AUX CHAMPS DES COURS ...
    Il est un endroit dans ce Sénégal, un lieu pouvant être considéré comme étant un centre de rayonnement d’où émane des effluves de connaissances multi - dimensionnelles : Tivaouane. Ce pôle d’attraction où viennent s’abreuver les assoiffés de lumière divine, de nourriture mystique, de sciences inter – universelles…et que sais-je encore, tout cela tiré du Coran Sublime éclairé à la Lumière de la Sunna du plus illustre des Prophètes (paix et salut sur lui). Il est dans cette ville sainte, un endroit où l’on trouve tout ceci, une université unique : le champdes courses ou bien le champ des cours magistraux devrais-je dire, là où les esprits rachitiques n’ont pas leur place.

   
    Il s’y déroule, depuis 1902 et l’instauration du Mawlid par Seydi El Hadj Malick SY, une manifestation unique de par son importance. Importance malheureusement ignorée par la majorité des gens, qu’ils s’y rendent d’ailleurs ou pas. Il devient alors urgent de se demander, en vérité : Quel est le sens réel du Mawlid ? En quoi la commémoration du Mawlid contribue à la formation du musulman ou du disciple tidjane ? Celui qui a déjà répondu à ces questions avant de se rendre à Tivaouane sait ce que son âme, son cœur et son esprit vont puiser en ce lieu symbolique ; là où les esprits rachitiques n’ont pas leur place.

    Parmi les illustres professeurs qui y dispensent des cours magistraux, Cheikh Seydi Mouhamad Moustapha SY, Responsable Moral du DMWM ; qui comme ses prédécesseurs EL Hadj Malick SY, Al Khalifa Ababacar Sy, Cheikh Ahmed Tidjane Sy étanche la soif de ceux qui sont venus s’abreuver à La Source. Avec toujours le même objectif : la réconciliation entre ESPRIT et MATIERE, en faire les deux facettes d’une même pièce. Faire passer, au travers des enseignements du Prophète et à la lumière du Coran l’homo faber devenu l’homo sapiens à une dimension supérieure lui permettant d’inter agir avec son Seigneur Très-Haut. C’est-à-dire délester l’homme des pesanteurs de son Nafs (anti valeurs) pour lui permettre de devenir HUMAIN ; je veux parler de la « spiritualisation » de l’homme.
    Il le fait depuis bientôt 40 ans avec brio et sobriété, efficacité et effacement (contrairement à ce que pensent certains), toujours dans des endroits symboliques : là où les esprits rachitiques n’ont pas leur place.  

    Aucune surprise de sa part, toujours clair et direct, il a disserté sur tout ; tandis que ceux qui tentent de le neutraliser au travers de la presse, (parce qu’aujourd’hui on ne tue plus à la pointe de l’épée mais plutôt à la pointe de la plume) alourdis et scotchés au sol qu’ils sont par leur pesanteur ; eux n’ont disserté « Presque rien sur presque tout » comme disait Jean d’Ormesson. Vile et puérile tentative, le Coran ayant déjà répondu dans la Sourate An-Najm :

28. alors qu'ils n'en ont aucune science : ils ne suivent que la conjecture, alors que la conjecture ne sert à rien contre la vérité.
29. écarte-toi donc, de celui qui tourne le dos à Notre rappel et quine désire que la vie présente.

« ils n’ont aucune science… » dit le Coran, ils ne sont mus que par des intérêts pécuniaires et une pseudo réputation, « corsaires de la plume et de la parole ». Mais comme son illustre grand-père Maodo, il a tout subi, tout entendu et cela, à l’instar du Prophète. Je cite Alphonse de Lamartine : « et son acceptation du rôle de scandale public parmi ses concitoyens ». Puérile et vaine tentative disais-je, comme tous ses devanciers, Serigne Moustapha SY vogue au-delà des océans. Le grand Cheikh Ahmed Tidjane Chérif n’avait-il pas chantonné :
    Nous avons laissé derrière nous des éléments indomptables,
        Milles océans en fureur !
    Comment voulez-vous que de simples fluctuants aient,
        La prétention de nous lancer un défi ?
 
    Triste réalité que celle d’aujourd’hui qui permet aux « vas nu-pieds » de prétendre aux loges alors que leur rôle était de bâtir les cités. Leur partition n’étant ni de forger des cœurs ni de guider des âmes, ni même de prétendre diriger quoi que ce soit.

Alors, face à cet état de fait et comme son illustre père, Serigne Moustapha SY a opté pour le parti du poète, dans l’altitude et la sérénité, chantonnant :

    « Ô MON ESPRIT, ELEVES TOI VERS LES HAUTEURS,
        ET VAS TE PURIFIER LOIN DE CES MIASMES NAUSEABONDES ! »

Là où les esprits rachitiques n’ont pas de place !

Contribution :
Thiam Net.

Évaluer cet élément
(6 Votes)
Lu 1238 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…