senpresse.com

senpresse.com

Le changement que nous espérons ne viendra jamais des autres mais, plutôt de nous. En fait, depuis plus deux décennies nous perdons quasiment notre temps sur des activités qui n'aboutissent guère sur du concret.
Symposium, panel, conférence, colloque... Toujours les mêmes mots, les mêmes personnes, les mêmes discours, analysant les angles ou les mêmes couleurs, parfois venant des idéologies flambant neuf et des écoles de commerce ou de communication, qui n'ont qu'une seule vocation, vendre. Quand allons-nous acheter ce dont on a besoin réellement ? Loin sans faute, quelles sont les conclusions de la Semaine Nationale de la Solidarité Numérique (SNSN)? Qu'en est-il de la stratégie numérique Sénégal 20 XL? Quel est l'impact "des mardis du numérique" ? Autant d'initiatives çà et là qui se glorifient à chaque fois du taux de pénétration de téléphones mobiles ou du nombre de puces en circulation pensant que ces agrégats pourraient faire valoir la bonne santé du numérique au Sénégal.
 
En fait, selon l'Union internationale des télécommunications (UIT) on ne peut évaluer l'indice de développement des TIC en s'appuyant seulement sur le taux de pénétration du mobile. Alors, soyons plus conséquent avec nous-même! la croissance véritable de l'économie numérique n'est ni dans les concepts ni à travers les slogans mais, ça commence par un écosystème favorable, bâtie sur la base d'un système éducatif novateur et durable. 
À-propos, digitalisation, transition digitale, ou virtualisation des démarches administratives ne sont pas de simples accessoires marketing ou d'outils funs! En réalité, ce sont de véritables révolutions dont nous ne sommes pas prêts encore à appréhender pour drivers raisons. La fracture numérique est elle effective? 
 
Qu'en est-il de la connectivité? Est-ce que la fibre optique et la 3G ont fait le maillage du territoire national? D'ailleurs, selon afrobaromètre 75% des jeunes de 15 à 29 ans en Afrique affirment n'avoir jamais accès à Internet, pire le Cap-Vert dispose 20% d'accès à l'Internet par foyers contre 5% pour le Sénégal. Sans risque de me tromper,  nous ne disposons pas encore d'une législation moderne pouvant entre autre rassurer le e-senegalais sur les questions épineuses de la cybersécurité et des normes d'implémentation des systèmes d'informations.
Alors, chers amis acteurs du numérique ne pensez pas embarquer les objets connectés aujourd'hui, car  nous risquons de voir demain pire qu'Ebola.

Malick FAYE
ITC & Chef de Projet Multimédia
Certifié Google en Marketing Digital
Alumnis CRL YALI Dakar B&E s3
Animateur Réseau IP Sénégal
Jeune leader francophone
CEO de m6informatique
Enseignant / Formateur ISEP-Thiés
Responsable TIC au PAGICTIC 
Tuteur Académique à L'UVS
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. 




+221 775778416 - 00221779820100


“La confiance en soi, c’est le facteur qui vous permet d’obtenir ce que vous voulez. OSEZ entreprendre

vendredi, 16 fvrier 2018 23:18

FEVRIER 2018

Prédictions de février pour le Bélier

Amour  La famille sera une sorte de « point de rencontre » où tout le monde se sentira aspiré d’une certaine manière. Bref, vous n’échapperez pas aux obligations familiales, et cela, qu’elles vous plaisent ou non. Vous devrez même assister à des réunions qui ne seront pas de tout repos.

Travail et argent  L’éclipse lunaire fera en sorte que vous vous intéresserez à toutes les formes de renseignements et à la communication d’informations. Sinon, vous aimerez les échanges parce qu’ils vous permettront d’apprendre plein de choses. Aussi, tout travail qui entre en contact avec le public sera grandement favorisé. Mettez toute votre énergie à faire du bon travail et vous récolterez les fruits de vos efforts dans six mois environ. Même si certains blocages viennent assombrir le secteur professionnel, vous trouverez le moyen de les contourner.

Consultez l'horoscope du jour pour le Bélier >

Prédictions de février pour le Taureau

Amour  Un enfant peut choisir de prendre une voie tout à fait différente de celle que vous auriez espérée pour lui. Sauf que ce conflit ne pourra être résolu que si vous décidez, « vous », de lâcher prise et de lui faire confiance, sinon de faire confiance à la vie… ce qui n’est jamais une mince affaire ! En dehors de cela, les amours se porteront bien !

Travail et argent  Vous sentirez l’obligation de réinventer votre rôle social, ou une crise d’identité vous incitera à bien évaluer votre raison d’être professionnelle, artistique, d’affaires ou politique (si vous œuvrez dans ce domaine). Ensuite, vous serez en mesure de vous repositionner dans la vie ! Aussi, vous ferez preuve d’une belle énergie physique et serez donc apte à traverser de longues heures de travail sans trop vous sentir fatigué. Par contre, l’éclipse du 31 janvier ouvre le mois de février et elle va engendrer une dépense d’énergie de tous azimuts, et qui, sans aucune retenue, pourrait vous entraîner sur la pente glissante de l’épuisement physique.

