La réponse est OUI.
La souveraineté monétaire peut permettre à un pays de pouvoir manipuler sa politique monétaire en toute autonomie pour faire face aux chocs économiques.
Le franc de la Communauté des Français d'Afrique (CFA) est un véritable frein au développement de l'Afrique.
Je vais me baser sur quatre principes pour montrer cela:

1. La fixité de la parité par rapport à la zone euro. c'est à dire 1 euro = 655,957franc
2. La libre garantie illimitée de convertibilité par le trésor français du Franc CFA.
3. La libre transferabilité des Fonds.
4. La Centralisation des réserves de changes (compte d'opération de la france)
Pour ce qui est de la fixité de la parité elle constitue un obstacle majeure au développement de l'Afrique. En Afrique nous avons des économies de marché, c'est à dire que ce sont les ventes qui determinent les achats. Ce qui rend notre balance commerciale déficitaire. Cette fixicité nous empêche de pouvoir faire face aux chocs extérieurs. Par exemple, si le cout du baril du pétrole baisse, nos économies ne sont pas autonomes encore moins flexibles pour répondre à cela. Il y'a aussi la détérioration des termes de l'échange (le prix de la voiture Peugeot aurait grimpé dans le temps, beaucoup plus que celui de l'arachide).
Le deuxième axe est basé sur la libre convertibilité. Elle est VIRTUELLE , elle est aussi FAUSSE. Par exemple, le commerçant Sénégalais a du mal à convertir son franc CFA (zone BCEAO) contre celui du commerçant Camerounais (zone CEMAC). Et cela entrave les echanges en Afrique.
Le Troisième axe souligne la libre transférabilité des Fonds. Elle est dangereuse pour nos économies qui sont trop faibles. Elle facilite les détournements de fonds ainsi que les fuites de capitaux, car nos économies manquent de pouvoir de contrôle sur la masse monétaire.
Enfin le quatrième axe est la centralisation des reserves de change. Imaginons qu'aujourd'hui qu'on nous demande de bloquer 50% de nos avoirs dans le compte d'opération de la France.Cela n'a pas de sens, puisque si on en vend 100, les 50 resteront ici et les 50 autres dans le trésor français. Ce qui bloque le developpement de l'Afrique.
En somme, il nous faudra une monnaie commune Africaine qui pourrait être arrimee sur un panier de devise avec une flexibilité qui permettrait de faire face aux chocs asymétriques. Par conséquent, j'invite les gouvernants, les jeunes, les femmes, les étudiants et les chercheurs à y songer davantage car l'Afrique nous appartient. Disons NON a la colonisation financière et économique.
Par M. Gaye Babacar
Économiste Statisticien
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

Évaluer cet élément
(4 Votes)
Lu 1201 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…