zao

zao

lundi, 02 avril 2018 15:03

Décès de Winnie Mandela

"C'est avec une grande tristesse que nous informons le public que Mme Winnie Madikizela Mandela est décédée à l'hôpital Milkpark de Johannesburg lundi 2 avril", a déclaré Victor Dlamini dans un communiqué.
Elle est décédée des suites d'une longue maladie, pour laquelle elle a été hospitalisée à plusieurs reprises depuis le début de l'année. Elle est partie en paix en tout début d'après-midi de ce lundi, entourée de sa famille.

Le landernau politique sénégalais s’enrichit d’une nouvelle entrée avec la déclaration d’Ibrahima Dème : «J’ai pris la décision de faire de la politique. Dans les prochaines semaines, nous mettrons sur pied un mouvement. Avant que la politique ne change les hommes biens, ces hommes biens vont changer la politique. Le patriotisme sincère doit être plus fort que la peur des menaces. Hier, Ousmane Sonko, aujourd’hui c’est moi et, demain, d’autres vont faire leur entrée dans ce champ politique qui est l’affaire de tous. Ensemble, changeons l’avenir est le message par lequel j’ai clôturé ma lettre et certainement le mouvement portera ce nom ! »

L’aveu est un acte, un acte de parole, qui modifie la donne d’une relation d’un sujet aux autres sujets. Sa valeur performative, au sens des linguistes, est élevée : il réalise l’acte même qu’il énonce. Il signifie une vérité cachée, soit exigée par un tiers, soit faisant irruption car inattendue. L’aveu fait réponse ou surprise. Comme acte, il ne ressort pas de la nosographie psychiatrique ou psychanalytique, pas davantage il ne relève d’une catégorie conceptuelle. On peut en faire d’ailleurs une psychologie, une sociologie; articulée à la déclaration sur RFI de Seydou GUEYE, porte-parole du gouvernement il en ressort que c'est une véritable exhibition sur la scène publique de l'objectif explicite du parti-état d'écarter purement et simplement Khalifa Ababacar SALL des prochaines joutes électorales. Objectif qui, dans ses aspects les plus flatteurs même démontre une volonté de remporter coûte que coûte un second mandat par forceps. Mais certains observateurs de la vie politique déclarent que la messe n’est pas encore dite pour l’édile de Dakar, car il lui reste encore des voies de recours pour pouvoir se présenter à la présidentielle de 2019. Cette sentence prononcée par le Tribunal, loin de décourager ses partisans lui vaudra au contraire un capital sympathie énorme au niveau des populations, qui pour la plupart pense qu’il fait l’objet d’une cabale politico-judiciaire. Donc, Seydou GUEYE, par une langue fourchue, a extériorisé tout simplement un désir enfoui au fond des joueurs de son équipe, écarter Khalifa Sall des prochaines élections ; ce refoulement est considéré par d’aucuns comme un aveu forcé. Jusqu’où comptent-ils vraiment aller pour se tailler des habits de second mandat ? Mais quand l’atteinte concertée aux principes du droit précède et organise la violence politique et la violence physique, seuls ceux qui en sont les responsables, devront l'assumer outre mesure. En tout cas, au-delà des diverses réactions qui fusent de part et d’autre, l’avenir qui n'appartient qu'à Dieu, nous réserve Lui, des surprises de taille. En attendant, méditons ces paroles de Clémenceau : "Retroussez vos manches et faites votre destinée"

Selon Me Boubacar Cissé, avocat de l'Etat « Le Tribunal a rendu sa décision en toute impartialité. Comme toute décision de justice elle fait des mécontents. Par exemple, étant partie civile dans cette affaire, le Tribunal n’a pas fait droit à la demande de réparation sollicitée par l’État du Sénégal. Par contre, en ce qui concerne les infractions sur lesquelles Khalifa Ababacar Sall et les autres étaient poursuivis, le Tribunal a relaxé certains prévenus. Par contre, il a déclaré Khalifa Ababacar Sall, Mbaye Touré et Yaya Bodian à 5 ans pour le délit d’escroquerie sur les deniers publics. Donc, par conséquent, le tribunal n’a fait qu’appliquer le droit », ajoutant que  : « C’est la loi qui dit que le minimum de la peine est de 5 ans. Et il n’y a pas de sursis en la matière, sauf si le montant détourné est remboursé. Or, il n’y a pas eu de remboursement. Il n’y a pas eu de caution, il n’y a eu absolument rien dans le dossier. Donc, le Tribunal est obligé d’appliquer la loi dans toute sa rigueur. La loi est dure mais c’est la loi.»

jeudi, 29 mars 2018 13:34

Abdou Mbow Clash L'opposition

Abdou Mbow  dégaine et tire sur l'opposition, suite à sa décision de boycotter la séance plénière avec le Premier ministre de cet après-midi. Il qualifie tout simplement ces députés d'"irresponsables", car selon lui "Une opposition responsable doit venir dire son mot à l'Assemblée nationale,  le lieu par excellence du débat démocratique".

Page 7 of 13

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…