Consultez l'horoscope du jour pour le Taureau >


Le travail selon le zodiaque

 


Prédictions de février pour le Gémeaux

Amour  Les éclipses ouvrent la porte sur le mois de février et vous préparent à quelque chose de neuf sur le plan sentimental. Si vous vivez à contre-courant dans votre secteur amoureux, des événements éclairciront ou feront éclore des situations ambiguës. Bref, vous trouverez le courage de faire éclater vos véritables sentiments au grand jour. Un autre cas de figure serait que vous mettiez un terme à un « faux semblant » amoureux ou amical.

Travail et argent L’éclipse du 15 février fera en sorte que le domaine de la littérature vous ouvre ses bras et des chances de pouvoir être édité, par exemple, ne sont pas exclues. Sinon, vous constaterez avoir certaines habiletés artistiques qui valent la peine d’être développées. Cela dit, vous pourriez vous inscrire à un cours ou à une formation en ce sens. Décorateurs d’intérieur, designers et gens de toute autre profession liée de près ou de loin à celles-là verront leur carrière prendre un nouveau départ. Sinon, vous recevrez une offre qui vous incitera à vous poser de sérieuses questions !

Consultez l'horoscope du jour pour le Gémeaux >

Prédictions de février pour le Cancer

Amour  Autour du 15 février, la famille sera quelque peu perturbée. Rien de bien grave, rassurez-vous, sauf que les discussions n’aboutiront à aucun résultat, comme si vous prêchiez dans une église vide... Difficile de faire passer des messages quand les ego se ferment ! Si tout cela ne vous concerne pas, vous animerez des rencontres et des soupers en famille. D’ailleurs, un de vos enfants pourrait en profiter pour présenter sa nouvelle flamme. Ou bien l’ex présentera sa nouvelle flamme à vos enfants et vous ne la trouverez pas si drôle. Le but ici est de vous prévenir afin que vous puissiez réagir avec calme. Cela dit, un intéressé se fera très insistant !

Travail et argent  Votre sens de la méthode vous poussera à bien faire les choses tout naturellement et de la manière la plus exacte possible. D’ailleurs, votre efficacité ne passera pas inaperçue en haut lieu. D’autant plus que cette qualité n’est pas donnée à tout le monde… Ainsi, vous ferez avancer progressivement vos pions sur l’échiquier professionnel ou financier. Une situation vous obligera à fixer vos limites. Toutefois, remettez à plus tard toute procédure légale. Et si c’est impossible, arrivez bien préparé à répondre aux questions qui pourraient vous être posées.

Consultez l'horoscope du jour pour le Cancer >

Prédictions de février pour le Lion

Amour  Les tensions iront en augmentant. Ou bien la réalité vous rattrapera au grand galop, ce mois-ci ! Par exemple, si vous vous êtes endormi sur vos lauriers, convaincu que tout est sous contrôle, vous risquez d’être déçu. Le réveil sera brutal, confrontant. Cela dit, le passage de Vénus estompera les tensions vers le milieu du mois, autour du 17 approximativement. En dépit de quelques accrochages amoureux, vous voguerez sur des flots relationnels plus calmes et agréables.

Travail et argent  Vous éprouverez des problèmes relationnels, de collaboration, et les rapports de force seront eux aussi au rendez-vous. Vous allez donc devoir développer tolérance et humilité, mais ces deux qualités ne sont pas votre tasse de thé, comme on dit ! Malgré tout, vous ne manquerez pas d’enthousiasme communicatif et vos relations d’affaires, politiques, artistiques ou professionnelles se déploieront plus activement. Concrètement, cela vous apportera des munitions pour faire passer vos idées et vos plans d’action.

Consultez l'horoscope du jour pour le Lion >

Prédictions de février pour la Vierge

Amour  Le secteur des amitiés sera le plus éprouvé par l’éclipse lunaire. Comme il arrive trop souvent en pareil cas, certains de vos amis pourraient quitter ce monde, partir à l’étranger, déménager ou divorcer. Dans ce dernier cas, cette séparation vous obligera à choisir votre camp et, par le fait même, vous devrez prendre une décision déchirante.

Travail et argent  Vous pourriez décider de participer à la collectivité, au social, aux associations, à l’humanitaire, à des projets que vous porterez avec un certain détachement personnel pour le bien commun. C’est le temps de chercher un emploi, de trouver une nouvelle source de revenus ou d’améliorer tangiblement celles que vous possédez déjà. Des alliés sortiront de l’ombre pour vous aider en ce sens. Ou bien, comme j’aime à le dire, une source d’argent se tarira et celle qui prendra sa place correspondra mieux à vos objectifs de vie.

