Maam Cheikh

Maam Cheikh

lundi, 07 novembre 2016 18:43

Invocation Pour Femme Souhaitant Se Marier

Excellente journée à toutes et à tous. En cette période de Tabaski, Qu’Allah vienne au chevet des pères et mères de famille afin qu’ils puissent trouver de quoi fêter la tabaski sans endettement. Pour ce mardi, notre invocation sera réservée aux femmes qui ont des jeunes filles qui sont en âge de se marier mais qui ne trouvent toujours pas de mari. Ainsi, nous recommandons aux mères de famille se trouvant dans cette situation de faire ce rituel. Il incombe à la maman de convoquer ses filles et d’implorer le pardon d’Allah pour ses péchés. Puis faire le rituel ci-dessous :

Un Fatiha+ le verset 29 de la sourate 35 Inna Lazīna Yatloūna KitābAllāhi Wa 'Aqāmou Şalāata Wa 'Anfa qū Mimmā Razaqāhoum Sirrāan Wa `Alāniyyatane Yarjoūna Tijāratane Lane Taboūra

                                      إِنَّ الَّذِينَ يَتْلُونَ كِتَابَ اللَّهِ وَأَقَامُوا الصَّلَاةَ وَأَنفَقُوا مِمَّا رَزَقaنَاهُمْ سِرًّا وَعَلَانِيَةً يَرْجُونَ تِجَارَةً لَّن تَبُور

lundi, 07 novembre 2016 18:25

Construire Sa Légende Personnelle

« Si l’on dort 8 Heures par nuit, cela signifie qu’a l’âge de 60 ans, on aura déjà dormi 20 ans ! » « Le comble ! », aurait rétorqué toute personne à l’énergie débordante et à l’ambition truffée de volontés. Cette affirmation vient de Mame Cafa Sall, jeune as du développement personnel dont la pertinence n’est plus à démontrer. Debout devant plus d’une centaine de personnes, dans la prestigieuse  Salle Madiba de l’Hôtel Fleur de Lys, son verbe et la profondeur de ces propos ne laisse personne indifférent. Son habitude de répéter la fameuse question « c’est pas ça ? », comme pour s’interroger sur l’accord ou non de l’auditoire sur ces principes ainsi relatés.

