zao

zao

Aliou Cissé n’est pas le seul représentant de la génération 2002 à transmettre ainsi le témoin des succès passées. Omar Daf, Tony Sylva (adjoints) et Lamine Diatta (manager) font également partie du staff des Lions.

Pour cet ultime match de la première journée de groupes, la Pologne affrontait le Sénégal à Moscou. Les Polonais se sont inclinés deux buts à un.

À Moscou, aujourd’hui, pour le dernier match de la première journée de poules de cette Coupe du Monde russe, la Pologne et le Sénégal s’affrontaient. Deux équipes pas forcément habituées à jouer des phases finales de Coupe du Monde puisque 2006 était la dernière pour les hommes d’Adam Nawalka tandis que les Lions de la Teranga n’étaient pas arrivés à ce stade depuis 2002 et un joli quart de finale. Pour cette rencontre, le sélectionneur polonais décidait de se passer de Kamil Glik, remplacé par Cionek pour accompagner Pazdan. Côté sénégalais, Sadio Mané et Ismaïla Sarr étaient bien présents.

Cette rencontre avait bien du mal à débuter tant les calculs tactiques des deux formations étaient flagrants. On assistait donc en début de partie à des constructions stériles et à un festival de passes en retrait. Les Polonais, à l’image de Cionek, étaient bien en difficulté tandis que Milik et Lewandowski peinaient à exister devant. Malgré un statut de favori dans ce groupe, via le classement FIFA et l’étiquette de tête de série au tirage, les Aigles Blancs allaient se retrouver menés. De loin, Gueye tentait sa chance, le cuir était dévié par Cionek, symbole de la fébrilité des Slaves, dans ses propres buts (0-1, 37e). Peu de choses à signaler en première mi-temps même si Salif Sané, à la réception d’un corner, se retrouvait seul et plaçait sa reprise de la tête bien à côté (42e). On s’attendait alors de voir les aigles blancs se ruer à la cage de khadim Ndiaye en seconde période.

 Au retour des vesitiaires, Adam Nawalka décidait de sortir Jakub Błaszczykowsk, touché, pour faire rentrer Jan Bednarek. Les Polonais passaient donc en 3-4-3. Cela allait mieux et Lewandowski, sur coup franc, obligeait Khadim NDIAYE à se déployer pour éviter l’égalisation (51e). Moins de cinq minutes plus tard, sur un bon centre de la gauche de Rybus, Piszczek au deuxième poteau, seul, ne cadrait pas sa reprise (55e). Mais une nouvelle fois, les Sénégalais allaient trouver la mise. Alors que Krychowiak semblait tranquille, il envoyait, de façon incompréhensible, le ballon vers son gardien, mais Mbaye NIANG le prenait de vitesse, le doublait, puis marquait dans le but vide (0-2, 61e).

Les Polonais n’allaient guère mieux au fur et à mesure que le temps défilait, les difficultés techniques persistaient comme pouvaient en témoigner les nombreuses passes transversales ratées. Milik, particulièrement invisible jusqu’alors, aurait pu réduire l’écart, mais son extérieur du gauche passait à côté (70e). À son tour, Dawid Kownack, qui avait remplacé Milik peu de temps avant, n’était pas loin, d’une reprise de la tête, de réduire l’écart, sans succès (79e). Pourtant, les Polonais allaient trouver la faille. Sur un coup franc de Grosicki, seul, Krychowiak envoie un amour de reprise de la tête au fond des filets (1-2, 88e). Malgré d’ultimes tentatives, les joueurs de Nawalka ne parvinrent pas à refaire leur retard. Ainsi, le match entre la Colombie et la Pologne vaudra de l’or dimanche prochain. Tandis que sénégalais et japonais essaieront de maintenir le cap du deuxième tour en cas de victoire. Les lions de la téranga que l’on avait pas encore vu jouer sur ce registre viennent de déjouer tous les pronostics comme en 2002, alors qu’ils étaient considérés comme le petit poucet de leur poule. Une fois de plus ils ont su montrer leur savoir-faire sur le terrain. Chapeau à Aliou CISSE qui contre toute attente a aligné une équipe qui a su tirer son épingle du jeu. Quant à Sadio Mané le métronome de du Sénégal il a tout bonnement sacrifié son talent au profit du collectif en jouant assez souvent très bas., à l’image de Ismaila SARR.

