«  Le réalisme occidental a pour pilier fort le matérialisme dégradant. Chez nous, l’archaïsme débordant hérité des traditions ancestrales sévit intensément. Voila deux éléments qui justifient largement le fait que nos natures profondes soient à jamais bafouées. »  Prophétie ne pouvait être plus significative pour dénoncer la pire des crises. L’auteur, lui, est l’un des hommes les plus influents de son époque, et un sage dont la pertinence a toujours eu pour préoccupation première un comportement perfectionné et mesuré de l’être.

 

 L’on a toujours conçu que les paroles et paraboles de Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy pèsent lourdement sur la conscience collective. Là, au-delà de la conscience, elle invite la nature profonde de l’individu à trouver un tremplin pour s’extirper de la pollution morale qui sévit dans le monde. Elle a pour centre de rayonnement une quête de matérialisme inouïe de la part de l’occident, mais aussi un obéissement à des traditions et superstitions tendancieuses. « Nous ne sommes nullement sur la bonne voie, et l’occident non plus. Heureusement que la main du seigneur nous est toujours tendue pour un retour aux réalités essentielles », stipule t-il dans le même discours, tenu à Tivaouane en 2009 dans le cadre du Gamou.

En 1994, dans Islam & Monde Occidental, Al Maktoum invitait l’occident et le monde musulman à se pencher sur une interpellation du prince Charles d’Angleterre. Elle visait une « jonction de haut niveau entre l’occident et le monde musulman. » Jonction qui, selon l’homme à la djellaba, avait quelque chose de particulier : « l’occident est une technique sans conscience, et l’islam une conscience sans technique ». Mais la variété de cultures qui détermine le monde islamique fait que les pratiques changent selon les milieux.

Au Sénégal, l’islam lutte tant bien que mal contre des traditions ancestrales (« aada » en wolof) qui prennent toujours le dessus sur les valeurs islamiques. L’illustration est de l’inconnu de la nation sénégalaise et auteur du légendaire « Khilàssou Zeuheub », Seydil Hadj Malick Sy (rta) : « Les traditions ancestrales prendront toujours le dessus sur l’islam au Sénégal. » Et pour servir une réponse à ses apôtres exigeant une prière qui puisse changer la donne, Mawdo rétorqua ce que nul ne l’avait jusque là entendu dire : « Mak dou gnàne loudoule naguou ! » (un patriarche n’invoque le ciel que pour voir sa requête acceptée et non l’inverse). Même la façon de manifester son engagement envers un guide religieux, ou encore d‘évoluer dans un cercle dédié à la sainteté, peut souvent être entachée de mesures et pratiques tournant le dos au ciel. Et le tonitruant Serigne Cheikh Mbacké Gaindé Fatma (rta) de s’insurger, en interpellant son compagnon de guerre Serigne Cheikh Tidiane Sy  :  « Faisons de sorte que celui qui est prit pour valet (beuk neeg en wolof) chez son maitre soit désormais considéré comme un digne serviteur et rien d’autre. » Serigne Moustapha Sy, lui, dénonce une forme de croyance semblable au fait de ne regarder que par un seul œil, c’est-à-dire de n’avoir d’yeux que pour quelqu’un-ce qui semble normal d’ailleurs-au point de croire qu’aucun autre n’existe ou n’a rien de bien dans ce qu’il fait-là se trouve le mal. Le leader des Moustarchidines va même plus loin en précisant : «  Ce n’est point notre présence dans l’édifice servant de mosquée qui intéresse le ciel, mais plutôt là ou nous nous trouvions avant d’y venir, et surtout notre destination après le geste de piété. » Voila pourquoi au-delà du fait d’accabler les gens de sermon, Serigne Cheikh Tidiane Sy avait opté pour l’action tendant à « former des cœurs nouveaux que rien ne saurait détruire ». Ce fut là ce qui justifie l’œuvre des hommes d’action de la trempe de Seydil Hadj Malick Sy (rta) et de Cheikh Ahmadou Bamba (rta). En effet, ils avaient pour seule préoccupation de s’improviser sentinelles afin que les pratiques traditionnelles ne puissent nullement prendre le dessus sur les vertus promues par la religion.

