L’amour est comme une publication sur Facebook. Dés qu’on s’y met, Il y’a ceux qui « adorent notre couple », emportés par une émotion le jugeant trop parfait. Ensuite, Il y’a ceux qui aiment, soit consciemment parce qu’imbus d’un désir de nous voir heureux, soit inconsciemment parce qu’a jamais fascinés par nos moindres engagements. Enfin, il y’a les amis de vos amis qui en sont informés par ceux qui partagent, et qui ont des avis différents sur la nouvelle situation. Chez nous, on sert des « je le connais ce gars, c’est un coureur de jupon de la pire espèce ! », des « franchement, il aurait pu trouver mieux que cette fille », ou encore des « j’aimerai bien savoir ce qui l’attire chez ce gars ». Et, à l’image de Facebook qui multiplie les « j’aime »-Eh oui ! Parfois on vous en met plus que vous en avez, pour vous inciter à poster encore et encore-, nos émotions « multiplient les désirs », et on « exagère » sur les qualités de l’autre, le jugeant parfait. En Marketing, il y’a un principe universel qui détermine la vie d’une entreprise, et qui s’apparente à nos relations amoureuses : c’est le fameux L.M.D (lancement Maturité Déclin). A l’image d’une entreprise qui vient de naitre, une relation passe par une première phase où tout ce qui brille est de l’or. On vante l’autre, on devient moins performant au boulot ou en classe, parce qu’emporté par des pensées qui vont et reviennent sans cesse. Le timbre de la voix de l’autre, au téléphone, est si doux et si tonitruant qu’il devient une symphonie que l’on écoute à longueur de journée. Certains n’hésiteront pas à s’éloigner d’un proche sous prétexte que le voyant l’a « vu » et reconnait qu’il ou elle risque de gêner l’épanouissement de son couple. « Sa xarite bou gatt bou khéess bi yéenné woula sa wadji dé, moytouko ! » (ton amie de courte taille au teint clair est comme jalouse de ta nouvelle vie de couple, sois sur tes gardes). S’il est vrai que les défauts de l’autre s’affiche à ce moment précis, il est de nature que prés de 90% des gens ne les voient pas, parce qu’aveuglés par des sentiments. C’est le fameux « masque sentimental » qui ne fait que nous avons l’impression de vivre le paradis sur terre. Même nos gouts musicaux changent. On préfère plutôt être bercé par un Crazy Love d’Akhlou Brick Paradise plutôt qu’une chanson qui retrace les réalités de notre pays ou procure des leçons de vie. La vie, notre vie en tant qu’amoureux, c’est l’être aimé ! La maturité, c’est lorsque survient de façon parfois ubuesque une situation que l’on n’attendait pas. Il suffit d’une colère chez l’autre, d’un malentendu ou d’une dispute pour qu’on se rende compte que tout n’est pas rose. C’est d’ailleurs ce que la plupart des femmes sénégalaises avouent après quelques années de mariage. « Il était plus doux, plus romantique et plus attentionné avant », lâchent t-elles souvent, nostalgiques d’un passé qui ne se renouvellera jamais, et ceci pour une raison simple : la psychologie du bonheur nous enseigne que toute chose convoitée, cherchée et obtenue perd, à nos yeux, la valeur qu’elle avait tout au début au fil du temps. Rare sont les couples qui résistent au temps et ses vicissitudes. Sur les réseaux sociaux, une bloggeuse au sens de l’humour décapant et à l’inspiration débordante confie : « Au début, sur Facebook, c’est des «Adja nob djeukeureum » (Adja, folle amoureuse de son mari), des « Awa Bou Doudou Diop », (Awa, l’épouse de Doudou Diop). Avec les conflits, elles finissent par enlever ceci pour mettre leur propre nom. Quand intervient une rupture ou que l’homme leur trouve une coépouse, c’est là qu’elles nous mettent des «Adja la tigresse » ou des « Awa sopey yayam » (Awa, admiratrice de sa propre mère) ! » Souriez, mais réfléchissez, c’est plein de sens. Et il y’a que ce sont les obstacles qui doivent faire grandir un couple, et non le réduire à un niveau où tout n’est que conflit. Parce qu’à l’image de l’entreprise qui cherche le moyen de sortir d’une zone de turbulence dans le cadre d’une crise, c’est le moment idéal pour corriger certaines failles, et non se laisser emporter par des émotions négatives. Enfin le déclin est synonyme de rupture en amour. C’est le moment où seul deux options se présentent : rompre de façon momentanée, pour ensuite trouver le moyen de préconiser une solution ou de voir une tierce personne le faire, ou se séparer à jamais. Là, un leader d’un mouvement spirituel au Sénégal a su attirer l’attention de tous dans un de ses discours, en stipulant : « Avant de verser dans la haine où une colère inouïe à l’égard de votre épouse, vérifiez ce qui constitue l’origine du mal. Sa réaction peut être soit influencée par un autre ou par des pratiques d’ordre mystique. » C’est que, presque partout dans le monde, un couple est composé de deux personnes. Au Sénégal, ce peut être trois, quatre, dix, ou même une quinzaine de personnes, chacun voulant imposer son « expérience de 30 années de vie conjugale » ou encore sa « maitrise de la psychologie de vie de couple ». Maam Cheikh Coach en Développement Personnel Chroniqueur This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. 76 517 03 84

Évaluer cet élément
(11 Votes)
Lu 655 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…