Consultez l'horoscope du jour pour la Vierge >

Prédictions de février pour la Balance

Amour  Vous fêterez sûrement la St-Valentin en grand ! Vous prendrez conscience de l’importance d’entretenir une bonne santé mentale, physique et morale, et vous utiliserez les grands moyens pour respecter votre corps physique. C’est une période pour prendre le pouls de ce qui ne va pas et d’apporter les changements qui s’imposent au lieu de critiquer et de vous braquer sans agir. Comme un enfant déçu de ce qui lui arrive et qui, par manque de maturité ou de recul, préfère donner des coups de pied sur une canette vide !

Travail et argent  Méfiez-vous d’une certaine tendance à l’arrogance au travail, car c’est votre dixième secteur, celui de la carrière, qui sera affecté par l’éclipse lunaire. Si tout se mettait à aller de travers, par exemple, vous auriez tendance à résister à explorer d’autres façons de faire. Cette fermeture ne vous apporterait rien de bon ni de constructif. Comme vous le savez, l’astrologie est un outil de prévention et de coaching dans le but de vous éviter le pire.

Consultez l'horoscope du jour pour la Balance >

Prédictions de février pour le Scorpion

Amour  La neuvième maison invite aux voyages et vous pourriez vous « éclipser » sous des cieux plus cléments durant le déroulement de ce mois de février prochain. Vous fêterez la St-Valentin en grand, si j’en crois la planète Jupiter ! Vous ne lésinerez pas sur les sorties et les cadeaux. Par ailleurs, vous allez rencontrer des personnes qui n’entendront pas toujours à rire. Votre personnalité teintée d’un brin « humour noir », qui aime si bien rigoler et se moquer des travers des autres, en prendra pour son rhume.

Travail et argent  L’éclipse lunaire vous poussera à l’aventure, à l’ailleurs, sinon au dépassement de vos limites personnelles, professionnelles, artistiques, d’affaires ou politiques (selon le domaine dans lequel vous œuvrez). Bref, vous allez creuser dans votre personnalité pour découvrir qui vous êtes. Ou bien vous pourriez décider d’entreprendre des études ou une formation particulière après en avoir profondément ressenti l’appel.

Consultez l'horoscope du jour pour le Scorpion >

Prédictions de février pour le Sagittaire

Amour  Les débats intellectuels seront nombreux et plus émotifs qu’à l’habitude (l’éclipse lunaire régit les émotions). Surtout, vous affirmerez vos opinions, insatisfactions et croyances sans mettre de gants blancs. Vous devrez vous méfier d’une tendance à juger les autres ou les situations trop hâtivement. Ainsi prévenu, c’est à cela que sert l’astrologie après tout, vous éviterez d’envenimer vos relations avec l’entourage.

Travail et argent  Il pourrait se présenter un nouvel emploi, une reconnaissance professionnelle favorable ou une consécration publique qui améliorera sans contredit votre plan de carrière. A contrario, si tout se mettait à aller de travers au travail durant la semaine avant ou après l’éclipse du 15 février, vous vous retrouveriez dans l’obligation de changer votre façon de voir les choses, d’aborder les problèmes ou les gens ou d’organiser la gestion des projets. Ainsi, vous éviterez de faire de trop grosses vagues.

Consultez l'horoscope du jour pour le Sagittaire >

Prédictions de février pour le Capricorne

Amour  L’éclipse lunaire s’attaquera à votre relation de couple si celle-ci n’a pas sa raison d’être. Tandis que vous rechercherez le partage, l’harmonie, la séduction et la bonne entente avec l’être aimé —, en fait, vous ferez preuve d’une belle disponibilité —, cette éclipse lunaire ne se gênera pas pour « éclipser » cette personne de votre vie. Après coup, vous vous direz que c’était la meilleure chose qui pouvait vous arriver.

Travail et argent  Côté travail, vous vous retrouverez devant de gros défis à relever tout en ayant pieds et mains liés, puisque la structure professionnelle est inadéquate et qu’elle a pris beaucoup de retard sur les concurrents qu’elle doit rattraper. La pression sera grande, mais vous contrebalancerez par votre force d’action, vos idées géniales et votre grande détermination. Les objectifs que vous vous fixerez seront plutôt difficiles à atteindre parce que vous souhaiterez voir la fin du projet en cours pour vous attaquer au plus vite au suivant. Ces impatiences sont très éclipse solaire !

Consultez l'horoscope du jour pour le Capricorne >

Prédictions de février pour le Verseau

Amour  L’éclipse du 31 janvier (qui ouvre le bal du mois de février) vous fera ressentir les choses, les événements ou les gens de façon très intime. Vous lirez en eux comme dans un grand livre ouvert ! Il se pourrait aussi que vous recouvriez la santé après avoir bataillé durant plusieurs mois. Un amour d’autrefois pourrait revenir hanter le cœur de certains Verseau. Ceux-là n’auront pas d’autre choix que d’en finir une bonne fois pour toutes, pour pouvoir ensuite passer à autre chose.