Le matérialisme dégradant est la pire des crises qui puisse secouer l’occident. C’est la suggestion d’un scientifique tout aussi intelligent qu’Albert Einstein, que l’on connait avec sa théorie de la relativité et sa bombe atomique. Il avait pourtant prédit un détonateur aussi puissant que la bombe C (Communication). C’est aussi la conception d’un penseur, Sidi Ibrahim Rayahi, qui nous confie dans ce domaine précis : « La formule qui fera exploser le monde des humains sera moins militaire qu’on le pense. » Et c’est enfin la confidence d’un mystique à l’image de Serigne Cheikh Tidiane Sy, qui nous édifie sur l’assertion de Rayahi : « Elle se résume en ceci : rendre nécessaire ce qui n’est qu’accessoire. » Il n’y a rien de plus inquiétant que cette percée du matérialisme, dans le sens ou elle ne semble pas « réfléchie » dans certains domaines. Les psychologues occidentaux se sont penchés la dessus, et ont prédit la fin de l’intimité. Quoi de plus simple pour illustrer le déséquilibre de la nature profonde de l’être que cette façon pour les technologies de prendre l’individu pour otage ?  « L’islam, avec ses milliards d’adeptes et son éternel besoin de se voir fournir en matière technique par l’occident, fait face à une situation plus qu’énigmatique », justifie Al Maktoum.  

L’essentiel, c’est de mettre l’accent sur la formule  « âmes plus vertus plus avoirs matériels égalent civilisation », enseignée par Al Maktoum qui s’est inspiré du coran. Pour lui, la dignité d’une civilisation-et, partant, de toutes les cultures-, se trouve dans le fait que l’âme prenne le dessus sur tout. Le sacré, c’est d’abord ce qui particularise l’équilibre de la nature profonde, désignée chez les gnostiques par le terme « tabiatoule hàal ». Et il y’a cette forme d’instrumentalisation de la jeunesse dénoncée toujours par le fils d’Ababakar Sy depuis plus de 60 ans à Diourbel. Il annonçait, à ce stade, que l’invention du téléphone, parmi tant d’autres outils, ferait que l’on aurait affaire à un type de jeune dont l’appartenance à l’espèce humaine reste à définir. Même l’imprimerie n’est pas en reste dans cette illustration du matérialisme dégradant , car l’édition n’a pas fournit que des milliards, elle sert aussi d’arme aux journalistes adeptes de l’horreur médiatique et autres écrivains avides de formules peintes d’une crise de logique inquiétante. Et là, il faut une autre chronique pour revenir sur cette anomalie qui guette l’humanité !

 

Maam Cheikh

Chroniqueur

 


This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.      

 
Au mois de juin dernier, le chef de l'Etat avait donné des instructions dites fermes à son gouvernement pour revoir avec le concessionnaire Senac les tarifs de l'autoroute à péage à la baisse. 
Lors d'un Conseil des ministres qui s'est tenu au mois de juin, Mouhamed Boun Abdallah Dionne et son gouvernement avaient instruits de boucler les discussions avec la société en charge de la gestion de cette infrastructure avant le 30 juin. 

Le 04 juillet 2018, le ministre des Transports terrestres Abdoulaye Daouda Diallo déclarait  : on est en train d'étudier sur instruction du président de la République, la baisse des prix du péage. Les tarifs sont chers. Le Président l'a lui-même constaté. Il a décidé de leur baisse. Maintenant, nous sommes en train de discuter avec le concessionnaire pour trouver le juste milieu, c'est-à-dire des tarifs qui sont acceptables. Non seulement pour assurer la rentabilité du projet, mais aussi pour permettre aux Sénégalais d'utiliser l'autoroute à moindre coût". Il ajoutait que normalement d'ici la fin du mois de juillet, la réduction du prix du péage devrait intervenir. 

Ce vendredi 03 août 2018, le Collectif citoyen des usagers de l'autoroute à péage (CCUAP) a convoqué une rencontre avec la presse pour rappeler au président de la République Macky Sall que son engagement pris de faire baisser les tarifs n'a pas été respecté.
 
P.A

Le rappeur américain d’origine sénégalaise s’active toujours dans le cadre de son projet « Akon Lighting Africa » qui constitue sa contribution, non négligeable, dans le développement du continent africain. C’est d’ailleurs l’hashtag qu’il a utilisé sur Instagram au moment de partager notamment une photo de lui en compagnie du président de la République Macky Sall. Il a également posté d’autres photos de lui en compagnie des populations du pays.

