Des affiches de candidats à la présidentielle ont récemment fait l'objet de vandalisme à Yoff.

Ces pancartes situées à proximité de la mairie de Yoff  principalement, accrochées le long de la route par des candidats à l’élection présidentielle du 24 février 2019 ont été effectivement vandalisées. Il s’agit des pancartes des candidats Macky Sall, Ousmane Sonko, Madické Niang; et curieusement, même l’affiche de Bougane Guèye Dany qui trônait à l’entrée de Yoff depuis son congrès d’investiture, il y a à peu près deux mois a été vandalisée.
En effet un graffiti de couleur noire (certainement de l’huile de vidange) défigurant ces affiches, scandalise les populations. «Écoutez, c'est du vandalisme », commente un vieillard d’un air désolant devant les affiches du candidat Macky Sall maculée de noir;

Ces fauteurs de trouble qui se promènent la nuit pour perpétrer ces actes d’une autre époque savent-ils seulement qu’ils participent activement à l’escalade de la violence en cette période de campagne électorale ?
Ces gestes qui portent atteinte au droit d'expression, car les candidats ont le droit de mettre des affiches pour solliciter le vote des populations, démontrent ni plus ni moins un total manque d’esprit citoyen des auteurs. 

Devant ce spectre, les populations interrogées condamnent avec fermeté ces gestes qui nuisent au débat démocratique et avouent qu’elles ne seront jamais d'accord avec quelque acte de violence que ce soit et d’où que cela vienne.
Si les vandales prennent leurs actes pour anodins c’est parce qu’ils ne comprennent pas encore la gravité de leurs agissements.
Au moment où la construction citoyenne de la nation est plus que d’actualité au Sénégal, toutes les personnes de bonne volonté doivent barrer la route à ces pyromanes qui n’ont à l’esprit que l’embrasement du front social pour certainement profiter de la situation pour assouvir leur désir inavoué d'actes irrépréhensibles.

La haine et le vandalisme n’ont simplement pas leur place dans le débat démocratique. Alors Continuons à discuter et à échanger avec respect.

Faudrait-il alors rappeler le dicton ouolof qui dise que la violence n’épargne généralement personne…

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 158 fois
zao

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…