Travail et argent  Cette éclipse vous insufflera une énergie productrice et des ressources puissantes. Ensuite, au fil des mois, vous découvrirez quelles ressources vous ont été offertes : un cadeau de l’Univers ! Vous pourriez vous attaquer à un projet d’envergure et vous retrouver en accord profond avec les personnes impliquées. Cela dit, bien des choses vont s’éclipser de votre vie : un travail, un collègue de longue date ou un patron, mais il pourrait aussi s’agir d’un groupe de travail au grand complet. Débrouillard et visionnaire, vous viendrez à bout des tâches les plus ingrates ou complexes. Vous résoudrez tous les problèmes qui se poseront en faisant preuve d’une grande ingéniosité.

Consultez l'horoscope du jour pour le Verseau >

Prédictions de février pour le Poissons

Amour  L’éclipse lunaire fera lever en vous un fiévreux désir de vous différencier de la masse, mais de façon parfois trop originale ou excentrique, et vous risquez ainsi de détonner et de vous faire tasser par les autres. Vous allez aussi devoir calmer vos impulsivités et une rébellion contre les contraintes et la discipline. Sur le plan affectif, il y a menace de conflits avec la mère (ou avec la femme en général, d’où la possibilité de rupture). C’est aussi le signe d’un grand besoin d’aimer et de tisser des liens familiaux durables, mais le danger de voir s’éclipser quelqu’un et de manière brusque demeure sous haute tension.

Travail et argent  Si vous n’aviez que le fil d’arrivée en tête, vous négligeriez le chemin à parcourir pour y parvenir et tout vous semblera lourd et pénible. Le niveau de votre nervosité risque de monter en flèche pendant cette période ! Vous compterez parmi les heureux survivants d’une mise à pied générale… mais vous ne jubilerez pas pour autant. Ou encore, vous perdrez la confiance d’un haut placé à cause d’un malentendu ridicule que vous vous ferez un devoir de régler autour du 20 février.

vendredi, 16 fvrier 2018 22:29

Oumar Pène, La Légende


Né le 28 Décembre 1956 au cœur de Dakar, précisément à la Médina, Omar Pène est l’un des artistes-musiciens les plus talentueux de sa génération.Ayant grandi dans la banlieue Dakaroise à Pikine dans une famille polygame, il quitta très tôt le cocon familial pour vivre dans la rue et se consacrer à sa passion première qui est le football, d’ailleurs dans ses longues tournées en quête de savoir, il a eu à jouer aux Navétanes à Ziguinchor au Tabanka de Boudodi comme avant centre (très doué pour ce poste).Très tôt piqué par le virus de la chanson, il se distingua dans les Kassak (cérémonie de danse et chant pour les circoncis).

En 1972, à l’âge de 16 ans, Bailo Diagne, à la recherche d’un chanteur pour son groupe le « Kadd Orchestra » le pris sous son aile, avec d’autres groupes dont un certain…Ismaela Lo. Ils formèrent le « Super Diamono » en 1975. Ce fut le début d’une grande et belle aventure avec la sortie de leur premier album « BiitaBaane ».

Il s’en est suivi une série d’albums qui furent  très appréciés par le public et les mélomanesparmi lesquels «Sai-Sai, Adama N’Diaye, Casamance etc. ».A noter que  l’un de leur plus gros succès restera sans nulle doute l’indétrônable « Soweto » sorti en 1987. Son compagnonnage avec Ismael Lo durera une dizaine d’années avant que ce dernier ne vola de ses propres ailes.Néanmoins au sein du Super Diamono on nota des génies  tels que :Bob Sène (remplacé plus tard par Pape Dembel Diop), Lappa Diagne, Adama N’Diaye, Mamadou Lamine Maiga…..

À ses débuts dans la seconde moitié des années  70’, le Super Diamono se frotta sur la scène aux  autres ténors de la musique sénégalaise tels que le « Number One de Dakar » de Doudou Sow,Mar Seck, Yakhya Fall et l’ « Orchestra Baobab » de AblayeMboup  et Barthélémy Atisso.

 

Dans les années 80-90 on assista à une rude concurrence entre le Super Diamono et le Super Etoile de Youssou N’dour mais une concurrence saine grâce à l’amitié qui a toujours lié les leaders des deux groupes.

Omar Pène s’est toujours positionné comme le défenseur des jeunes, à travers ses textes très engagés. En dénonçant la maltraitance des enfants de la rue, ceux abandonnés par leurs parents… Ce qui lui a valu le surnom  du «  chanteur des jeunes », c’est le seul chanteur sénégalais qui détient un groupe de fan club qui existe depuis près de 30ans AFSUD (Amical des Fans du Super Diamono) à qui, il a d’ailleurs déjà dédié une chanson du même nom.

Omar Pène c’est aussi une carrière riche d’une quarantaine d’années, des dizaines d’albums au niveau national et international.

Il a été  sacré meilleur artiste africain en 1998 aux Etats Unis par CFTV.

En 2012 Youssou N’Dour nommé Ministre de la Culture, le prend comme conseiller à ses cotés.En parallèle, il continue sa carrière de chanteur en se produisant de temps à autre.

