senpresse.com

senpresse.com

C’est clair, le Secrétaire général du Gouvernement, porte-parole du gouvernement et de l’APR vient de faire un aveu de taille. Il a déclaré sur les ondes de RFI que Khalifa Sall, candidat à la présidentielle, vient d’être écarté de ladite échéance pour des raisons éthiques. Pourtant rien ne dit que Khalifa est condamné définitivement dès lors que ses conseils disposent de voies de recours pour faire appel.  N’est-ce pas lui qui avait déjà prononcé la sentence condamnatoire les semaines dernières dans le journal l’Observateur ? 

L'Essentiiel

Suite au procès qui aura duré près de deux mois et demi, Khalifa Ababacar Sall vient d’être condamné à 5 ans de prison ferme, suite à l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Ses avocats entendent toujours faire appel.

 

Le juge Malick Lamotte et ses assesseurs ont tranché. Accusé d’avoir profité de ses fonctions pour détourner 1,8 milliard de francs CFA (2,7 millions d’euros) de la régie d’avance de la mairie de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, incarcéré depuis le 7 mars 2017, retournera ce soir dans sa cellule, à la prison de Rebeuss, à Dakar. Le tribunal l’a en effet condamné à une peine de 5 ans de prison ferme, assortie d’une amende pénale de 5 millions francs CFA, sans dommages et intérêts. « Nous allons faire appel de ce jugement », a confirmé Me Seydou Diagne, l’un des avocats de Khalifa Sall. Le tribunal l’a déclaré coupable de plusieurs délits, dont « escroquerie aux deniers publics » et « faux et usage de faux », mais a en revanche écarté les délits d’association de malfaiteurs et de blanchiment d’argent. La décision a été immédiatement suivie de huées et de pleurs dans la salle, où les partisans du maire étaient venus en nombre. Le jugement prononcé vendredi est globalement conforme aux réquisitions du Parquet, qui avait réclamé une peine de sept ans de prison ferme et une amende de 5,49 milliards de francs CFA (8,36 millions d’euros), pour « faux et usage de faux sur des documents administratifs », « association de malfaiteurs », « escroquerie portant sur les deniers publics », « détournement de deniers publics » et « blanchiment de capitaux ».

Fin d’une longue séquence judiciaire

La condamnation en première instance de Khalifa Sall clôt une longue séquence judiciaire qui aura vu se multiplier les invectives entre les avocats de l’État, ceux de l’édile dakarois et ceux représentant la Ville de Dakar. Au cours du procès, ces derniers n’ont eu de cesse de mettre en avant la thèse « d’un procès politique » destiné à éliminer un adversaire potentiel du président Macky Sall en vue de l’élection présidentielle de 2019.

Deux jours avant le délibéré, le maire de Mermoz-Sacré-Cœur, Barthélémy Dias, un proche de Khalifa Sall, avait déclaré, face aux caméras : « Vendredi, on saura si [le juge] Malick Lamotte est le responsable moral de la section APR [Alliance pour la République, le parti du président Macky Sall] de la justice. Parce qu’il est temps que les gens de l’APR et leurs sbires arrêtent d’instrumentaliser la justice. » Une théorie qui fait bondir Me Baboucar Cissé, l’un des avocats de l’État dans cette affaire : « Comme on dit, les faits sont têtus. Et ceux reprochés à Khalifa Sall n’ont rien de politique. Il s’agit d’infractions de droit commun. »

La Sénégalaise Fatma Samoura a été désignée "femme la plus puissante du sport mondial" par le magazine Forbes.

Elle a été nommée secrétaire générale de la Fédération internationale de football (Fifa) en 2016.

" Ma nomination en 2016 a été un signal fort que la Fifa, une organisation dominée par les hommes, s'ouvre à la diversité. Nous avons désormais une représentativité des femmes à tous les niveaux de l'administration de la Fifa. Une division dédiée au football féminin a même été créée. "

Aux yeux de la Sénégalaise, le football transcende les barrières religieuses et raciales ainsi que le genre.

Mondial: la FIFA va tout organiser

Elle est à la tête de l'administration de cette instance dont le chiffre d'affaires s'établissait à plus de 5,6 milliards de dollars lors de l'exercice 2015-2018.

Selon le magazine américain, Mme Samoura est de fait le numéro 2 du football mondial, derrière le président de la Fifa, Gianni Infantino.

Fifa : Samoura attendue en Sierra-Leone

Fatma Samoura est une ancienne haut-fonctionnaire du système des Nations unies. Deux autres femmes évoluant dans le football, la Burundaise Lydia Nsekéré, membre du comité exécutif de la Fifa, et la Française Florence Hardouin, occupent les 2ème et 3ème places du classement du magazine américain.

Page 8 of 232

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…