Chez nous, la plupart des gens cherchent en vain ce qui est enfouit dans le tréfonds de leur nature profonde, ou mieux, ce qu’ils sont : le Bonheur. En effet, la plupart des sénégalais se sont déclarés comme devant réaliser tous leurs rêves pour être heureux. Et s’ils prenaient le chemin inverse ?Il ne suffit pas d’une belle femme, d’un mari riche, d’un compte en banque plein aux as ou encore d’une villa pour se considérer heureux. Bien sûr, chacun de ces éléments peut, d’une façon ou d’une autre, contribuer à équilibrer un aspect de notre vie. Mais il suffit que l’on perde l’un d’eux pour emprunter le chemin de l’angoisse et de la déception. La réalité est tout autre. C’est simple, commencer par vous déclarer heureux avant de verser dans la quête de la réussite. Si l’on attend d’avoir tout ce qu’on souhaite pour l’être, on risque de voir la vie passer devant nous à une vitesse telle que l’on n’aura nullement le temps d’en profiter convenablement. Et un artiste à la voix d’or et au talent remarquable de chantonner : « On passe le temps à faire des plans pour le lendemain, pendant que le beau temps passe et nous laisse vide et incertain. »

Il faut donc se déclarer heureux dès le départ, et ceci de façon très simple : se sentir animé d’un sentiment de plénitude. Etre heureux, c’est s’identifier par rapport à ses qualités, ses forces, ses aptitudes…C’est ne pas se prendre la tête quand une situation complexe se présente. Soit c’est un problème, et donc avec une solution, soit c’est un faux problème, et forcément sans solution ! Dans tous les cas, la réflexion et les efforts permettent toujours de trouver une issue. Etre heureux, c’est se dire que tout est parfait. Les situations les plus difficiles peuvent faire souffrir le mental et le corps, mais au-delà de ça, il y’a une opportunité aussi grande que le mal que l’on vit. Malheureusement, peu de sénégalais connaissent ce principe. Quand on fait face à un obstacle, à défaut de s’improviser acteur pour le franchir, on devient une victime. Etre heureux, c’est se dire que la clé de notre bonheur n’est guère entre les mains d’une autre personne.

Enfin nous évoluons dans une société de consommation. Société dans laquelle les « marchands de plaisirs » rivalisent avec le bonheur. L’on pense qu’avec tout ce qu’on désire avoir sur le plan matériel, en plus d’être entouré par les personnes avec qui on souhaite vivre, on peut s’estimer comblé. Tant s’en faut. Si l’on ne peut être heureux seul, l’on ne le sera jamais avec la femme la plus vertueuse que l’on puisse rencontrer, ou encore l’ami le plus sympathique qui existe sur terre. Apprenons à être heureux seul, avant de tenter toute aventure allant dans ce sens.

                                                                                                                                                                                                                                          Maam Cheikh

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1010 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…