zao

zao

Témoignage du Grand Serigne de Dakar, Abdoulaye Matar DIOP, par ailleurs vice président à l'Assemblée nationale

Le Président Macky SALL est prêt à amnistier Karim et Khalifa Sall, mais seulement après sa réélection, selon l'hebdomadaire "Jeune Afrique"...
Ce qui de toute façon semble fort bien corroborer les multiples déclaration des proches de ces derniers qui font état d'une grosse peur que nourrirait la Chancellerie à se mesurer contre eux pour les prochaines joutes électorales.

La peur se manifeste sous différentes formes : obsessions, perfectionnisme, addictions au travail, angoisses, agitation mentale, besoin de contrôle etc… D'ailleurs, nous sommes tous un peu victimes de la peur d’une façon ou d’une autre, sans même nous en rendre compte parfois. En reconnaissant l’utilité de la peur, on peut l’apprécier, l’apprivoiser et même s’en faire une alliée. De même que pour aller de l’avant, il faut prendre appui sur un point fixe : avant de transformer éventuellement la peur en autre chose, faudrait-il déjà savoir quelle est sa fonction positive.En exemple ce surcroît d’adrénaline pour fuir ou se défendre en cas de danger physique ou bien le développement de qualités de fond telles que la prudence, l’anticipation et la prévoyance, l’attention et la vérification, l’aptitude à prendre des précautions et respecter des mesures de sécurité, etc…

Cette émotion naturelle n’est donc pas à rejeter toujours ni à nier; cependant, les problèmes commencent quand on dépasse la mesure que ce soit en la refoulant, ou en se laissant déborder par elle !

Au-delà des fondements objectifs, qui peuvent justifier « raisonnablement » de considérer certains paramètres dans une analyse de risques, la plupart de nos peurs ne sont pas fondées. Elles ne sont que des ombres sur un mur, sans consistance véritable, mais tout de même capables de déterminer nos comportements, à notre insu. C’est ainsi que nous sommes tous plus ou moins victimes de peurs déraisonnables, chroniques, et inconscientes, qui n’apportent rien de vraiment utile…

Dans ce contexte, on est tenté de penser que cette déclaration du Président de la république constitue aujourd'hui un aveu forcé de sa peur de se confronter à Karim et Khalifa SALL. En effet, sa déclaration viendrait confirmer que ce que l'on a tenté de présenter partout comme une saine action de salubrité financière publique n'est que pure machination pour éviter des adversaires dangereux pour sa réélection". Enfin, tout comme le bien-être, ou la joie de vivre, il faut comprendre la peur en tant qu’un état, un processus dont les contenus sont inconsistants, mais dont il faut vraiment se libérer.

 

Né à Gaé, village situé sur la rive du fleuve Sénégal au Nord de Dagana vers 1853. Son père ' Ousmane SY aurait été assassiné par des bergers dans le Djoloff quelques mois avant la naissance de cet enfant toucouleur appartenant au clan Sissibé Souyouma du Fouta Toro.

S’il y a des leaders politiques qui ne perdent pas leur temps en fioritures et en querelles de bas étages, Ousmane Sonko en fait partie, lui qui actuellement en tournée politique aux Etats unis, continue de gagner en popularité et d'étendre son aura.

samedi, 10 novembre 2018 23:20

El Hadj Oumar TALL, Le Prophète Noir

«Il est courant en histoire humaine que la généalogie et la date exacte de la naissance d'un héros, d'un saint ou d'un Prophète se prêtent à diverses « versions». Hadj Cheikh Oumar Foutiyou Tall naquit à Alwar situé sur le marigot de Doué près de Guédé dans le Fouta Toro (Sénégal) en 1797, soit 1211 de l'Hégire.

Le bac sert-il encore à quelque chose ? Ce baccalauréat fut pendant longtemps une sorte de Graal inaccessible au commun des sénégalais. Premier grade universitaire, le bac a peu à peu perdu de sa valeur d’antan.

 Son enfance
À 'Aïn Madhi, un petit village situé dans le désert algérien à quelques kilomètres de Laghouat, se trouvait une humble demeure traditionnelle en terre. La modestie des lieux cachait en son sein une jeune épouse qui, dans un coin de sa maison et avec tout le courage qui caractérise les femmes de ces régions, venait d'enfanter un garçon qu'elle prénomma Ahmed. C'est ainsi qu'en 1150 de l'Hégire (1737/38) vint au monde Seïdina Ahmed Ibn Mohammed Ibn Mokhtar Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Page 7 of 21

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…