénégal éliminé pour deux cartons jaunes. Fait rare dans un Mondial, le Sénégal et le Japon, à égalité avant cette dernière journée et tous les deux battus 1-0 jeudi, ont été départagés au classement du fair-play. Même nombre de points (4), même différence de buts (0), même nombre de buts marqués (4), résultat nul 2-2 dans leur confrontation directe, il a fallu aller jusqu'au dernier critère avant le tirage au sort, le classement du fair-play, pour départager les deux équipes. Sur les trois matches, aucune des deux équipes n'a reçu de carton rouge. Mais le Sénégal a écopé de six cartons jaunes (dont un jeudi) et le Japon de seulement quatre (dont un jeudi aussi) et c'est pour cette raison que dernier représentant africain rentre à la maison. Dur.

Et Mina mina le Sénégal… Conséquence du scénario inattendu qui a vu le Japon s'incliner (car la Pologne était déjà éliminée et n'avait plus rien à espérer), le but colombien inscrit de la tête par Yerry Mina, son deuxième dans la compétition, sur un corner venu de la droite (74e), a plus éliminé le Sénégal qu'il n'a qualifié la Colombie. Le Japon ayant perdu face à la Pologne, les Cafeteros auraient été qualifiés même en cas de match nul, mais à la deuxième place du groupe, derrière le Sénégal, passé sur ce but de la première à la troisième place de ce groupe H, synonyme d'élimination…

Un penalty accordé à Mané, puis invalidé par la vidéo. Comme Neymar face au Costa Rica, Sadio Mané s'est vu accorder un penalty, avant que l'intervention de l'arbitrage vidéo n'inverse la décision initiale de l'arbitre (16e). Pas de chute exagérée, cette fois, mais un tacle engagé de Davinson Sanchez qui a fait tomber l'attaquant de Liverpool. Les ralentis ont plutôt donné raison à l'arbitre Milorad Mazic, qui s'est déjugé sur la foi d'une image où l'on voit bien le défenseur colombien toucher le ballon avant les jambes du joueur sénégalais.

Mané impuissant, Ospina vigilant. Très attendue pour ce match décisif, la star du Sénégal Sadio Mané, qui a obtenu un penalty qui n'en fut pas un, n'a guère brillé par ailleurs. Son accélération sur le côté gauche, peu avant la demi-heure de jeu, a permis à Keita Baldé de mettre le portier colombien David Ospina à contribution. Mais ce que l'on retiendra sans doute de son match, c'est sa glissade, sur un coup franc très bien placé qu'il avait lui-même obtenu (64e). En fin de match, après l'ouverture du score colombienne, Mbaye Niang, rapidement averti (et qui aurait été suspendu pour le huitième de finale), a eu la plus belle occasion sénégalaise, mais Ospina s'est montré très solide pour sceller le succès et la première place de son équipe (77e).

James sorti sur blessure. À peine une demi-heure, c'est le temps qu'a passé James Rodriguez, maître à jouer de la Colombie, sur la pelouse de la Samara Arena, jeudi. La faute à une rechute de sa blessure au mollet gauche, qui l'avait déjà contraint à débuter ce Mondial sur le banc. Entré en jeu à la pause lors du premier match contre le Japon (1-2), il n'avait rien apporté. En revanche, titulaire contre la Pologne lors du deuxième match (3-0), il avait été l'auteur de deux passes décisives. Jeudi, jamais touché par ses partenaires, de toute évidence pas dans le rythme physiquement, James a été remplacé par Muriel et a rejoint les vestiaires avant de revenir sur le banc de touche et de jouer les entraîneurs adjoints aux côtés du sélectionneur, José Pekerman. Le staff médical de la Colombie a cinq jours pour le remettre sur pieds pour le huitième de finale.

Page 7 of 163

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…