lundi, 09 juillet 2018 12:14

L'Affaire Khalifa Sall Devant La Cour d'Appel

Écrit par

Le procès en appel du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall dans l’affaire de la caisse d’avance de sa mairie, s’ouvre ce lundi devant la Cour d’appel alors que la Cour de justice de la CEDEAO a estimé dans un récent arrêt qu’il n’a pas eu droit à un procès équitable en première instance.

Le Tribunal correctionnel de Dakar a condamné le 30 mars Khalifa Ababacar Sall à 5 ans de prison ferme pour escroquerie dans le cadre de l’affaire de la gestion de la caisse d’avance de la ville de Dakar pour laquelle l’édile était poursuivi en même temps que 7 autres de ses collaborateurs. 
 
Le Tribunal correctionnel a condamné à la même peine Mbaye Touré et Yaya Bodian pour "escroquerie sur deniers publics".
 
Fatou Traoré a écopé de deux ans de prison dont 6 mois ferme, Ibrahima Yatma Diaw et Amadou Makhtar Diop ont été condamnés à deux ans d’emprisonnement chacun dont un an ferme.
 
Le maire de Dakar a été relaxé pour les chefs d’inculpation de "détournement de deniers publics", "association de malfaiteurs" et "blanchiment de capitaux".
Ils étaient tous jugés pour un détournement de deniers publics portant sur 1,8 milliard de francs CFA dans l’affaire dite de la caisse d’avance de la mairie de Dakar.
 
Le juge avait par ailleurs débouté l’Etat de sa demande de réparation, invoquant le fait que "le principe de l’unicité des caisses, ni le discrédit" sur l’Etat ne saurait justifier une telle demande.
Le maire de Dakar a également été condamné à payer une amende de 5 millions FCFA pour les délits de faux et usage de faux en écriture de commerce, faux et usage de faux en documents administratifs et escroquerie portant sur des deniers publics.
 
L’accusation qui vaut à Khalifa Sall et Cie un procès est parti d’un rapport d’audit conduit en 2015 par l’Inspection générale de d’Etat (IGE). 
 
S’intéressant particulièrement à la "caisse d’avance" de la mairie, les enquêteurs avaient fait le constat qu’elle était approvisionnée à hauteur de 30 millions de francs CFA par mois entre 2011 à 2015 pour l’achat de mil et de riz à un groupement d’intérêt économique (GIE) dénommé Tabbar.
 
Le rapport a fait ressortir des factures fournies par Mbaye Touré, directeur administratif et financier de la mairie de Dakar et gestionnaire de la caisse d’avance ainsi que des procès-verbaux de réception de ces denrées.
 
Aux enquêteurs, le président du GIE Tabbar a déclaré que son entreprise n’existait plus depuis plusieurs années et qu’il s’était depuis reconverti dans la vente de café Touba.
 
Sur la base du dossier constitué, Khalifa Sall et ses inculpés ont été placés sous mandat depuis le 7 mars 2017 par le doyen des juges pour notamment "association de malfaiteurs, détournement de deniers publics escroquerie portant sur les deniers publics, faux et usage de faux dans des documents administratifs, complicité de faux et usage de faux".
 
Khalifa Sall a toujours estimé que la caisse d’avance relevait des fonds politiques, mettant la procédure judiciaire sur le compte de l’adversité politique. Khalifa Sall étant vu comme un adversaire potentiellement sérieux pour la réélection de Macky Sall en 2019.
 
Dans un récent arrêt, la Cour de justice de la CEDEAO, une juridiction communautaire, a estimé que le maire de Dakar n’a pas eu droit à un procès équitable en première instance. 
 
Elle a condamné l’Etat à lui verser la somme de 35 millions de francs Cfa.
Cette décision fait suite à la saisine de cette juridiction régionale par les détenus Khalifa Sall et Cie pour des cas de violation des droits de l’homme dont ils auraient été victimes dans le cadre des poursuites initiées à leur encontre relativement à la gestion de la ville de Dakar.
 
Lors d’une conférence de presse, les avocats du maire de Dakar ont estimé que ‘’l’Etat doit s’exécuter +volontairement+ dans la mesure où l’arrêt a force obligatoire à compter du jour de son prononcé, sous peine de voir les responsables encourir 10 ans ferme’’. Ils ont demandé à la Cour d’appel de Dakar d’ordonner la libération immédiate de leur client’’. Le document brandi comme étant l’arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO est "un extrait du plumitif’’ non signé par des juges, a indiqué, samedi, Me Moussa Félix Sow, avocat de l’Etat sénégalais dans l’affaire Khalifa Sall, ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats.
 