Cette victoire es lions de la téranga sur les aigles blancs est bien méritée et des félicitations à CISSE d’avoir mis en place une équipe au mental fort et des choix tactiques qui ont permis de contrer ceux de Adam Nawalka. Seule équipe africaine à avoir remporté une victoire pour son premier match de groupe, le Sénégal vient de prendre une option sérieuse pour accéder au deuxième tour.

Alors, bon vent aux lions de la téranga !

mardi, 12 juin 2018 18:40

Idrissa SECK reprend de la voix

Après la levée de boucliers conter lui, Idy s'était emmuré dans un silence assourdissant; voilà qu'il reprend de la voix comme il l'avait promis au milieu de la houle. Dans une lettre, depuis la Mecque, il dresse un tableau sombre de la situation du Sénégal ; lettre dans laquelle il brocarde la gestion du Président Macky SALL.  Senpresse publie in extenso la lettre.

 Mambaye NIANG est-il tout simplement l'agneau sur la table du sacrifice ou est-il mouillé jusqu'aux coudes ? Comment, celui qui, s'est toujours constitué en rempart contre les sorties à l'encontre de l'APR et surtout du Président de la République  a t-il pu en arriver à ces extrêmes ?

A l’origine l’expression reposait injustement sur la réputation de bavardages futiles que les hommes faisaient aux femmes, parce qu'elles ne causeraient entre elles que de choses aussi peu intéressantes que les problèmes ménagers (d'où le patin) et de ceux liés à leur progéniture (d'où le couffin). Ainsi le patin-couffin rajouté à la suite d'une phrase ou d'une énumération indiquait qu'il n'est pas utile de la compléter, parce que la suite présenterait autant d'intérêt qu'une conversation futile.

Aujourd’hui il semble que ce soient les hommes qui excellent dans cet art, ignorant volontairement le proverbe « si la parole est d’argent, le silence est d’or ». En tout cas nos dirigeants doivent faire de ce proverbe une épée de chevet en ces temps où tout est source de polémiques au Sénégal.

Que se passe-t-il chez nous ? Déclarations sur déclarations et des débats et des polémiques futiles…

Après Idrissa SECK, c’est au tour du Président Macky SALL d’essuyer une salve de critiques après son intervention sur un prétendu dessert que l’on servait aux tirailleurs sénégalais ;  pourtant, pour l’histoire,  le titre de « tirailleurs sénégalais » étaient portés par des hommes venant de pays différents de l’Afrique Occidentale Française. Et puis quoi ? Qu’est-ce que cette phrase est venue faire dans cette cérémonie ? Quelle mouche pique nos dirigeants ces temps –ci ? Comment éviter à la nation ces polémiques puériles? Où sont les conseillers en communication? Autant de questions qui hantent les personnes de bonne volonté…

Au Travail, chers compatriotes et que vive le Sénégal !

lundi, 28 mai 2018 13:30

Nyepi: la journée du silence...

Etrange coïncidence ! comme les mots « nyepi » en Hindou et « noppi » en ouolof se rapprochent; le Nyepi, nouvel an balinais (île de Bali en Inde), est une journée de silence, de jeûne et de méditation.

En marge de la marche nationale des étudiants ce jeudi à Dakar, Alexandre Mapal SAMBOU de la coordination des étudiants de Saint Louis, est revenu largement sur le sens de la manifestation et l'audience que le Président de la République leur a accordée récemment. Voici la vidéo de l'interview sur Senpresse

Page 2 of 13

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…