zao

zao

Mali: 130 civils massacrés pendant une visite de l'ONU, envoi d'une délégation gouvernementale

Cette tuerie, la plus sanglante depuis la fin des principaux combats de l'opération lancée en 2013, à l'initiative de la France, pour chasser les groupes jihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du pays, s'est produite en pleine visite du Conseil de sécurité de l'ONU au Mali et au Burkina Faso voisin. 

Depuis l'apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l'agriculture, qui ont créé leurs propres "groupes d'autodéfense". 

Ces violences ont coûté la vie à plus de 500 civils en 2018, selon l'ONU. 

Un Conseil des ministres extraordinaire s'est tenu dimanche, en présence du président Ibrahim Boubacar Keïta, mais aucune décision n'a été annoncée dans l'immédiat. 

La délégation, comprenant plusieurs ministres, dont ceux de la Justice et de la Santé, et des responsables militaires, est arrivée en fin de matinée à Ogossagou-Peul, dans la zone de Bankass, près de la frontière avec le Burkina Faso, selon un élu local. 

Quelques heures auparavant, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'était déclaré "choqué et outré" par ce massacre évoquant un bilan d'au moins 134 civils tués, "y compris des femmes et des enfants", et avait appelé "les autorités maliennes à enquêter rapidement sur cette tragédie et à traduire ses auteurs en justice". 

Ce bilan de 134 morts, dans l'attaque survenue samedi à l'aube et imputée à des chasseurs dogons présumés, a également été avancé par l'association de défense des droits des populations pastorales Kisal et un élu local. 

Dans le village, des corps étaient encore dimanche en train d'être ramassés, selon des témoins. Et des habitants des environs demandaient dimanche à être évacués, par crainte de nouvelles attaques, selon un élu local. 

- 'Pogrom orchestré' 

L'attaque est survenue six jours après un attentat jihadiste à Dioura, dans la même région mais beaucoup plus au nord, contre un camp de l'armée malienne, qui a perdu 26 hommes, selon un dernier bilan de source militaire. 

Dans un communiqué de revendication vendredi, la principale alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda a justifié l'opération de Dioura par les "crimes odieux commis par les forces du gouvernement de Bamako et les milices qui le soutiennent contre nos frères peuls". 

Parmi les tués d'Ogossagou-Peul figuraient "des éléments peuls du DDR cantonnés dans le village", avait indiqué samedi le préfet de Bankass, Boubacar Kané. Il faisait référence à l'extension au centre du pays depuis le début de l'année du processus de "désarmement, démobilisation et réinsertion" (DDR) prévu par l'accord de paix de 2015 pour les combattants de groupes armés du Nord. 

La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg), signataire de cet accord, a appelé dans un communiqué "à la cessation immédiate de ces massacres qui s'apparentent à un véritable pogrom orchestré". 

De son côté, la coalition des groupes pro-gouvernementaux également impliqués dans l'accord de paix, a condamné ce "crime de masse", exigeant "une commission d'enquête indépendante". 

Ces groupes ont également réitéré "leur invitation au gouvernement et aux frères de la CMA sur l'absolue nécessité du dépassement de toutes leurs divergences pour ensemble sécuriser les populations conformément aux engagements pris par tous", en référence aux divergences entre signataires sur l'application de l'accord. 

Dans un rapport publié le 5 mars, le secrétaire général de l'ONU affirme que "les six derniers mois ont enregistré davantage d'avancées que le reste de la période écoulée depuis la signature de l'Accord en 2015", grâce selon lui à "la pression internationale, notamment la perspective de sanctions". 

Mais "la menace, qui continue de se propager du nord vers le centre du Mali, détourne l'attention de l'Accord et en complique la mise en oeuvre", souligne-t-il, citant "l'expansion des groupes extrémistes, qui exacerbe les violences intercommunautaires, la multiplication des explosions touchant les forces de sécurité et les civils et l'accroissement du nombre de personnes déplacées". 

source: l'Express

 

samedi, 23 mars 2019 20:53

Sénégal v Madagascar : 2 - 0

C'est fait, le match Sénégal/Madagascar vient de donner son verdict avec la victoire des Lions sur la marque de 2 buts à 0. Un bon match, très vivant car malgré le score, les barea ont continué à produire un jeu plaisant et n'ont pas une seule fois baissé de rythme. Mbaye Niang, qui évolue à Rennes avec ses deux buts vient encore marquer son territoire de fort belle manière.Félicitations aux joueurs et à l'encadrement et vivement une victoire du Sénégal pour son match contre la Guinée demain à 18 heures, en catégorie U18.

L’attaquant sénégalais Sadio Mané juge "gênant" le fait de le comparer à son coéquipier de Liverpool Mohamed Salah, auquel il ne veut pas non plus que les fans essaient de l’opposer.
La radio communautaire UCAD fm, ’’La voix de Cheikh Anta’’, sera inaugurée le 22 avril, a annoncé, samedi, le recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Ibrahima Thioub.
Dakar, 23 mars (APS) – Le Forum scientifique du 139ème Appel de Seydina Limamou Lahi Al Mahdi (PSL) se tiendra dimanche, à 9h à la Place du Souvenir africain de Dakar, annonce un communiqué transmis à l’APS.

La réponse aux changements climatiques requiert l’implication de tous les acteurs, a estimé vendredi à Dakar, Michal Kurtyka, secrétaire d’Etat, vice-ministre de l’Environnement de la République polonaise.

Des véhicules et des motos d’un coût global de 436 millions de francs CFA ont été remis vendredi aux médecins-chefs de région, en vue de renforcer les activités de vaccination pour "l’amélioration des performances du Programme élargi de vaccination, notamment dans son volet mobile".
 
Le lot de 40 véhicules pick-up double cabine, qui fait partie de ce matériel, sera réparti entre 26 districts sanitaires, 12 régions médicales et deux directions nationales du niveau central, a précisé le directeur de cabinet du ministre de la Santé et de l’Action sociale, docteur Aloyse Waly Diouf.
 
Les 45 motos qui complètent ce matériel roulant, seront réparties entre 5 régions médicales qui se chargeront à leur tour du dispatching dans leurs districts considérés prioritaires.
 
"Ce dispositif logistique s’avérera déterminant dans notre combat pour l’amélioration des performances du PEV dont l’objectif est de vacciner tous les enfants du pays contre les maladies évitables", a dit docteur Diouf, en présence es bénéficiaires venus des 14 régions du Sénégal. 
 
Ce matériel est le fruit d’un partenariat avec l’’Alliance Globale pour les vaccins et l’immunisation (GAVI), dans le cadre de sa 2e phase de renforcement du système de santé (RSS).
 
Dans le cadre du programme GAVI, "les régions médicales reçoivent depuis trois ans des véhicules, du matériel, de la chaîne de froid et des ordinateurs portables pour appuyer les activités de vaccination de routine et de surveillance épidémiologique", a rappelé le médecin-chef de la région médicale de Dakar, docteur Ndèye Maguette Ndiaye.
 
Aussi, avec cette dotation, toutes les 14 régions médicales et les 77 districts sanitaires ont été dotés au moins d’un véhicule par l’Alliance GAVI, organisme mondial qui s’active dans la promotion de la vaccination pour les enfants. 
 
GAVI Alliance est un partenariat des secteurs public et privé sur les questions d’immunisation qui a pour but d’accélérer les progrès des pays pauvres dans l’accès des enfants à la vaccination.
 
APS
Page 11 of 38

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…