senpresse.com

senpresse.com

Profitant du départ de Philippe Coutinho lors du dernier mercato hivernal, l’ailier sénégalais Sadio Mané va prendre la suite de son ancien coéquipier. Le joueur passé par Southampton sera le nouveau numéro 10 de Liverpool pour l’exercice 2018/2019. Il laisse de côté son numéro 19. Pas de panique pour les supporters des Reds, ces derniers auront la possibilité d’échanger leur maillot. Sadio Mané succède à Philippe Coutinho mais aussi à John Barnes, Joe Cole, Luis Garcia, Michael Owen et Andriy Voronin.

 

En ce vendredi, Khalifa Sall fait face au juge dans le cadre de son procès en appel. Ses conseils ont la parole. Me Bamba Cissé, s’appesantissant sur divers articles, à expliquer la manière dont le procès en appel de son client tourne vers le mauvais sens.

 

Rappelant que l’article 558 ne doit pas prôner dans ce cas précis car « étant complexe », la robe noire juge que pour mieux cerner les choses, il faut « faire appel à l’article 557 ». Selon lui, avec l’article 558, « le juge est complètement hors sujet car cet article n’a pas besoin d’être en vigueur ». A suivre Me Bamba Cissé, toutes les parties qui se sont penchées sur l’affaire Khalifa Sall ont parlé en sa faveur. « Dans l’affaire Khalifa Sall, il y a deux mains de Dieu, l’article 158 et la Cour de la CEDEAO », argue-t-il avant de terminer en lançant une pique à ses pairs : « Je ne connais pas la loi mieux que vous, chers confrères, mais mon avantage est que je suis plus jeune que vous. J’ai aussi la mémoire encore fraîche ».

Senenews

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de PressAfrik, l'opérateur de téléphonie Orange Sénégal a réagi à la vague de colère de ses abonnés sur les réseaux sociaux, après sa décision de ne plus faire du Pass internet 3Go valable 24 heures, un forfait dont la validité est cumulable avec les pass d'une semaine ou d'un mois. Orange ne recule pas. Tout au contraire, il fait savoir aux abonnés mécontents qu'il a juste corrigé une erreur qui ne lui profitait pas. (Communiqué) 

 

otre catalogue des offres de pass internet n’a pas changé 
Dakar, le 20 juillet 2018 – Orange informe son aimable clientèle qu’il y avait une anomalie dans son système de comptage qui permettait à un client ayant acheté un pass Internet de 24H d’en rallonger la validité à une semaine ou à un mois en achetant concomitamment un nouveau pass volume.  

Ce phénomène a entrainé une augmentation considérable de la demande en données sur le réseau Sonatel. 
Depuis hier, ce dysfonctionnement technique a été corrigé afin de continuer à garantir une meilleure qualité de service à tous ses clients.  

Une mesure qui n’impacte aucunement le volume des pass souscrits par les clients, ni la durée de validité de ceux-ci.  

Le Groupe Sonatel, à travers sa marque Orange, reste à l’écoute de l’ensemble de ses parties prenantes et de nouvelles offres sont régulièrement proposées aux clients pour répondre à leurs besoins au quotidien. 
 

La Direction de la Communication Institutionnelle et des Relations Extérieures 

 

Les internautes intensifient la Guerre

Sur les réseaux sociaux, les abonnés continuent d'appeler à boycotter l'opérateur Orange et appellent même à rejoindre les deux autres opérateurs présents au Sénégal
احمدول خادم??@BambaKhadim
 
 

Au lieu de payer les puces tigo je vous conseille plutôt la portablité. Ca sera comme une pétition c’est le seul manière de faire ressentir à orange les effets.

 
Gerard Steve Marcel lui lance le mouvement VOT (Virer Orange nos Téléphones)
Gerard Steve Marcel@GerardSteveMar1
 
 

Je lance le mouvement (Virons Orange de nos Téléphones) en collaboration avec
Donc je demande à tous d'intégrer ces deux mouvements max de RT et de FAV

 
Sur Facebook, Sat Sadia lance le Talatay Orange et appelle au moins 100 abonnés à venir mardi devant les locaux d'Orange pour rendre leurs abonnements. L'événement serait diffusé en Live sur les réseaux sociaux Le journaliste Abdou Khadr Seck lui s'est procurer la puce d'un autre opérateur pour les services internet...
 
