senpresse.com

senpresse.com

C’est la nouvelle du jour mais elle semble incomprise. La direction de la communication de l’Assemblée nationale a tenu à recadrer la chose. La correspondance envoyée par le président de la République porte sur le retrait du projet de loi portant révision du Code électoral déposé à l’Assemblée nationale, depuis le 28 mars 2018.

La loi sur le parrainage est donc à différencier du projet de loi portant révision du Code électoral puis que la première a été « été votée depuis le 19 avril 2018 et promulguée par la chef de l’État ».La révision du Code électoral sera donc née des conclusions au sein de la Commission ad hoc paritaire, entre les différents acteurs politiques et la Société civile. Après celles-ci, l’Assemblée nationale sera de nouveau appelée à se pencher sur le sujet.

Senenews

« S’il est vrai que l’étude a révélé un niveau de prévalence de la délinquance générale autour de 30% pour la victimation des ménages et des personnes, il n’en demeure pas moins que les formes de délinquance, tels que les cambriolages (12.2%), les vols (10%) et les viols (2.1%) sont des phénomènes sous contrôle », a affirmé M. Ndiaye.

Il présidait la présentation du rapport de l’étude et la cartographie de la délinquance au Sénégal commanditée par l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité (ASP), avec la conduite de l’Ecole Supérieure d’Economie Appliquée (ESEA) de l’Université Cheikh Anta DIOP de Dakar et l’assistance technique de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD). Selon le rapport, parcouru par APA, la région de Saint-Louis (nord) enregistre le taux de prévalence le plus élevé en termes de victimation des ménages avec un taux de 45,8%, soit environ 4 ménages sur 10.

Les régions de Matam (28,5%) et Dakar (23,1%) enregistrent des moyennes en dessous de la moyenne nationale. Au plan de la victimation individuelle, l’étude nous informe que les régions de Dakar (60,9%), Thiès (38,2%) et Kaolack (28,3%) enregistrent les taux de prévalence les plus élevés et celles ayant les plus faibles taux sont Matam (10,7%) et Kaffrine (13,4%).

Parlant de l’élucidation des affaires, le document souligne que la moyenne nationale est de 21,4%, soit 2 cas sur 10. Les taux les plus élevés sont notés à Saint-Louis (36,3%), Dakar (31,8%), Kaffrine (29,4%) et Kédougou (23,9%). Les régions de Ziguinchor (2,1%) et Matam (4,4%) ont les taux d’élucidation les plus faibles. Par ailleurs, le rapport renseigne que les agressions, injures et menaces de même que le trafic ou l’usage de la drogue ainsi que la cybercriminalité sont dominantes dans les régions de Dakar, Thiès et Kaolack. Les vols à la roulette sont plus élevés à Dakar (21,8%) et Thiès (14,7%).

En outre, souligne l’étude, les cambriolages sont plus importants dans les régions de Thiès, Ziguinchor, Kaolack et Sédhiou. Les actes de malveillance sur matériel roulant sont plutôt localisés à Dakar et à Kolda. Les vols simples sont dominants à Dakar, Louga et Diourbel, alors que le vol de bétail est principalement localisé à Louga, Saint-Louis, Kaolack et Diourbel. Les violences conjugales sont localisées à Kédougou, Tambacounda et Kolda pendant que les agressions sexuelles sont plus relevées dans les régions du sud à savoir Kolda, Sédhiou et Ziguinchor.

Apanews

 

Le président français veut maintenir le système en vigueur. Quitte à abolir les vestiges les plus symboliques du passé. On se croirait dans Le Guépard de Visconti !

Quand il n’était que candidat, Emmanuel Macron ne mâchait pas ses mots face à la contestation du franc CFA : il demandait aux chefs d’État de la zone franc soit de cesser de faire porter le chapeau de leurs problèmes à ce système monétaire, soit de le quitter ! Devenu président, il ne s’est pas montré moins tranchant, le 28 novembre 2017, en répondant à l’interpellation d’un étudiant de l’université Joseph-Ki-Zerbo, à Ouagadougou. À en croire le dirigeant français, « le franc CFA est un non-sujet pour la France ». Il a donc invité son interlocuteur à s’abstenir de toute « approche bêtement anticoloniale ou anti-impérialiste » et promis d’« accompagner la solution qui sera portée par l’ensemble des présidents de la zone franc ».