"Le document qui est brandi comme étant l’arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO, est en réalité, un extrait du plumitif qui n’est signé par aucun des juges qui sont censés avoir rendu [l’arrêt]’’, a-t-il déclaré, au nom du Collectif des avocats de l’Etat sur l’affaire Khalifa Sall et Cie lors d’un point de presse. "Il faut préciser que jusqu’à présent, cette décision n’est pas toujours disponible, bien que commentée et interprétée depuis une semaine’’, a martelé l’ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats. Le document ne donne, selon lui, "aucune indication sur les arguments et les motivations ayant été retenus par les juges et ne permet pas, sans extrapolation hasardeuse, aucune analyse critique, ni aucune décision hâtive’’. 
 
APS
dimanche, 08 juillet 2018 15:16

GOREE FASHION WEEK 2018 (Vidéo)

Écrit par

Présents à la Coupe du monde en Russie, de nombreux internationaux d'origine africaine ont opté pour une nation européenne. Portrait des 5 footballeurs les plus en vue qui incarnent ce choix.

On ne compte plus le nombre de joueurs que le football africain a perdu au profit de nations européennes, même si l’inverse existe aussi avec, par exemple, le cas du milieu offensif marocain Amine Harit. Ce dernier, né à Pontoise en région parisienne, a fait toutes ses classes avec les équipes de France de jeunes avant de rejoindre les Lions d’Atlas d’Hervé Renard, avec qui il a disputé la Coupe du monde en Russie.

La France justement, séduit régulièrement des talents nés en Afrique ou de parents africains, et en comptera une poignée dans son groupe en Russie. Depuis quelques années, la Suisse est également devenue une terre d’accueil pour des footballeurs souvent originaires du Nigeria ou du Cameroun. Dresser une liste complète aurait été trop long, alors nous avons choisi de vous présenter notre sélection de cinq grands joueurs africains qui auraient pu faire le bonheur d’une sélection du continent en Russie pendant ce Mondial 2018.

MAROUANE FELLAINI

Il y a du sang de footballeur marocain qui coule dans les veines du milieu de terrain de Manchester United. Abdelatif Fellaini, le père de Marouane, a joué au poste de gardien de but au sein du mythique Raja Casablanca. Mais, la famille Fellaini, originaire de Tanger, a ensuite changé de vie en s’envolant pour l’Europe. Le jeune Marouane est né à Etterbeek, commune de l’agglomération de Bruxelles. Ce qui lui a offert un passeport belge. Une double nationalité qui a fait hésiter ce fils de Marocains. Marouane Fellaini a d’abord évolué avec les équipes de jeunes des Lions de l’Atlas, avant d’opter définitivement pour la Belgique lors de son passage chez les espoirs. Il compte aujourd’hui 80 sélections avec les Diables rouges et a marqué le but de l’égalisation face au Japon en huitièmes de finale. Sa vista, son abattage et sa classe auraient certainement fait le bonheur du Maroc d’Hervé Renard en Russie et on salive à l’idée du trio qu’il aurait formé avec Ziyech et Belhanda au milieu de terrain.

 

J.A 

nterrogé sur le rejet du recours en inconstitutionnalité de la loi sur le parrainage, le député et leader du Parti de l'unité et du rassemblement (Pur), Pr Issa Sall a indiqué : «il est clair que nous sommes déçus de la décision du Conseil constitutionnel, nous ne sommes pas surpris ». « La décision du Conseil constitutionnel étant sans appel,  ce projet va malheureusement devenir une loi quand le président de la République l’aura promulguée. Il n’y pas mal d’arguments que nous avions invoqués mais bon, les membres de ce conseil ont pensé que ce n’était pas quelque chose qui pouvait passer. Je pense dans deux ou trois jours, il deviendra une loi. Cela veut dire que le président qui avait demandé la chose de façon urgente va très rapidement, s’il ne l’a pas déjà fait aujourd’hui, peut-être demain, la promulguer». Mieux, «la promulgation sera immédiatement suivie de la publication qui en fera une loi. Soit vous voulez aller aux élections, vous allez trouver des parrains  ou bien vous ne voulez pas chercher des parrains, vous n’irez pas aux élections», a-t-il éclairé. « Au Pur, on n’a pas ce problème, on a été très clair, dès le départ. Maintenant que le parrainage est là, nous allons chercher les 60.000 ou 70.000 parrains pour aller à l’élection présidentielle », a-t-il assuré.

