Serigne Moustapha Sy déclare, le 14 mai 1989, à Tivaouane : « La politique, c’est l’art de savoir transcender, mais avec sagesse, humilité et savoir-faire. » Une maxime beaucoup plus profonde que ce que nous livrent les manuels politiques, plutôt orientés vers cette conception connue de tous, et qui veut qu’il s’agisse exclusivement de gestion de la cité.

Il n’y a que les grands de l’islam qui savent user d’une psychologie de la profondeur en vue de définir les choses. Après tout, si gestion il y’a, il n’en demeure pas moins que l’on se doit d’identifier les piliers d’une telle œuvre. Sagesse, humilité et savoir-faire peuvent donc être considérés comme les éléments- moteurs de la barque qu’est Sunugal. Et le comble, c’est que des hommes dont le courage surpasse une simple audace pour frôler une légitimité-encore plus crédible qu’une simple légalité-se sont emparés de la pirogue pour mener le peuple à bien.

Une nouvelle aventure vient d’être entamée avec des hommes purs. Le tremplin n’est autre qu’une éducation spirituelle. Une façon de se rappeler ces propos de la tonitruante Fatou Sow Sarr : « ll faut que la spiritualité fasse partie intégrante des critères de choix des chefs politiques légalement élus ou nommés. »   La sociologue a sans nul doute compris que ce qui a toujours été à l’origine des tracasseries des sénégalais n’a rien à voir avec les communautés religieuses et autres organisations sociales, mais qu’elle est de l’ordre des leaders politiques. Bien sur, dans chacun des deux camps, il y’a à la fois des usurpateurs et des fanatiques, mais il faut reconnaitre que ce que l’on peut appeler dignité humaine se fait rare dans les instances de décision pour laisser place à une absurdité qui ne dit pas son nom. Et un proche d’Al Maktoum, professeur à l’Université de Sorbonne, de trancher : « Chez les africains, les religieux ne sont point plus obscurantistes que les politiciens. C’est l’Afrique toute entière qui doit faire des efforts dans ce domaine. Il ne suffit pas d’un bon discours en langue occidentale pour être apte à un tel bouleversement. »  Qui pour être prêt à s’embarquer, et affronter intempéries et « monstres de mers » de toutes sortes pour arriver à bon port. Les adeptes de la politique à l’état pur sont, dans tous les cas, plus que déterminés à faire le voyage.

Un Sall peut en cacher un autre ! Le capitaine de bord du navire, El Hadj Issa Sall, aime à répéter à ses camarades de parti : « Je suis passionné de chiffres, j’aime tout ce qui a trait à des calculs, aussi risqué soit-il. » Qui disait que les chiffres gouvernent le monde (et donc le Sénégal) et parlent d’eux-mêmes ? Et il y’a que cela signifie que c’est le pragmatisme qui fera office à la fois de mot-maitre et de maitre des mots pour le fondateur de la prestigieuse Université du Sahel. Et Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy, cette légende qui demeure une référence pour la tète de liste du PUR, de s’incruster : « Seule l’action concrète est à même de faire évoluer un pays. »     

Il faut être Serigne Moustapha Sy, ce catalyseur socio-politique dont le combat pour l’équilibre est vieux de plus de quatre décennies, pour servir de chef d’exploration pour une telle expédition. Il faut incarner une sagesse aussi authentique pour pouvoir contrôler une telle initiative sans pour autant s’afficher. Ce à quoi un marin à bord du navire, Cheikh Tidiane Sarr, définit ainsi : « Le soleil n’a nullement besoin de séjourner sur terre. De la haut, il éclaire tout. » Ce qui signifie qu’il reste à la hauteur des moindres sollicitudes. 

Sur le tableau de bord du navire, est inscrit : justice, développement solidarité. Les trois ont en commun le fait de faire partie intégrante des fondamentaux de l’équilibre social. Et qui dit équilibre social dit un certain sens d’incarnation d’un comportement social distingué. Ce qui fait assez souvent défaut dans le champ politique sénégalais. Serigne Moustapha Sy se lamentait : « L’homme politique sénégalais confond la collaboration à la manipulation. » Il s’y ajoute cette façon plutôt ingrate de « servir » ce pays, et qui s’apparente à ces propos d’un politicien à l’homme du 15 mars : «Au Sénégal, plutôt mourir que de perdre un portefeuille ministériel. » Et Al Maktoum, qui a su, lui, tenir un parcours politique remarquable et remarqué au sein du P.S.S (Parti pour la Solidarité Sénégalaise), de lui répondre avec la franchise et la sérénité qu’on lui connait: « C’est donc le protocole qui vous séduit et non le travail. »  

N’est-il pas temps que le peuple sénégalais s’éveille face au spectacle désolant qu’offre l’assemblée nationale ? En attendant, la barque avec pour intitulé « PUR » invite tout un chacun à s’engager. L’ancre sera bientôt levée. Son drapeau flotte, avec les couleurs verte et blanche qui la caractérisent. Les hommes à son bord se veulent des médiateurs accomplis au service du peuple. La présence de chacun d’eux symbolise aussi celle d’une bouée de sauvetage. Certains s’embarqueront, d’autres, plutôt tentés mais effrayés à l’idée de faire un voyage en mer périlleux, préfèreront rester à bon port tout en priant que les choses se passent plutôt bien. Une troisième catégorie d’hommes, plutôt ridicule, préfèrera rester tout en incitant les autres à en faire autant, ou encore en incarnant une jalousie maladive à l’idée de voir que les choses s’entament plutôt bien. Dans tous les cas, dire que les adeptes des mouvements religieux-bien que c’est plus profond ici, puisqu’il s’agit de mouvement spirituel- ne devraient pas s’engager politiquement serait ignorer l’histoire sainte, et par là l’action du Prophète de l’Islam (psl) en tant que stratège, chef de guerre et chef politique. Et il aimait comparer la conscience limpide de ses compagnons-contrairement à celle des tenants du pouvoir- à l’esprit d’un martyr. Et le poète, séduit par le courage et la rigueur qui règne au sein du navire PUR, de chantonner :

« Des bleds les plus reculés aux planètes lointaines tel mercure

   Je vous jure et par là vous assure

  Que jamais engagement et allure

  N’ont été aussi authentiques et purs

  Aussi sensés tels l’histoire sainte en écriture

  Nullement entachée et sans aucune bavure

  O Moustarchides ! Sachez que si cela perdure

  Vous réaliserez là une mission d’envergure ! »

 

Maam Cheikh

 

 

 

  

 

 

 

 

Évaluer cet élément
(9 Votes)
Lu 3242 fois
Plus dans cette catégorie : « Jeunesse & Sens de Créativité

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…