Pressafrik

Baye Niass (Taïba Niassène, 1900 – Londres, 1975), de son vrai nom Ibrahima Niass (forme longue) Cheikh Al Islam Mawlana Ibrahima Niasse, est un soufi et gnostique musulman sénégalais. Il est le 9e fils d’Abdoulaye Niass. Il est le fondateur du mouvement Faydha Tidjaniyya, une branche de la confrérie soufis, la Tiajniyya, qui deviendra l’une des plus importantes organisations musulmanes au monde comptant plus d’une centaine de millions d’adeptes selon Christopher Gray (The rise of the Niassene tijaniyya, 1875 to the présent. Edition Islam et Société)


Portrait de Cheikh Ibrahim Niass

La position stratégique de Kaolack (Centre du Sénégal) et les relations suivies de son père avec les lettrés du Sénégal, de la Mauritanie et l’Afrique du nord font de sa maison paternelle un endroit privilégié où le jeune Ibrahim étudie non seulement les sciences religieuses (exégèse, juruisprudence, théologie, grammaire arabe, rhétorique, métrique, biographie du Prophète (SAS), etc.) mais également cultive un goût prononcé pour le mysticisme musulman. Témoigne de ses connaissances ésotériques d’acquisition précoce, son premier ouvrage Rûh al adab écrit à l’âge de 18 ans (En fait l’auteur Ibrahima Niass dit à la fin de son ouvrage qu’il avait 21 ans quand il écrivit son œuvre, note du présentateur) , ainsi que son fameux Kâshif al ilbas (1930) [Traité fondamental de Soufisme et de la Voie Tijaniyya, Note du présentateur]. À la mort de son père, en 1922, son frère aîné Mouhammad (Khalifa) prend en charge la communauté des « Niassènes » et Ibrahima enseigne dans les écoles coraniques de son père de Taïba, Kossi et Kaolack. Son érudition et sa piété lui attirent très vite de nombreux adeptes. Dès 1930, il se proclame héritier spirituel de Ahmed Tijan, et obtient l’allégeance massive des disciples de son père ainsi que celle de nombreux cheikhs maures qu’il initie à la Tarbiyya (initiation mystique) dont le but est de parvenir à la Maarifa(gnose) .Initiation qui marque la spécificité de sa branche Tijaniyya. 

Toutefois son audience reste limitée jusqu’en 1937, année où il effectue son premier pélérinage à la Mecque et y rencontre l’Emir de Kano (Nord du Nigéria), Abdoulahi Bayero  qui renouvelle son affiliation à la Tijaniyya auprès de lui et l’invite à Kano. Il y obtient l’adhésion de la majorité des oulémas de la Tijaniyya qui, dès la fin de la deuxième guerre mondiale, se font les moteurs de l’expansion de son mouvement dans toute l’Afrique de l’Ouest. À la mort de l’Emir Abdoulahi Bayero en 1953, son fils Mouhamed Sanuss lui succède et renforce ses liens avec Ibrahima Niasse. À la fin des années 1960, grâce à ses appuis politiques, le zèle de ses disciples nord-nigérians, son action éducative et le zèle de son prosélytisme, il se trouve à la tête d’une communauté transnationale de plusieurs millions de membres répartis entre le Nord Nigéria, lieu par excellence de son rayonnement, le Ghana, le Niger, le Togo, le Libéria, la Sierra Leone, le Tchad, le Caméron, la Gambie, la Mauritanie et la région du Sine saloum. Selon Mervyn Hiskett (Development of Islam in West Africa, p. 287), « by the end of colonial period, there is little doubt that it was by then the largest single Muslim organisation in West Africa. » (Il n’y a aucun doute que son mouvement était la plus grande organisation musulmane en Afrique de l’Ouest à la fin de la période coloniale). Au-delà de l’Afrique, de nos jours, on retrouve ce mouvement aux États-Unis, en Asie mais aussi dans les pays du Golf. 