Le Soleil

jeudi, 05 juillet 2018 17:18

Lancement Fête de l'Excellence AL IRCHAAD 2018

Écrit par
mercredi, 04 juillet 2018 18:32

LA CHRONIQUE DE PAPE ALE NIANG

Écrit par
mercredi, 04 juillet 2018 17:44

COUPE DU MONDE 2018: Le Mondial En Chiffres

Écrit par

Les quarts de finale de cette magnifique Coupe du Monde 2018 sont sur le point de commencer. Mais cette compétition regorge de statistiques plus insolites les unes que les autres. Les chiffres, c'est votre passion ? Alors cet article est fait pour vous !

 

L'Uruguay, la France, le Brésil, la Belgique, la Suède, l'Angleterre, la Russie ainsi que la Croatie sont les équipes qualifiées pour ces quarts de finale qui s'annoncent passionnants. Huit sélections donc, composées chacune de 23 joueurs qui évoluent dans des clubs professionnels à travers le monde... Monde qui pourrait éventuellement avoir un fort accent "British", et pour cause : ils sont 48 joueurs contractuels dans des clubs de Premier League,la première division anglaise, à être présents dans ces quarts de finale. Si on écarte la sélection d'Angleterre (dont les 23 joueurs évoluent tous en Premier League), 25 joueurs dispatchés dans les sept autres nations qualifiées pour les quarts, jouent dans des clubs de première division anglaise. La LIGA Santander (première division espagnole) est le deuxième championnat le plus représenté avec 23 joueurs, la Russian Premier League (première division russe) est en troisième position avec 22 représentants, la Serie A (première division italienne) est bonne quatrième avec 16 joueurs encore présents en quarts et enfin vient la Ligue 1(première division française) avec 15 joueurs.
 

Des chiffres, des chiffres, encore des chiffres !


Kylian Mbappé, la diamant brut du Paris Saint-Germain, illumine le jeu de l'équipe de France pendant ce Mondial 2018. Auteur de trois buts depuis le début de la compétition, il a notamment puni l'Argentine de Leo Messi en inscrivant un doublé en huitièmes de finale pour libérer les Bleus et leur frayer un chemin vers les quarts de finale. Sur sa deuxième réalisation contre l'Albiceleste, le feu follet de 19 ans, à d'une part réussi à atteindre 37 km/h en vitesse de pointe, soit la vitesse moyenne de course d'Usain Bolt sur 100 mètres, mais il est également devenu le cinquième joueur de moins de 20 ans à marquer plusieurs buts sur un match de Coupe du Monde, 60 ans après le grand Pelé. Vous avez dit prodige ?

Le Mondial 2018 a explosé le record de penalties accordés dans l'histoire de la compétition. Pas moins de 28 fautes ont été signalées dans la surface de réparation, notamment avec le tout nouveau système d'arbitrage vidéo (VAR), dont la France a été la première nation à en bénéficier contre l'Australie. Sur 28 tentatives, 21 ont été transformées avec succès. Et la Coupe du Monde est loin d'être finie ...

L'éternel mexicain Rafael Márquez (qui est notamment soupçonné d'avoir d'étroites relations avec un Baron de la drogue du cartel de Sinaloa) est le premier joueur de l'histoire à disputer 17 matchs de Coupe du Monde avec le brassard de capitaine vissé au bras. Ainsi, cette performance lui permet de devancer l'argentin Diego Armando Maradona. Le défenseur né le 13 février 1979 à Zamora de Hidalgo au Mexique, est également le troisième joueur de l'histoire à disputer cinq Coupe du Monde (2002, 2006, 2010, 2014 et 2018) après les illustres Lothar Matthäus et Antonio Carbajal. Enfin, il est le seul joueur à avoir porté le brassard de capitaine lors de cinq Mondials.

Un autre record de Diego Maradona risque de tomber prochainement si le capitaine de l'Angleterre, Harry Kane, continue sa chasse aux buts. En effet, l'attaquant de Tottenham a égalé hier (3 juillet 2018) "El Pibe de Oro"en inscrivant son sixième but en Coupe du Monde en qualité de capitaine. La star de 24 ans pourrait être amenée à battre un autre record : celui du total de buts le plus élevé dans une même édition pour un joueur anglais établi par Gary Lineker (6 buts) en 1986. Pour l'instant, l'attaquant anglais est le meilleur buteur de cette Coupe du Monde 2018 avec 6 réalisations. Il dispose d'une confortable avance sur le belge Romelu Lukaku et Cristiano Ronaldo, éliminé de la compétition avec le Portugal, tous deux à 4 buts. Rendez-vous est donné samedi (7 juillet 2018) à 11 heures lors du quart de finale entre la Suède et l'Angleterre pour voir si Harry Kane sera en mesure de faire tomber ces deux records.

