Energie du Mali (Edm Sa) a sollicité et obtenu de Senelec une cession de 20 MW pour combler son déficit de production d’énergie. La signature de ce contrat, qui positionne le Sénégal comme vendeur d’énergie, a eu lieu, hier, au siège de Senelec.Le Sénégal se positionne désormais comme vendeur d’énergie compte tenu de l’existence d’excédents de production sur le réseau interconnecté. Le contrat d’achat signé entre Senelec et Edm Sa en est la première et belle illustration. Cette signature marque une nouvelle étape entre deux pays unis par l’histoire, la géographie et la nécessité de réinventer l’intégration sous régionale, de la rendre plus dynamique à travers la multiplication d’actions de coopération.



Selon Dramane Coulibaly, directeur général de Edm Sa, cet accord permet au Mali de mieux gérer la pointe et d’employer une solution moins onéreuse pour engager d’autres investissements. « C’est une étape importante dans la perspective d’une meilleure intégration communautaire. Il convient, aujourd’hui, d’explorer toutes les possibilités sous régionales pour un partenariat dynamique et de réfléchir ensemble sur les mécanismes de résorption de certains déficits qui s’expriment de manière particulière pour chaque pays », a affirmé M. Coulibaly non sans souhaiter que d’autres chantiers soient mis en œuvre. Il a toujours existé des échanges entre le Sénégal et le Mali. Ce dernier a bénéficié, pendant quatre ans, des installations de la Centrale électrique du cap des Biches, lors de la crise malienne. Cette signature de contrat de cession de 20 MW doit ainsi être « considérée comme un acte de coopération pris sous l’angle typiquement commercial. Nous espérons aller au-delà des 20 MW », souligne Mouhamadou Makhtar Cissé, directeur général de la Senelec, convaincu que l’avenir du marché sous-régional dépend beaucoup du dynamisme de la coopération inter-étatique. Il a indiqué que des travaux sont en cours pour améliorer l’interconnexion ; ce qui facilitera le commerce de l’énergie entre les pays.

Par ailleurs, M. Cissé a précisé, à l’endroit de ceux qui doutent de la pertinence de cette option, que le Sénégal n’a pas de problème de capacité de production. Le fait que certaines localités ne disposent pas d’électricité est davantage lié à un problème de connexion avec le réseau que de capacité de production. Cela requiert des investissements. C’est pourquoi, souligne-t-il, l’Etat a fait du transport et de la distribution d’électricité une priorité.

le soleil

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 134 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…