« Je préfère le mot entrepreneur à celui de chef d’entreprise ! J’entends par celui-ci décider, choisir, guider. Le terme Chef, par contre, me rebute. A moins que ce ne soit pour une cuisine! » Ces propos d’une entrepreneuse française devenue immensément riche en lançant sa start up revêtent du sens. Ils portent en eux le cachet du profil du parfait leader, différent du « Boss ». Celui-ci incarne toutes les facettes du personnage charismatique qui sait faire booster les choses alors que celui-là n’a d’yeux que pour un prestige qui en dit beaucoup sur son gout pour l’exigence et la sévérité, parfois dérisoires.

Etre un leader, c’est d’abord faire la paix avec soi-même. C’est donc plus psychologique que protocolaire. Parce qu’il s’agit là d’une attitude à adopter. Quand on n’arrive pas à faire preuve d’un équilibre avec soi, on ne peut nullement exceller, et ceci dans aucune sphère que ce soit. Mieux vaut donc commencer à être exigeant avec…soi même ! Et Mahatma Ghandi de professer : « Incarnons le changement que l’on veut voir. » En tant que jeune leader, il faut avoir pour tremplin pour la réussite une conscience de soi, celle là qui a fait de Steve Jobs, Babacar Ngom ou encore Dangoté des catalyseurs dans leur domaine de prédilection. Cela passe nécessairement par des exigences dont une parfaite Gestion du Temps, une Rigueur dans l’atteinte de ses objectifs, une capacité d’adaptation aux changements de situations intempestifs…

Les experts du Marketing aiment à évoquer le concept de SWOT qui, en français, souligne quatre éléments : les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces. N’est-ce pas là les composants d’un diagnostique que tout leader devrait pouvoir effectuer en permanence. Il est bien de constater ses points forts, remarquer ses « cotés sombres », voir ses opportunités et déceler ses menaces ! Quand on tourne le dos à tout ce qui semble négatif à nos yeux, sous prétexte que l’on a peur de faire face aux obstacles, il revient souvent avec une force remarquable !

Un leader sait se comporter en « perfectionniste » en matière de relations humaines. Il est le premier DRH de sa structure. Il sait exactement en quoi chacun de ses collaborateurs-le terme « employé » étant banni de son jargon- contribue à son succès. Quand le moral est au plus bas niveau, il sait redresser tout un chacun. C’est ce qui justifie le fait qu’il soit nécessaire de faire preuve d’un sens de la rhétorique mesuré dans le domaine du leadership. Parce que savoir prendre parole en public est un art, arriver à maitriser le verbe de sorte qu’il soit le fondement d’une communication interne considérable dans une équipe en est une autre.

Le comble pour un vrai leader, c’est de se rendre compte que tout se passe comme il faut et ceci pendant un bon moment. Après tout, entreprendre va de paire avec un gout prononcé pour le risque et…les contraintes ! Elles ne sont que des obstacles faits aussi bien pour être franchis que pour  tirer des lecons qui permettent de prendre des décisions qui font avancer. Meme l’échec nage à jamais dans ce sillage. Quand on n'échoue pas, c’est parce qu’on a rien tenté. Alors, en leader avisé, apprenez à échouer !

Maam Cheikh

 

A Lire aussi sur www.dakarstartup.com

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 1291 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…