Pour fêter ses 40 ans de musique en 2014, on assiste à un retour époustouflant de Omar Pène sur la scène.

Aujourd’hui, son fils Assane est sur les pas du pater, prêt à assurer la relève.

King FM 

 

Depuis le début du procès du député et maire de Dakar Khalifa Sall, poursuivi notamment pour "détournement" et "association de malfaiteurs", l'État et la Ville de Dakar se battent dans l'enclos des parties civiles. Retour sur deux stratégies diamétralement opposées qui ont rythmé les audiences, à quelques heures du réquisitoire.

Deux béliers ne peuvent partager le même enclos. Ce proverbe sénégalais résume amplement le rapport qu’ont entretenu l’État du Sénégal et la Ville de Dakar, les deux parties civiles dans le procès de Khalifa Ababacar Sall et ses co-prévenus. Dans cette affaire – dite de la caisse d’avance -, les avocats de ces deux parties, « qui plaident côte à côte » selon la norme, ont passé beaucoup de temps à se tirer dessus. Le but de la manœuvre, de part et d’autre : s’arroger seul le droit de réclamer justice au nom d’un préjudice pour les faits de « détournement », « association de malfaiteurs », « blanchiment » et « faux et usage de faux ».

L’État, la Ville et la bataille des nullités

Cela a commencé par la longue bataille sur les exceptions de nullité, qui ont occupé plusieurs jours au début des audiences. Chaque camp a demandé au tribunal de rejeter la constitution de partie civile de l’autre partie. « L’État est notre adversaire dans cette affaire ! Disons-le clairement. Nous n’allons pas leur faciliter la vie dans ce tribunal », avait ainsi  lancé Me Ousseynou Gaye, avocat de la Ville de Dakar.

 

Ce Jeudi 15 février, dans leur plaidoirie, les avocats de l’État étaient aussi revenus sur la constitution de cet adversaire du même camp. Me Baboucar Cissé avait ainsi rappelé qu’en mars 2017, la Ville de Dakar avait voté une résolution solennelle pour apporter leur soutien au maire de Dakar et à ses co-prévenus, affirmer qu’il n’y avait eu « aucun détournement » et assurant de son intention de « refuser de se constituer partie civile ».

Ce vendredi matin, ce sont les avocats de la Ville qui se sont présentés au prétoire. Comme attendu, ils ont plaidé qu’il n’y avait eu « aucun préjudice subi » et n’ont demandé aucune réparation, même pas le franc symbolique. Par contre, ils se sont évertués à démontrer que « l’État du Sénégal est un usurpateur dans ce procès ». Pour Me Ibrahima Diao, Jean Sylva et Ousseynou Gaye, « l’argent de la caisse d’avance appartient exclusivement à la Ville de Dakar ».

Ils se sont appuyés sur les déclarations à la barre des deux receveurs-percepteurs municipaux, Mamadou Oumar Bocoum et Ibrahima Touré, également jugés dans l’affaire. Ceux-ci ont été clairs : les impôts locaux sont collectés par l’État pour le compte des collectivités locaux. Les recettes municipales ne peuvent à aucun moment appartenir à l’État, puisque la loi dit clairement qu’elles appartiennent aux villes. « L’État ne fait que collecter, prendre sa part et reverser le reste au propriétaire qu’est la Ville. Mais l’Agent judiciaire de l’État nous dit « Non ! Ma part est à moi et la part que la loi vous donne est à moi ! », a raillé Me Gaye.

Les avocats de la Ville ont aussi plaidé le « procès politique ». Pour eux, c’est l’État qui a politisé le procès en utilisant ses services pour mener « une véritable escroquerie processuelle ». « Si l’État s’était tenu à carreaux, personne ne parlerait de procès politique, mais de procès de droit commun », a poursuivi Me Gaye.

Pour les conseils de la Ville, le rôle joué par l’État a même entraîné le non-respect d’un règlement de l’UEMOA sur la présence de l’avocat auprès de son client à toutes les étapes de la procédure. L’AJE et ses avocats « étaient là pour dire des choses qui n’ont rien à voir avec ce procès », a accusé Me Diao.

L’État est « un boxeur à terre, en train d’être compté, qui tente de lever le doigt pour dire qu’il peut encore se battre », a raillé de son côté Ousseynou Gaye dans un plaidoirie vivement critiquée par le juge Malick Lamotte, qui lui a reproché des propos « agressif, d’une violence inouïe dans un prétoire ». Une remontrance qui a soulevé l’ire de tous les avocats, qui critiquant ce qu’ils ont qualifié d’atteinte à leur liberté de plaidoirie.

Après les avocats des parties civiles, qui ont désormais terminé leurs plaidoieries, le procureur de la République doit prendre la parole ce vendredi à partir de 15h, heure de Dakar (15h GMT). Lundi, les plaidoiries des avocats de la défense démarreront, pour se terminer mercredi.

