Editorial. La réunion des ministres de l’intérieur des Vingt-Huit mardi a confirmé ce que tout le monde redoutait : l’Europe reste incapable de trouver une issue commune à ce sujet majeur.

Editorial du « Monde ». Autant l’ampleur de la crise migratoire à laquelle est confrontée l’Europe depuis 2014 était imprévue, autant le blocage politique qu’elle provoque au sommet de l’Union européenne était annoncé. La réunion des ministres de l’intérieur des Vingt-Huit, mardi 5 juin, à Luxembourg, a confirmé ce que tout le monde redoutait : l’Europe reste incapable de trouverune issue commune à ce sujet majeur, qui n’en finit plus de ravager le paysage politique de nos démocraties.

Dernière en date, la petite Slovénie a à son tour succombé, avec le soutien actif du premier ministre hongrois, Viktor Orban, aux sirènes d’un parti anti-immigration qui devrait participer à la formation du prochain gouvernement à Ljubljana.

Au clivage Est-Ouest, entre des pays d’Europe centrale, ouverts depuis peu à la libre circulation des personnes, radicalement opposés à l’idée de se voirimposer par Bruxelles des quotas de réfugiés, et une Europe de l’Ouest campant sur le principe de solidarité, s’est ajouté un clivage Nord-Sud, entre pays riverains de la Méditerranée dans lesquels arrivent la grande majorité des migrants et ceux qui souhaitent éviter d’être leur destination finale.

L’affrontement est désormais inévitable

Ces clivages sont compliqués par la progression des mouvements populistes – en partie favorisée par les polémiques sur l’immigration – au sein de l’UE. Ces partis sont aujourd’hui au pouvoir dans plusieurs pays d’Europe centrale et participent à des coalitions gouvernementales en Autriche, en Slovénie, en Belgique.

Mais c’est surtout la victoire du Mouvement 5 Etoiles, en Italie, en mars, et la formation d’un gouvernement avec la Lega d’extrême droite qui précipite le débat. Avec la nomination du chef de file de la Lega, Matteo Salvini, au poste de ministre de l’intérieur, l’affrontement est désormais inévitable. Pendant la campagne électorale, M. Salvini a promis d’expulser un demi-million de migrants.

Le problème – que, dans son cynisme, M. Salvini fait mine d’ignorer –, c’est qu’à l’heure actuelle l’organisation du retour des immigrés clandestins dans leur pays d’origine est quasi impossible. La grande majorité des demandeurs d’asile déboutés, en réalité, restent en Europe, dans des conditions précaires.

Le Monde

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 539 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…