Ce matin du vendredi 9 février, la salle du Tribunal a accueilli Me Mamadou Diop, avocat, ancien maire de Dakar et actuel membre du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) qui a comparu en tant que témoin dans le procès de Khalifa Sall et Cie. Tout comme le maire de Dakar, il a soutenu que la caisse d'avance a servi pour des fonds politiques. Soutenant avoir été acteur politique pendant plus de 45 ans, durant lesquels toutes les actions politiques  ont été financées par ces fonds. À l'époque, un arrêté du ministre qu'il contresignait, valait mandat pour le percepteur qui payait; "depuis 1964, ces fonds existent; on l'affectait au cabinet du maire, et c'est différent des deniers publics. Les fonds ont existé avant l'évènement de la réglementation des fonds publics", a-t-il indiqué au cours de son audition.

Voici une partie de son audition :

- Avocat de la défense Me Khassimou Touré : Est-ce que vous connaissez les finances publiques en général ?
- Mamadou Diop : En 1971, j’ai enseigné  les finances publiques à l’Université. Cheikh Anta Diop Dakar. J’ai écrit  des livres sur les finances publiques.
- Avocat de la défense Me Khassimou Touré : Il a eu à connaitre les fonds politiques en tant que maire de Dakar ?
- Mamadou Diop : En 1964, M. le président, ce sont des fonds politiques mais ce n’est pas autres choses. Il y a une grande réforme de la municipalité de la ville de Dakar. Et nous étions la seule commune à y bénéficier, et instituer par le président du conseil de la municipalité. Quand nous devions recevoir des hôtes, des acteurs politiques étaient financés par des fonds politiques. Le Président Senghor avait accepté d’inscrire les crédits dans le cabinet. Ces fonds servaient à alimenter les chefs religieux. J’ai eu à gérer ces fonds politiques. Le décret portant réglementation de la caisse d’avance, la procédure est d’ordre politique.  J’étais responsable politique pendant 45 ans. C’est fonds sont nécessaires pour n’importe quelle action politique. C’est le décret 2003 qui régit les deniers publics. Dans tous les grandes ministères de souveraineté vous verrez des dépenses diverses. Et c’est nécessaire pour la vie de l’Etat. Pour trouver que sont des fonds politique, ne couvre pas ni la procédure ni quand. A qui concerne le domaine commun il y a le budget de la ville. Le maire ne voit pas la couleur de la caisse d’avance. Quand j’ai été député j’ai  géré les fonds politiques de l’ancien président Senghor. Si on se permet maintenant pour dévoiler les choses, c’est fini pour la République. Je suis en train de décrire la gouvernance du pays. J’ai 82 ans, 60 ans de service de l’Etat.
Le procureur : Est-ce que vous utilisiez les fonds politiques en donnant des fausses justifications.
Mamadou Diop : Les fonds politiques n’ont pas de traces. Ce que je donnais à Senghor n’avait pas de traces. Vous n’avez pas le droit de me parler comme ça. Pour les fonds politiques on ne laisse pas de traces. Ce sont des fonds communément appelés les actes de gouvernement.
Le procureur : Est-ce que vous utilisiez les fonds politiques pour financer votre parti ?
Mamadou Diop : Dans ce monde qui peut vous expliquer qu’il n’a pas utilisé de fonds politiques.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 674 fois
zao

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…