Jeune Afrique 

Le Sénégal est un pays influent de par l’analyse des sociétés et pouvoirs qui le constituent et le secouent de temps à autre au cours de son existence. D’apparition récente, l’Etat sénégalais hérite d’un rapport stratégique entre politique (la France) et religieux (guides religieux sénégalais), écartant de passage l’aristocratie « ceddo ». Cet héritage va être remis en cause avec l’accession à l’indépendance par le pouvoir nouvellement établi.

Pour le pouvoir, l’heure est à la légitimation d’un arkhê, certes ancien parce que continuant celui du blanc colonisateur, mais fébrile parce que jusque-là limité à l’exploitation des ressources locales en faveur de la France et à une gouvernance réduite à un maintien d’un statu quo susceptible de permettre l’exploitation sus dit.Senghor, avec la première expérience sénégalo-sénégalaise, tentera pendant vingt ans d’établir un pouvoir adossé à une philosophie nouvelle la Négritude et un socialisme réadapté. Son abandon du pouvoir en 1980 en faveur d’Abdou DIOUF semble être un aveu d’échec et fragilisera encore plus l’idée que le pouvoir se fait de lui-même. On notera un renforcement de l’appareil répressif de l’Etat sous le régime de ce dernier.

Pour les religieux, il s’agira, à des degrés divers, soit d’une collaboration encore plus étroite entre deux leviers importants de la société sénégalaise, soit, d’une réappropriation locale d’une parcelle de puissance subtilisée illégalement par le blanc.

Avec l’avènement d’Abdou DIOUF, l’installation d’une administration de plus en plus locale, au-delà le légitime besoin de maîtrise du territoire sénégalais, témoigne de la volonté d’écarter le pouvoir religieux de toute gestion dévolue au chef d’Etat et à son gouvernement. C’est le fameux régime technocrate sous DIOUF de 1981 à 2000. Ce régime sera marqué par plusieurs crises. Ces bouleversements informent et forment une citoyenneté plus exacerbée et expliquent toutes les crises survenues entre 80 et 2000.

 

.Les crises sociales et économiques

Cette crise sociale et économique, conséquence de l’Etat-providence senghorien et que DIOUF va tenter de juguler avec l’idéologie du sursaut national, va se pérenniser pendant les années 80 pour aboutir à ce qu’Habib THIAM, premier ministre sous Abdou DIOUF (81/83 et 91/98), appelle les ‘’années de braise’’ (de 93 à 94)[1].

Le pays traversait une crise économique. En juin 1992, la banque mondiale et le fonds monétaire exigeait des autorités sénégalaises, ‘’alors que les déséquilibres macro-économiques s’aggravaient’’, ‘’un engagement sur la question de la masse salariale, le paiement des arriérés au titre du service de la dette, la baisse du prix de l’arachide et (…) le départ de 2800 agents de la Fonction Publique’’ (Marcel MENDY, 2001 :17). En Janvier 1994, la dévaluation du franc CFA enfonçait davantage l’Etat sénégalais dans une précarité périlleuse.Le Sénégal reste donc ‘’ incontestablement dans une situation de crise économique dont les conséquences sociales qu’impliquent les politiques d’ajustement, deviennent de plus en plus difficiles à supporter par une très large majorité de la population’’(Momar C. DIOP et Mamadou DIOUF, 1990 :152).

Avec un style emporté, ces propos de Makhary MBAYE donne une idée de la gravité de la situation telle que perçue par une frange considérable de la société :

‘’Au plan politique d’abord, depuis près d’une décennie, le refus obstiné d’envisager l’Alternance avait installé le Sénégal dans un cycle ininterrompu de contentieux électoraux.

Au plan socio-économique, l’échec était patent. L’adoption, le 16 août 1993, d’un plan d’urgence qui prétendait redresser la banqueroute, imposait aux travailleurs et citoyens des sacrifices autrement plus insupportables.

Au plan éducatif, la démission notable des pouvoirs publics achève de désintégrer un système qui ne saurait remettre en état, les dernières concertations sur l’enseignement supérieur. Il ne se passe pas un mois sans que les étudiants ne soient en grève avec une plateforme revendicative que l’Etat ne peut pas ou du moins, ne manifeste pas la volonté politique de satisfaire. D’ailleurs l’année 1993 a été pour l’enseignement supérieur une année invalide.

L’appel à un dialogue entre les différents acteurs de notre devenir collectif lancé par El Hadj Abdoul Aziz Sy n’a pas connu les résultats escomptés. Tout laissait croire que l’Etat s’employait à créer un embrasement généralisé sans se préoccuper outre mesure des implications sociales graves qui risquaient d’en découler. Et comme pour refuser la fatalité d’une délinquance à laquelle il n’a nullement participé, le syndicat des travailleurs avait conduit trois grèves générales en vue de défendre ses intérêts fondamentaux. A cela venaient s’ajouter l’arrestation puis l’inculpation de Serigne Moustapha Sy, leader moral d’un si puissant mouvement de jeunesse, les moustarchidines.’’[2]

 

.La volonté de puissance et/ou l’aveu d’impuissance du régime de DIOUF

L’avènement de DIOUF au pouvoir coïncide avec la révolution iranienne. Or cette période sera marquée au Sénégal par la naissance de nouveaux mouvements religieux.