 

 

 

Changer le nom, pas le système

Ainsi, le franc CFA changerait de nom ; les réserves en devises resteraient sur le sol africain ; et la zone monétaire serait élargie à la Gambie et au Ghana, mais pas au Nigeria, ce mastodonte dont la taille (75 % de l’économie de l’Uemoa) représenterait un risque insupportable pour la France, garante de la convertibilité de la monnaie new-look.

Exigée par les contestataires, l’éviction des représentants français des organes des banques centrales africaines n’ira en revanche pas de soi. Beaucoup plus tard, la parité pourrait être adossée à un panier de monnaies, et non plus au seul euro.

Il reste un énorme travail à mener pour éviter que les marchés ne paniquent devant ces bouleversements et pour harmoniser les économies de quinze États aux trajectoires jusqu’ici très divergentes. Une dévaluation non maîtrisée risquerait en effet de faire exploser l’inflation et de provoquer de graves troubles sociaux.

Le choix s’annonce délicat.

 

Jeune Afrique

Le groupe État islamique (EI) est moribond en Irak et en Syrie, mais la menace qu'il fait planer sur le Mondial en Russie (14 juin-15 juillet) est réelle et doit être prise au sérieux, assurent des experts.

A l'automne, des photo-montages grossiers publiés par la Wafa Media Foundation, un organe de propagande officieux de l'EI, ont commencé à apparaître sur les réseaux sociaux: les stars planétaires Lionel Messi, Neymar, l'entraîneur de l'équipe de France Didier Deschamps en combinaisons oranges, couteaux sous la gorge, gisant sur le sol ou périssant dans des flammes.

 Les menaces, en anglais ou en français, sont explicites : "Vous ne serez pas en sécurité tant que ce ne sera pas notre cas dans les pays musulmans !" ou "Nous allons continuer à vous terroriser et à ruiner vos vies !".Brian Glyn Williams et Robert Troy Souza, les auteurs d'un rapport publié la semaine dernière par le Combating Terrorism Center (CTC) de West Point, intitulé "La menace de l'État islamique contre la Coupe du monde de la Fifa 2018", soulignent que "les médias pro-EI ont lancé une campagne sans précédent sur les réseaux sociaux pour appeler à des attaques contre le tournoi". "Au cours des dernières années, il y a eu en Russie de nombreuses attaques terroristes réussies ou de nombreux complots déjoués dont les auteurs étaient liés ou inspirés par l'EI", ajoutent-ils. "Cela laisse penser que le groupe est en mesure de lancer des attaques pendant la Coupe du monde".
 
Les Echos.Fr 

Consultant pour "Russia Today", la chaîne publique d'information russe, José Mourinho a donné son opinion sur les équipes qui termineront aux deux premières places dans chaque groupe au Mondial. 

Pour le coach de Manchester United, la Belgique terminera ... deuxième du groupe G derrière l'Angleterre et affrontera le Sénégal de Kara en huitièmes de finale. Special One voit les Lions de la Terangas'imposer dans le groupe H devant la Pologne. La Colombie serait donc sortie dès la phase de poules. 

Bref, selon José Mourinho, on aurait les huitièmes de finale suivants : 

Uruguay - Portugal
Espagne - Russie
France - Nigeria
Argentine - Australie
Brésil - Mexique
Allemagne - Suisse
Angleterre - Pologne
Sénégal - Belgique 

Bref, si ce scénario se confirme et en cas de victoire contre les Sénégalais, les Diables rouges pourraient alors affronter l'Allemagne (ou la Suisse) en quarts de finale le samedi 7 juillet.

 

RTBF

COUPE DU MONDE - Classé 28e nation mondiale, le Sénégal arrive en Russie avec l'intention de devenir l'une des plus grandes surprises du tournoi. Son parcours en qualification, sa star, son sélectionneur, ses ambitions.

Le profil du Sénégal

Palmarès : Finaliste de la Coupe d'Afrique des Nations en 2002

 

Classement Fifa : 28e

Son parcours en qualifications

C'est au bout d'une épopée rocambolesque que les Lions de la Téranga se sont qualifiés pour la deuxième Coupe du monde de leur histoire après celle de 2002. Le Sénégal n'a pas connu de souci au second tour face à Madagascar. Placé ensuite dans un groupe comprenant également le Burkina Faso, le Cap-Vert et l'Afrique du Sud, il a fait le travail sur le terrain en terminant en tête et invaincu avec quatre victoires et deux nuls et seulement trois buts concédés.