L'information vient de Tomber. Le procureur Général Lansana Diabé Siby, qui avait demandé mercredi dernier à ce que la décision de la Cour de justice de la CEDEAO soit respectée par la Cour d'Appel a, par un réquisitoire écrit déposé devant ladite juridiction,  demandé le maintien en détention de Khalifa Sall. 

À noter que même lorsque le Procureur Général reçoit des instructions écrites de déposer des réquisitions dans un sens déterminé, il reste libre à l’audience de développer sa position personnelle. Selon l’adage bien connu « la plume est serve mais la parole est libre ».

Inimaginable ! Au terme d’un match au scénario complètement fou, les Bleus ont décroché le second titre de champion du monde de l’Histoire de l’équipe de France en battant la Croatie (4–2).

 

Vingt ans que tout un pays attendait ce jour. Vingt ans que la jeune génération des années 90 s’impatientait de vivre son moment historique et d’autant plus depuis la malheureuse finale de l’Euro-2016. Ce 15 juillet 2018 restera un jour historique pour des dizaines de millions de personnes, au terme d’une finale de Coupe du monde au scénario rocambolesque. L’équipe de France a frappé le maillot bleu d’une seconde étoile en dominant la Croatie dans un match fou (4–2).

Griezmann, Mbappé, Pogba et un but contre-son-camp de Mandzukic ont permis à ces jeunes Bleus de grimper sur le toit du monde. Mais que ce fut dur, face à une équipe croate joueuse et dominatrice, qui a asphyxié son adversaire pendant plus d’une heure.

 

Le match (4–2)

À l’image de son capitaine Luka Modric, très remonté après les hymnes, la Croatie fait la meilleure entame. Dominatrice dans les duels et avec un pressing tout terrain, les hommes de Zlatko Dalic font déjouer les Bleus, pris à la gorge à la relance. 

Il faut attendre le premier quart d’heure pour voir la première incursion française dans le camp croate. Griezmann gagne un coup franc qu’il tire lui-même. Le malheureux Mandzukic effleure le ballon et trompe son propre gardien (1–0, 18e). 

Contre le cours du jeu, la France prend les commandes mais la réponse croate est immédiate. Sur un nouveau coup franc, la défense des Bleus perd trois duels, Perisic contrôle, arme et fusille Lloris (1–1, 28e). 

La domination croate est nette face à des Bleus, battus dans l’engagement, imprécis dans leurs transmissions. Et pourtant… Sur un corner obtenu d’un dégagement de Lloris, la France obtient un penalty inespéré sur une main de Perisic. Griezmann s’exécute et permet aux siens de filer aux vestiaires en tête. Un petit hold-up avec deux buts pour une seule frappe, côté français, sept frappes, côté croate.

Dès la reprise, les vagues croates déferlent sur le but de Lloris, qui s’interpose devant Rebic puis Mandzukic (47e, 49e). Deschamps décide de réagir en sortant Kanté, averti, par Nzonzi (54e).

Les Vatreni continuent d’enchaîner les offensives mais s’exposent… Bien lancé sur la droite, Mbappé déborde, centre et trouve Griezmann. Il remet à Pogba qui enroule parfaitement du gauche. Le break est fait ! (3–1, 59e). Les Croates sont assommés, et Mbappé vient enfoncer le clou d’une frappe limpide (4–1). Les Bleus sont d’une efficacité chirurgicale. 

Mais cette finale n’a rien d’ordinaire. Sur une passe en retrait, Lloris, pourtant assez tranquille, se manque totalement et offre le but de l’espoir à Mandzukic (4–2). Un espoir qui finira étouffé par une solide organisation défensive dans le dernier quart d’heure. Asphyxiés pendant 90 minutes, les Bleus peuvent souffler, ils sont champions du monde !

dimanche, 15 juillet 2018 16:47

DIRECT: France 4 Croatie 2: Que de Suspenses !

Direct. France-Croatie : une finale de folie (4–2) !

Page 1 of 267

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…