Soucieux d’une affirmation réelle d’un pouvoir politique fragilisé sous Senghor déjà, Abdou DIOUF et son gouvernement feront leur possible pour éliminer toute tentative de ‘’révolution islamique’’. Plusieurs stratégies vont être posées :

  • nomination d’un griot d’Etat. El hadj Mansour MBAYE devenait ainsi celui qui annonçait le ‟ président de tous les sénégalais ”, ‟ le gardien de la constitution” pour renforcer un charisme manquant.(Momar C. DIOP et Mamadou DIOUF, 1990)
  • tentative de division des confréries sénégalaises.(Momar C. DIOP et Mamadou DIOUF,1990)
  • Intervention de laL.G.I. pour répondre à la révolte policière. (Momar C. DIOP et Mamadou DIOUF, 1990)

Ceci mènera inexorablement vers une ‘’ngourification’’ du statut de chef d’Etat. Une ‘’ngourification’’ imputable autant au régime en place qu’à une culture de vassalisation toujours qualificative des sociétés sénégalaises majoritairement rurales.

.Le rapport Mouvement Moustarchidine-Abdou DIOUF

-Le temps du rapprochement

Né à la fin des années 70, le Dahiratoul Moustarchidina Wal Moustarchidaty (DMWM) a très vite acquis une masse sociale importante. Dirigé par Serigne Moustapha SY, ce mouvement religieux a pris la pleine mesure de son importance avec des activités à partir de 1985. Semaine culturelle, puis Année de la femme (87), Année de la jeunesse (89), Année des cadets (90), Année des mères (91) font l’économie du coming out du DMWM. Conscient de sa force, Serigne Moustapha SY était devenu un interlocuteur avec lequel il fallait compter. WADE le confirmera dans un entretien en ces termes :‟ Les moustarchidines représentent une force. Qu’on soit d’accord ou non sur l’évaluation, la réalité est que c’est un potentiel électoral important.”

D’ailleurs, le caractère international de certaines de ces activités et la présence du président de la République Abdou DIOUF lors de colloque international sur la jeunesse musulmane confirment l’importance que revêtait dorénavant le DMWM. Un colloque qui avait vu la participation de 32 Etats. Par ailleurs, lors de son  allocution Abdou DIOUF dira tout le bien qu’il sait du DMWM, précisant le rôle qu’il jouait dans l’alphabétisation de la jeunesse. D’ailleurs, il dit en ces termes « Le mouvement a alphabétisé près de 30 000 jeunes ». Cet évènement présageait d’un futur partenariat fécond.

A ce stade d’investigation, l’on ne saurait s’aventurer à donner les raisons précises du clashqui s’en suivait. Toutefois, certaines questions mériteraient d’être exploitées :

Avaient-ils les mêmes objectifs ?

Etait-il possibleque le gouvernement accepte de travailler avec Serigne Moustapha SY ?

-Le conflit consommé

Etant donné l’échec de cette alliance, Serigne Moustapha SY ira rejoindre le camp de l’opposition avec laquelle il nourrira l’espoir de trouver un futur réel collaborateur. L’appui du DMWM est alors redirigé vers l’opposition.

L’entretien de WADE avec Marcel Mendy confirme cette recherche de Serigne Moustapha SY de collaborateurs fiables.

‘’ Moustapha SY a demandé à me voir… Je l’ai reçu un soir… Il m’a dit que son mouvement avait fait l’analyse du spectrum politique, étudié les partis, rencontrés les différents leaders politiques, pour leur poser des questions sur leurs programmes. C’est dans ce cadre que je viens vous voir pour discuter avec vous sur les détails de votre programme…’’

‘’ On a discuté et il est revenu pour me dire que, analyse faite, nous avons décidé de vous appuyer à la présidentielle de 93… Alors, qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? Que je leur dise non, vous êtes des intégristes, etc. Ce n’est pas mon problème. Ce sont des sénégalais qui ont un bulletin de vote et qui ont décidé de m’appuyer…’’

‘’ D’autant que, comme vous le savez, ils avaient appuyé DIOUF avant… J’ai accepté, on s’est battu ensemble, pendant les élections, ils ont voté pour moi aux présidentielles comme aux législatives… C’est comme cela que nous sommes des alliés, mais nous n’avons jamais discuté de philosophie politique… Sur le plan de la religion, ils ont leur conception, moi j’ai la mienne. Je ne vois pas où est le problème et je ne les considère pas comme des intégristes, contrairement à ce qu’on peut croire… ‘’

‘’ Ils ont accepté mon programme, le cadre de mon programme, c’est-à-dire la République démocratique et laïque. S’ils m’avaient dit on vous appuie pour installer la République islamique, j’aurais dit non ! Ils m’ont dit l’essentiel pour eux c’est de trouver des emplois aux jeunes, les amener à laisser la drogue, etc. Au demeurant, vous savez que moi, je suis mouride…’’ (Entretien WADE/MENDY, Février 95.)