Cette campagne a pourtant bien été exceptionnelle car elle a connu l'une des plus grandes controverses du football. Dans des conditions douteuses, l'Afrique du Sud avait initialement battu le Sénégal 2-1 en novembre 2016 lors de la 2e journée mais la Fifa a fait rejouer le match et banni à vie l'arbitre ghanéen Joseph Lamptey qui avait sifflé un penalty imaginaire. Un an après cette défaite, le Sénégal est revenu se faire justice chez les Bafana Bafana, s'est imposé 0-2 et a validé son billet pour la Russie.

Le onze type

Diallo - Sabaly, Koulibaly, Mbodj, Gassama - Gueye, Kouyaté - Sarr, Mané, Baldé, Sakho

La star

Tous les yeux seront braqués sur la vedette Sadio Mané. Le joueur de Liverpool vient de réaliser une superbe saison ponctuée de 20 buts et 9 passes décisives. Malgré la défaite des Reds, il a même récemment marqué en finale de la Ligue des Champions contre le Real Madrid. Adolescent, il avait dû fuguer pour convaincre ses parents de le laisser jouer au football. Il a bien fait de s'obstiner.

Ailier rapide, dribbleur et altruiste, Mané fait partie des Lions de la Téranga depuis 2012 et avait disputé les JO de Londres avec la sélection olympique. A 26 ans, il sera le fer de lance du Sénégal en Russie et devra prendre le relais de son idole El Hadji Diouf, qui était le talisman de la génération dorée de 2002.

Le jeune à suivre

S'il a débuté en Serie A en 2013, Keita Baldé a explosé avec la Lazio Rome lors de la saison 2016-2017 en inscrivant 16 buts. Né en Catalogne et passé par la Masia du Barça, il a rejoint l'AS Monaco l'été dernier contre 30 millions d'euros. Le joueur de 23 ans a parfois eu du mal à confirmer avec le club de la Principauté mais il a tout de même signé 8 buts et 11 passes décisives. International sénégalais depuis deux ans, il espère bien poursuivre sa montée en puissance au Mondial.

Keita Baldé (AS Monaco)

Keita Baldé (AS Monaco)Getty Images

Le sélectionneur

Ancien milieu de terrain international, Aliou Cissé était le capitaine de la fameuse équipe de 2002. A 42 ans, il retrouvera la Coupe du monde en tant que sélectionneur de son pays. Nommé à la tête des Lions de la Téranga en mars 2015, il a su bâtir une formation solide et rigoureuse qu'il a menée au succès durant les éliminatoires. Avec lui, le Sénégal a déjà repris espoir en atteignant les quarts de finale de la CAN 2017 et il rêve désormais d'aller au moins aussi loin à la Coupe du monde.

Son histoire en Coupe du monde

Le Sénégal n'a, pour le moment, disputé qu'une seule phase finale de Coupe du monde. Le glorieux épisode de 2002 fut bref mais intense avec une victoire surprise 1-0 contre la France alors championne du monde en titre, des nuls contre le Danemark et l'Uruguay (1-1 et 3-3) et un succès en huitième de finale face à la Suède (2-1). Les coéquipiers de Papa Bouba Diop étaient tombés en quarts de finale devant la Turquie (0-1).

 

Pourquoi cette Coupe du monde sera la bonne

Les raisons d'être optimiste sont nombreuses pour le Sénégal. Il dispose d'un groupe riche composé de nombreux joueurs évoluant dans de très bons clubs européens. Avec son leader napolitain Kalidou Koulibaly, il sait aussi faire preuve d'une véritable stabilité défensive. Les Lions de la Téranga sont également très biens armés en attaque avec les redoutables Sadio Mane et Keita Baldé. L'entraîneur Aliou Cissé a façonné une équipe forte qui ne se fixe pas de limites.

Son programme dans le groupe H

19 juin : Pologne - Sénégal (Moscou)

24 juin : Japon - Sénégal (Ekaterinbourg)

28 juin : Sénégal - Colombie (Samara)

 

EUROSPORT

A l’occasion de la cérémonie de prestation de serment des juges consulaires de la Cour d’Appel de commerce, l’ancien procureur de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei) Alioune Ndao pense "qu'il n'y a aucune célérité excessive dans le traitement de cette affaire". A cet effet, il souligne qu’un dossier de justice suit son temps, qu'il soit traité rapidement ou non. À son avis, "l'affaire Khalifa Sall constitue un dossier ordinaire, comme tous les autres". 

Press Afrik

Page 7 of 257

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…