L'attaquant allemand, Miroslav Klose, est toujours le meilleur buteur de l'histoire de la Coupe du Monde avec 16 buts en 4 participations (5 buts en 2002, 5 buts en 2006, 4 buts en 2010 et 2 buts en 2014). Il est suivi de près par le brésilien Ronaldo Luis Nazário de Lima avec 15 buts en trois participations (4 buts en 1998, 8 buts en 2002 et 3 buts en 2006). Gerd Müller, qui évoluait avec l'Allemagne de l'Ouest, à réussi à inscrire 14 buts en deux éditions (10 buts en 1970 et 4 buts en 1974). Le premier français figurant dans la liste des meilleurs buteurs de l'histoire de la Coupe du Monde est Just Fontaine qui arrive en quatrième position avec 13 réalisations en seulement 6 matchs lors du Mondial suédois de 1958 ! Il possède le meilleur ratio de matchs joués/buts marqués de l'histoire de la compétition (2,17 buts par matchs).
 

Encore ? Allez, encore un peu ...


C'est la troisième fois d'affilée qu'un champion du monde en titre est éliminé durant les phases de poules avec la débâcle de l'Allemagne, actuelle détentrice de la fameuse Coupe du Monde. Avant elle, l'Italie, championne du Monde en 2006, a sèchement été éliminée de la Coupe du Monde 2010 dès les phases de groupes. Vient ensuite le tour de l'équipe d'Espagne, championne du monde en 2010, qui ne passera pas les phases de poules en 2014 (vous reprendrez bien un peu de Robben et de van Persie ?). La "Mannschaft" entre donc dans le cercle très fermé des nations championnes du monde, éliminées dès les phases de poules à la Coupe du Monde suivante. Mention spéciale pour la France, qui a connu le même sort en 2002, après avoir remporté le Mondial 1998 sur ses terres. "No chill in Japan & South Korea"

Ils ne sont que deux gardiens de but dans l'histoire à avoir repoussé trois tentatives lors d'une séance de tirs au but. Le premier, c'était le portier portugais Ricardo contre l'Angleterre il y a 12 ans, en Allemagne. Le gardien croate, Danijel Subašić, a réitéré cette prouesse dimanche (1er juillet 2018) en huitièmes de finale contre le Danemark. Il ont bien failli être rejoints par Kasper Schmeichel, le portier danois, qui est resté bloqué à deux parades dans cette séance de tirs aux but. Dans cette rencontre contre la Croatie, le fils de Peter Schmeichel avait déjà stoppé un penalty de Luka Modrić lors des derniers instants de la prolongation, ce qui aura permis au siens de rester en vie. Alors certes, ce n'était pas pendant la séance des tirs au but, mais il a tout de même stoppé trois penalties dans la même rencontre, et ça, c'est aussi un sacré exploit.

Une dernière pour la route ? 0%... C'est le taux incroyablement bas de réussite de tous les joueurs anglais portant le numéro 8 dans les dernières séances de tirs au but de l'Angleterre en Coupe du Monde. Chris Waddle contre l'Allemagne de l'Ouest en 1990 à Turin, David Batty contre l'Argentine en 1998 à Saint-Etienne, Frank Lampard contre le Portugal en 2006 à Gelsenkirchen (sacré Ricardo... Nous en avons parlé plus haut) et Jordan Henderson contre la Colombie en 2018 à Moscou ont tous manqué leur tentative.

Vous voilà parés pour tenir en haleine vos amis lors de vos prochaines discussions à table, entre fins connaisseurs de football !

Le bras droit de Macky Sall considère, dans les colonnes de L’Obs, que le cas Karim Wade a été traitée suivant les règles juridiques du pays. <em> »L’Administration qui est chargée de ladite inscription a traité sa demande et l’a rejetée conformément aux dispositions de l’article L31 du Code électoral qui prescrit de ne pas inscrire les citoyens qui ont fait l’objet de certaines condamnations », considère-t-il.

Hormis le cas Karim Wade, la décision rendue par la CEDEAO parlant d’une détention arbitraire du maire de Dakar, Khalifa Sall, a été également évoquée par le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne.

Interpellé pour savoir si l’Etat du Sénégal était prêt à respecter cette décision, l’homme fort de Macky Sall de dire que « la Cour les a déboutés en refusant d’ordonner la fin des poursuites et la libération des prévenus. La Cour les a déboutés parce qu’elle n’a pas le pouvoir d’annuler les décisions rendues par les tribunaux sénégalais ».

Sous ce rapport donc, il est évident que l’Etat du Sénégal ne compte pas libérer Khalifa Sall comme insistent à le demander ses partisans qui, dans les jours à venir, se disent prêts à investir les rues de la capitale pour réclamer sa libération.

Senenews 

Page 3 of 160

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…