 

La critique acerbe du régime de DIOUF proviendrait alors du point de vue du DMWM des crises sur lesquelles Serigne Moustapha SY avait insisté au meeting du PDS à Thiès le 23 octobre 1993. Il y avait stigmatisé trois sortes de crises :

  • Une crise d’autorité : Au Sénégal, chacun se comporte comme il veut ; certaines personnes prenant des décisions alors qu’elles n’en ont pas les prérogatives et à l’insu du Président de la République.
  • Une crise de compétence : Le Sénégal traverse une crise profonde dont la solution dépend de chacun. Ignorer Abdoulaye et Cheikh Tidiane SY relève de l’incompétence.
  • Une crise de confiance : Au Sénégal, il y a une crise de confiance. L’exemple en est donné par le refus du peuple du ‘’plan d’urgence’’.

Ces critiques seront reprises à travers la correspondance en une série de lettres ouvertes entre Cheikh A. Tidiane SY et d’Abdoulaye WADE.

 

 

.Le 16 février en question

-Le poids des Moustarchidina Wal Moustarchidaty

Les moustarchidines étaient au cœur du dispositif de la CFD. La déclaration suite au jugement par défaut de Serigne Moustapha SY par la Première chambre Correctionnelle du tribunal de Dakar à un an ferme avec 500000 francs permettra de montrer les limites des articles incriminants Serigne Moustapha SY et de faire voir aux ‟citoyens sénégalais qu’ils sont tous des prisonniers d’opinions en sursis du fait de textes qui ont leur place dans les musées des horreurs répressives.”

L’arrestation de Serigne Moustapha SY le 30 octobre ainsi que son inculpation deuxmois plus tard (14 janvier 1994) ont été des motifs suffisants pour mobiliser les moustarchidines. A la situation chaotique dont le pays faisait face, ‟ venaient s’ajouterl’arrestation puis l’inculpation de Serigne Moustapha Sy, leader moral d’un si puissant mouvement de jeunesse, les moustarchidines.” C’était, en effet, pour les moustarchidines, la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Ainsi, leur alliance à la CFD répondait à une revendication citoyenne, mais leur détermination est à chercher dans ce comble de l’horreur : l’arrestation puis l’inculpation injustifiées de leur responsable moral Serigne Moustapha SY ‟prisonnier d’opinion”.

.Le rassemblement de la  Coordination des Forces Démocratiques (CFD).

Ce rassemblement du16 février 1994 tombait en période de ramadan. Il s’agissait d’un meeting politique de l’opposition autour de la Coordination des Forces Démocratiques sur le boulevard du Général De Gaulle. C’était un rassemblement que le préfet de Dakar avait interdit. Principaux leaders de ce mouvement, WADE et SAVANE n’entendaient pas se satisfaire d’un interdit ‟politique” d’un rassemblement légitime vu la catastrophe économique et sociale dans laquelle le gouvernement s’était embourbé.

Dès avant quinze heures, la place refusait du monde. Militants de partis, d’obédiences religieuses diverses dont particulièrement le DMWM constituaient une marée humaine convaincue et décidée à en découdre avec ce ‟gouvernement incompétent”. Plusieurs chefs de partis membres de la CFD défilèrent en tribune pour quelques minutes de temps de parole. Il s’agissait de Madior DIOUF, de Mamoussé DIAGNE, de Landing SAVANE, d’Ousmane NGOM et de Serigne Pape Malick SY. Au tour de WADE, l’hystérie atteignit son comble. Un jeune surgit de la masse et engagea tout le monde à marcher. Sur ces entrefaites, WADE donnera son consentement avec sa célèbre ‟vous voulez marcher, eh bien marchez !”. S’en était fini du meeting. L’heure était à la marche qui charriera avec elle la mort de six policiers, la casse de plusieurs voitures, entre autres dégâts. Elle se terminera sans se transformer en un point de non-retour où le Sénégal sombrait dans une guerre civile.

 

Cellule de Communication de La Section UCAD (DMWM)

 

 

Bibliographie

DIAGNE Mountaga, Pouvoir politique et espace religieux au Sénégal, Paris L’Harmattan, 2014.

DIOP  Momar Coumba et DIOUF Mamadou, Le Sénégal sous Abdou Diouf, Paris, Karthala, 1990.

MENDY Marcel, Wade et le Sopi. La longue marche, Paris, Les classiques africains, Tome II, 2001.

THIAM Habib, Par devoir et par amitié, Editions du Rocher, 2001.

 

[1]Il s’agit d’un titre repris du livre de Habib THIAM

[2]MBAYE Makhary, Naissance et évolution du Dahiratoul Moustarchidina wal Moustarchidaty 1978-2002, Mémoire de maîtrise, Dakar, UCAD, 2002.

Page 5 of 228

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…