Au Sénégal comme à l’échelle du Cosmos, la condition humaine ne cesse de se dégrader tant l’assaut des agressions multiples continue de bousculer les lignes de frontières entre l’espèce humaine et les autres.  Si notre environnement physique reste visiblement pollué du fait des déchets solides, celui moral et spirituel  continue de baigner dans les eaux troubles  de la perfidie, de l’ignorance, des malices, des mondanités et de la cupidité. Dieu, dans son redoutable Pouvoir, a assisté à la chute de toutes les divinités qui rivalisaient avec Sa Grandeur. Il n’a laissé subsister que la « monnaie », ce malin génie à qui Il accorde une infime partie de Son Souffle  au point de devenir la finalité et la mesure de toutes les relations humaines. L’hyper puissance du secteur bancaire est une raison supplémentaire pour nous en rendre compte.  L’humanité semble courir frénétiquement vers une perte dont la cause profonde constitue le confinement  des échanges humaines  dans le matérialisme et dans la recherche absolue, et à tout prix, d’un luxe étincelant, reléguant ainsi le raffinement moral au bas de l’échelle des conquêtes. Ce chaos dégradant interpelle la conscience de tout individu épris d’un sens de responsabilité car l’univers demeure un et indivisible et que son anéantissement n’épargnera personne. Dans un contexte marqué par l’incertitude quant à son avenir, l’humanité doit se réinventer et imaginer les futurs possibles pour nous maintenir dans ce que nous avons de plus humain.

Mais fort heureusement, l’espoir est permis. Dans sa fameuse Taissir, l’illustre Cheikh Elhadi Malick SY (rta) nous apprend que si ce n’était le jaillissement de cette lumière que constitue l’âme de Mouhammad (PSL),  le Cosmos resterait éternellement dans les secrets du néant et ne connaitrait jamais le « bang » du big  bang, cette fameuse explosion primordiale qui s’est produite  il ya 13,8 milliards d’années, lançant l’univers dans une expansion folle à partir d’un état extrêmement petit, chaud et dense. D’où la nécessité d’exalter son âme, à chaque souffle de notre vie,  à chaque fois que Dieu nous gratifie de la chance d’assister à l’anniversaire de sa naissance. L’exaltation de son nom est une source de grâce. Sa prière sur l’humanité, une source de salut.

Avec le Mawlid, l’occasion est offerte à tout un chacun, encore une fois, de  s’incliner devant la grâce infinie du « Sceau des Prophètes », «Source des lumières  », pour espérer trouver le chemin de la quiétude et du relèvement des âmes. A la suite de Bussairi, nous implorons le Seigneur d’accorder Sa bénédiction et Son Salut, toujours et à jamais, à Son ami (Mouhammed), la meilleure des créatures, dans leur totalité.

En tant que « vide » dans sa plénitude, source de la complexité et de la beauté de la création, Mouhammad (PSL) demeure l’éternel homme en qui nous espérons trouver refuge contre le chaos destructeur du Malin Génie. 

A cette nouvelle occasion de célébration de sa naissance, les amoureux pourront-ils retenir leur sanglot et dissimuler leur passion et le feu ardant qui les consument, à l’évocation des noms et vertus subliminales d’AL Moustapha (PSL), cette créature d’exception ? En tout les cas, le Champs des Courses de Tivaouane est paré de ses plus beaux atours pour nous fournir la réponse à cette interrogation, bien sûr, sous la coupe réglée et la complicité du guide spirituel des moustarchids, détenteur du verbe sublime, l’homonyme de l’ « Elu de Dieu » (PSL).

Mame Khalifa

 

Évaluer cet élément
(5 Votes)
Lu 1155 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…