lundi, 07 novembre 2016 16:00

Revue de Presse

L’arrivée du roi Mohamed VI, dimanche à Dakar pour une "visite d’amitié et de travail" au Sénégal, est l’un des sujets les plus en vue dans la livraison de lundi de la presse quotidienne.  "Le roi Mohammed VI, accompagné de son altesse royale, le prince Moulay Rachid, et du prince Moulay Ismaïl, est arrivé, hier en début de soirée à Dakar, pour une visite d’amitié et de travail au Sénégal", rapporte Walfquotidien.
"Accueil populaire pour le roi Mohammed VI", souligne le quotidien national Le Soleil, avec à sa une, une photo du souverain marocain et du président sénégalais Macky Sall, venu l’accueillir à l’aéroport de Dakar.
Le séjour de Mohammed VI "s’inscrit dans le cadre d’une visite d’amitié et de travail de trois jours. Il s’agit de la troisième visite officielle du souverain chérifien en trois ans après celles de mars 2013 et de mai 2015", précise le journal. "Un accueil chaleureux lui a été réservé par les milliers de personnes venus saluer leur hôte du jour, arrivé sur le sol sénégalais dimanche dans l’après-midi", note le quotidien L’Observateur.
De son côté, le quotidien Enquête fait savoir que le souverain chérifien "va signer avec son homologue sénégalais, le président Macky Sall, des accords portant sur la coopération entre les deux pays". "Des entretiens sont également au menu de la visite", selon ce journal. Un point relevé par Le Soleil également, selon lequel deux accords seront signés ce lundi par les deux parties. "Mohamed VI en pays conquis", soutient Le Témoin quotidien, signalant que les Marocains "contrôlent d’importants secteurs de l’économie nationale".
D’où ces propos du président sénégalais, rapportés par le quotidien La Tribune. "Entre le Maroc et le Sénégal, déclare Macky Sall, c’est une relation d’amour spéciale". Mais le Quotidien affirme que Mohammed VI est surtout "à Dakar pour séduire l’Afrique". "Après avoir annoncé son intention de retour à l’Union africaine 32 ans après, le Maroc veut se donner une nouvelle image en Afrique mais particulièrement au sud du Sahara", ce qui fait que la visite de Mohamed VI "indique à son pays une nouvelle voie menant à la diplomatie de développement", écrit le journal Le Quotidien. Outre la visite du roi Mohammed VI, les sujets politiques sont en exergue, avec par exemple la convocation du député-maire de SICAP-Mermoz Barthélémy Dias, demain mardi, devant la commission ad hoc de l’Assemblée nationale, dans le cadre d’une procédure de levée de son immunité parlementaire. "Le premier acte du procès à venir. Celui d’une approche violente de la politique, des coups bas et des règlements de compte. En quelque sorte le procès du régime sortant, qui risque d’être riche en déballages", analyse Enquête.
"Même s’il reste suspendu à la question des commanditaires, il y a 5 ans, des investigations ont été menées et des déclarations et révélations faites", relève le journal. Walfquotidien, qui revient sur la même information et parle de l’audition de Dias comme d’une "simple formalité". De toutes les manières, le député-maire de Sicap-Mermoz "a déjà affirmé sa volonté de voir ses collègues lui enlever son immunité parlementaire pour faire face à la justice dans l’affaire du meurtre de Ndiaga Diouf", écrit Walf quotidien.
Le député Barthélémy Dias, fils de Jean Paul Dias du Bloc des centristes gaïndé (BCG), est cité dans ce meurtre intervenu en 20112 dans une attaque contre la mairie de SICAP-Mermoz dont il est l’édile. Selon le quotidien L’As, "Wattu Sénégal", un regroupement de partis de l’opposition, a adressé "une lettre d’alerte" au présidant Macky Sall, dans laquelle les formations concernées font part de leurs préoccupations relatives au processus électoral, après "la refonte partielle unilatérale du fichier électoral (…)". Un peu dans la même perspective, Le Populaire rapporte que le khalife de Pire "clashe les politiciens". "Au Sénégal, dit le marabout, nous n’avons pas d’hommes politiques, mais plutôt des politiciens". Et d’ajouter : "Il y a trop de partis politiques au Sénégal, il faut penser à la limitation".
"Tanor, les mains liés", affiche Sud quotidien, au sujet du président du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) dont les membres "peuvent être élus par consensus sur proposition d’une liste présentée par le président de l’institution", Ousmane Tanor Dieng, par ailleurs secrétaire général du parti socialiste (PS). "Leur mandat est de un an, ils peuvent être rééligibles. Ce qui n’est pas le cas pour le président du HCCT, dont la longévité dépend des humeurs du chef de l’Etat qui peut le dégommer à tout moment", poursuit le même journal.

jeudi, 03 novembre 2016 18:29

Par Oustaz Mor Thiam

Excellente journée à toutes et à tous. L’invocation d’aujourd’hui vise à donner l’importance de ce groupe de mot que nous répétons sans connaître son utilité. En réalité, il s’agit de « yâ arhamar râhimîna » .Aujourd’hui, nous vous présentons l’un de ses avantages. En effet, celui ou celle qui a une urgence et qui souhaiterait qu’Allah l’assiste, l’aide à le résoudre, ou à l’obtenir, il peut faire invoquer Allah en répétant « yâ arhamar râhimîna » 284 fois. Ensuite clôturer le rituel par cette invocation.