 

Senenews

Le président Macky Sall a finalement répondu favorablement à la demande générale des ressortissants sénégalais vivant à Madrid, en Espagne. Ce, en limogeant le Consul général de Madrid, Mouctar Bélal Bâ. Ce dernier était dans le collimateur des Sénégalais résidants. Ils se plaignaient tous de son comportement depuis sa nomination. Une semaine après, il a été rappelé à Dakar avant d’être remercié. Un audit est en train d’être fait au Consulat de Madrid concernant certains emplois, les finances et des marchés, etc. Actuellement, le Consulat est géré par le vice-consul.

Rewmi

mardi, 31 juillet 2018 00:46

ELZO JAMDONG-SAI SAI (Clip Officiel)

Écrit par

L’Agence spatiale américaine NASA (National Aeronautics and Space Administration) envoie une équipe de plus de 30 scientifiques américains et 21 télescopes mobiles au Sénégal pour une occasion astronomique unique de voir une occultation stellaire (lorsqu'un objet passe devant une étoile) d’un nouvel astéroïde de la Ceinture de Kuiper, connu sous le nom d'Ultima Thule, dans le cadre de la mission spatiale New Horizons de la NASA, a appris NdarInfo. 

En partenariat avec l’ambassade des États-Unis à Dakar et le ministère sénégalais de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), l’équipe effectuera des tests en dehors de Dakar avant de se rendre sur le terrain pour observer et capturer l’occultation aux premières heures du mercredi 4 août. Des scientifiques français se joindront à l’équipe de New Horizons. Cette mission aidera les scientifiques à en apprendre davantage sur les zones périphériques du système solaire et constitue un exemple de partenariat et de coopération scientifiques entre les États-Unis et le Sénégal. 

Le lundi 30 juillet, le ministère de l’Enseignement supérieur tiendra une conférence de presse avec l’ambassadeur américain Tulinabo Mushingi, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et des représentants de la mission New Horizons et du siège de la NASA. Il y aura également une table ronde avec des scientifiques américains, sénégalais et français sur l’observation astronomique à effectuer au Sénégal. L’ambassade des États-Unis à Dakar organisera également à Dakar un événement axé sur l’ingénierie des sciences et des mathématiques (STEM) avec la participation de scientifiques de la NASA, ainsi que des ateliers STEM à Thiès et Louga. 

  Lancée en janvier 2006, la sonde spatiale New Horizons de la NASA a survolé avec succès Pluton en juillet 2015 et continue d’explorer la limite du système solaire en observant des objets récemment découverts dans la ceinture de Kuiper, dont Ultima Thule, pour en apprendre davantage sur leurs origines. Le Dr Marc Buie, membre de l’équipe New Horizons du Southwest Research Institute (SwRI, Colorado), a découvert Ultima Thule en 2014. L’occultation d’août 2018, qui sera observée au Sénégal et en Colombie, est un événement clé de la mission New Horizons. 

Cette mission a été rendue possible grâce à la collaboration de nombreux partenaires travaillant avec la NASA. Le laboratoire de physique appliquée de l’université Johns Hopkins, au Maryland, a conçu, construit et exploite le vaisseau spatial New Horizons de la NASA et gère la mission de la Direction des missions scientifiques de la NASA. L’institut SwRI dirige l’équipe scientifique. De France, le Centre national d’études spatiales et l’Observatoire de Paris envoie des scientifiques participer à l’observation de l’occultation au Sénégal. Le ministère de l’Enseignement supérieur a travaillé en étroite collaboration avec la mission New Horizons et l’ambassade des États-Unis pour organiser les aspects logistiques et techniques de l’observation et coordonne une équipe de scientifiques sénégalais qui participeront aux observations. 

 

Ndar Info

samedi, 28 juillet 2018 01:13

Eclipse lunaire: vue de Yoff

Écrit par

L’éclipse de Lune vue de Yoff

Ce vendredi 27 juillet 2018, une éclipse de lune totale était visible à partir de 21h30 et pendant une bonne partie de la soirée. Ce phénomène rare se produit lorsque la lune est parfaitement alignée avec la Terre et le soleil, de l'autre côté. La lune pénètre alors dans l'ombre de la Planète pendant quelques minutes.

Page 1 of 163

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…