C’est depuis la France que Malick YOUM a réagi suite à son exclusion du parti socialiste avec six de ses camarades, exclusion prononcée par Abdoulaye Wilane après la réunion du bureau politique du PS qui s’est tenue le vendredi 05 janvier 2018 à la maison du Parti . Voici en intégralité sa réaction :


« Ce samedi matin, nous avons appris que sept camarades du Parti Socialiste en France ont été exclus entre guillemets du Parti  par Ousmane Tanor Dieng et ses petits porteurs d’eau. Mais c’est d’une banalité extrême, car en temps normal on aurait dû considérer que c’est une décision extrêmement grave, ce qui, aujourd’hui,  n’est pas du tout le cas. Notre objectif est très clair, il s’agit de lutter pour la sauvegarde de l’héritage du Président Léopold Sédar Senghor mais aussi du Parti socialiste qui est une institution qui au-delà même des militants appartient à l’ensemble des sénégalais et une institution qui appartient à l’histoire du Sénégal, car la construction de l’avenir de ce pays ne se fera pas sans nous. Et c’est donc, en pleine conscience que nous avons fait le choix de ne pas entrer dans cette dynamique opportuniste en suivant la ligne alimentaire tracée par OusmaneTanor Dieng. Nous avions su en le mettant à la tête du parti qu’on avait fait le choix d’un leader contesté que les sénégalais n’aiment pas du tout, et ce n’est pas un hasard de dire que c’est l’homme politique le plus détesté de l’histoire du Sénégal ; nous avons tout fait et nous venons de comprendre  que c’est une personne qui ne vaut pas grand chose et que d'ailleurs, les sénégalais ont raison sur nous. Le choix que nous avons fait est un choix assumé, un choix clair, c’est celui de vouloir une reconquête du pouvoir ; c’est lui qui n’a pas d’avenir politique, il n’en a plus et il le sait très bien ; c’est donc son droit le plus absolu de vouloir suicider le parti ; nous ne le ferons pas et nous lui ferons face ; donc toute son histoire d’exclusion n’a aucune espèce d’importance pour nous et ce qui nous importe aujourd’hui, au moment où nous parlons, c’est la libération du camarade Khalifa Ababacar SALL, et entre autres aussi, la fin de la déportation du citoyen sénégalais Karim Meïssa Wade et de tous les prisonniers politiques. Le Sénégal n’appartient pas aux parents de Macky SALL. Nous nous battrons, et si lui, a fait le choix de ne pas  se battre, c’est son droit le plus absolu, nous le combattrons et nous continuerons à le combattre jusqu’à se qu’il sorte du parti. D’ailleurs nous avons tous appris que l’APR vient d’acquérir un terrain de 2 000 m2 pour construire un siège, mais pourquoi construire un siège ? Ils en ont déjà un, qui est la Maison du Parti gérée par le porteur d’eau Ousmane Tanor DIENG ; alors qu’ils y aillent, car cela permettrait de ne pas les voir dilapider des fonds publics ; voilà notre position. Autre anecdote, tous les camarades qui ont été exclus dont moi-même, nous en rigolons, car c’est extrêmement banal… »


Malick Youm et ses camarades promettent dans les jours à venir de s’étaler plus en détails sur cette affaire qu’ils qualifient de banale et rigolo, comme quoi la guerre des tranchées est loin d'être terminée.

Évaluer cet élément
(2 Votes)
Lu 279 fois
zao

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…