Yâ Alîimou Yâ halîimou, wa anta bi hâlinà khabîrou, wa alà khilassina qàdîrou, wa houwa alayka yassîrou


يا أرحم الراحمين

يا عليم يا حليم وأنت بحالنا خبير وعلى خلاصنا قدير وهو عليك يسير

jeudi, 03 novembre 2016 14:32

Dip Sort l'Album TLK Ce Vendredi

Dip Doundou Giss, l'un des artistes les plus en vue de ce pays, lancera son Album TLK ("Tey la Kagne") demain. Le jeune rappeur ne cesse de connaitre un succés fulgurant. Confronté à des rumeurs de toutes sortes, Dominique Preira fournit pour seule réponse un Clip d'une originalité remarquable. "Témanéfi", comme pour donner suite à la Mixtape "Beus Niki Tey", est une vidéo qui fait office d'outro, et qui en dit beaucoup sur l'inspiration du jeune rappeur originaire de Grand Yoff. En seulement 4 jours, la vidéo vient d'atteindre les 100.000 "vues" sur Youtube. Aussi un concert gratuit, à l'honneur des 30 ans de Marie Stopes International, se tiendra demain soir à la place de l'obélisque, jour de sortie de TLK. Ce sera pour lui l'occasion de faire découvrir aux milliers de jeunes qu'il ne cesse de fasciner les titres les plus marquants de l'album. "Je ne fais pas que du Rap. Meme si cette musique demeure celle dont je m'adonnerai à vie, je compte m'ouvrir également à d'autres styles, et plein de collaborations sont en vue", a t-il soutenu lors d'une interview sur Vibe radio cette semaine.  

A cinq jours de l'élection présidentielle aux Etats-Unis, l'écart de ressert entre Hillary Clinton et Donald Trump. Les derniers sondages donnent Trump vainqueur dans plusieurs Etats clés. C'est donc là que Barack Obama a décidé de faire campagne pour son ancienne secrétaire d'Etat. Quatre jours de suite, le président sortant ne sera plus à la Maison Blanche, mais en Caroline du Nord, dans l'Ohio et en Floride, du jamais vu dans une campagne présidentielle. Et c'est notamment auprès de la communauté afro-américaine que Barack Obama met les bouchées doubles.

En 2008, 90% de l'électorat noir avait voté pour Barack Obama. Huit ans plus tard, les Afro-Américains sont bien moins mobilisés pour celle qui souhaite succéder au président sortant. Hillary Clinton est à la traîne notamment en ce qui concerne le vote anticipé. Exemple : il y a quatre ans, en Floride, à une semaine du scrutin, 25 % des Afro-Américains avaient déjà mis leur bulletin dans l'urne. Cette année, leur participation n'est que de 15 %.

Mercredi 2 novembre, Barack Obama a été l'invité du Tom Joyner Morning Show, une émission de radio matinale à l'audience largement afro-américaine : « Le vote afro-américain n'est pas aussi robuste qu'il devrait l'être. Je sais que beaucoup de gens chez le coiffeur, dans les salons de beauté ou dans les quartiers noirs se disent : "On aime Barack. On adore Michelle. C'était une expérience existante mais maintenant nous ne sommes plus aussi enthousiastes". Mais vous savez quoi ? Chacun d'entre vous doit comprendre que tout ce que nous avons réussi à faire dépend maintenant de ma capacité de passer le flambeau à quelqu'un qui partage les mêmes valeurs que moi. » Barack Obama ne fait donc pas seulement campagne pour Hillary Clinton. Il tente aussi de sauver son héritage politique que Donald Trump a d'ores et déjà promis de défaire en cas de victoire.

 

Source RFI.FR

mercredi, 02 novembre 2016 00:13

Reussir Un Entretien d'Embauche

Dress-code, langage, communication non-verbale... Au-delà de votre parcours professionnel et votre habilité à bien le présenter, les recruteurs sont également sensibles à votre attitude en entretien. Autant d'éléments à prendre en compte pour le jour J.


1. Tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler
Nous avons tous des tics de langage. Mais entre une discussion informelle entre amis et un entretien d'embauche, certains sont à proscrire, d'autant que cela peut être horripilant. Les "hein", "heu", "quoi" qui ponctuent les phrases sont à bannir. De même que les fautes de français : plus jamais de "si j'avais su, j'aurais pas venu" !

2. La forme, c'est le fond qui remonte à la surface
Votre CV est béton, votre parcours professionnel colle parfaitement à l'annonce à laquelle vous postulez. Et pourtant, le jour de l'entretien, vous n'arrivez pas à convaincre le recruteur ? Pour qu'un discours soit entendu, qu'importe le fond, il faut y mettre les formes. En clair, il est nécessaire de maîtriser l'intonation de sa voix pour mieux vendre votre présentation. En effet, il est difficile de croire qu'un candidat est dynamique s'il le dit d'une voix trop "molle"... Pensez aussi à la manière dont vous vous tenez face à votre interlocuteur, à votre jeu de mains ainsi qu'à votre regard. Même si cela peut paraître secondaire, le recruteur sera forcément sensible à la manière dont vous vous comportez.

3. Victime d'un mauvais dress code ?
En entretien vous êtes jugé à "55% sur votre apparence, à 38% sur votre gestuelle et à seulement 7% sur vos propos", explique Virginie le Cozic, directrice d'une agence de conseil en image. Si on peut regretter ce "diktat de l'apparence", une tenue adaptée en entretien est cependant un prérequis attendu du recruteur. A moins de travailler dans le milieu de la mode, le protocole veut que vous vous présentiez sous votre meilleur jour en entretien d'embauche.

4. Soyez inflexible avec la ponctualité
Jamais, ô grand jamais, vous ne devez être en retard à un entretien d'embauche, même si votre interlocuteur vous laisse ensuite poireauter. En cas d'imprévu, prévenez l'entreprise et faites votre mea culpa. Cela est considéré comme la moindre des politesses...

5. De l'art de discourir spontanément
Pour réussir son entretien d'embauche, il est nécessaire de l'avoir bien préparé. Sur la forme comme nous l'avons évoqué précédemment mais aussi sur le fond. Cela vous permettra d'être cohérent lors de votre présentation et de répondre du tac au tac aux questions du recruteur. Vous ne serez pas déstabilisé et vous pourrez alors lâcher vos fiches pour afficher un discours plus spontané. La confiance en soi est toujours payante : elle rassurera votre interlocuteur. Un bon point pour l'étape d'après !

6. Parlez-moi de vous...
Cette question piège demeure un classique de l'entretien d'embauche. Rien ne sert de stresser : le recruteur n'attend pas de vous un long monologue depuis votre naissance à aujourd'hui. Au contraire, le but est de tester votre capacité à synthétiser un discours clair en lien avec le poste et votre présence en entretien. Alors n'en faites pas des tonnes, soyez concis mais clair et vendeur...

7. Mon ancienne entreprise ? Tous des c... !
S'il est une chose à ne jamais faire, c'est bien de dire du mal de votre ancienne entreprise, ou de vos anciens collègues, hiérarchiques ou non. Même si c'est une des raisons pour lesquelles vous cherchez à partir, vous devrez légitimer votre actuel choix de carrière par un argument professionnel. Personne n'aime être critiqué et encore moins savoir qu'il pourra l'être...

8. Au revoir, et merci
Dernier point important lors d'un entretien d'embauche, la manière dont vous y mettez un terme. Si un recruteur vous demande à la toute fin si vous avez des questions, il est vital d'avoir noté - par écrit éventuellement - dans un coin de votre tête les points que vous souhaitez approfondir. Cela signifie que vous vous projetez déjà dans le poste et que vous prenez les choses à cœur. Enfin, pour conclure l'entretien, il est de rigueur de remercier votre interlocuteur, de lui dire au revoir et, encore mieux, de saluer les autres personnes qui vous ont accueilli. Sinon, le ou la personne à l'accueil aura vite fait de vous tailler un costard.

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…