Un pré-colloque organisé en prélude de la 16e édition de la FILDAK s’est tenue hier, mardi 14 novembre au Théâtre national Daniel Sorano. Cette rencontre a été l’occasion de décorer cinq éminentes personnalités et acteurs de la littérature. Le ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, revenant sur l’engagement du gouvernement à renforcer la promotion du livre, a affirmé que «la culture est un facteur de mise en mouvement et de travail. Raison pour laquelle, pour l’année 2018, 5 milliards a été prévu pour le budget de ce volet et 500 millions seront consacrés au livre».


La 16e édition de la Foire internationale du livre et du matériel didactique de Dakar (FILDAK) ce sera du 22 au 27 novembre  prochain au Centre international pour le commerce extérieur du Sénégal (CICES). Le thème de cette année sera articulée autour de «Livre, jeunesse, économie: défis du développement». En prélude à cette foire du livre, un pré-colloque a réuni hier, mardi 14 novembre, les acteurs au Théâtre national Daniel Sorano. Le ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, qui a présidé la rencontre, s’est félicité de «la volonté de l’Etat de consacrer plus de moyens à la culture, tordant ainsi le cou à toutes ces fausses allégations qui prétendent que l’Etat ne fait pas beaucoup pour ce secteur important de notre vie nationale». Il approfondi en informant que «l’Etat du Sénégal consacre 5 milliards 172 millions  de F Cfa à des aides directes allouées aux acteurs culturels et aux producteurs de biens culturels de valeur».
 
Ce pré-colloque a été un cadre idéal pour primer cinq figures de la littérature sénégalaise «qui, par la qualité de leurs productions et leur renommée, participent à rehausser l’image de la littérature sénégalaise». Il s’agit de Sada Kane, Fatou Niang Siga, Abdoulaye Racine Senghor, Amadou Sad Dia et Saloum Sadiakhou. Deux d’entre eux ont partagé leur point de vu concernant cette estime que la nation a manifesté à leur endroit. Des honneurs et des hommages ont été rendus à ces écrivains qui n’ont pas terminé de nourrir leur passion pour l’art de l’écriture. «Un jour mémorable pour toute la communauté littéraire. Je me réjouis de ce prix qui m’est décerné et je tiens à inviter tout le monde à lire et essayer d’écrire pour ceux qui ont du talent, pace qu’il faut préparer la relève et renouveler les personnes qui écrivent», a lancé l’écrivain  Abdoulaye Racine Senghor.
 
Le doyen Sada Kane clame que, même étant journaliste, il se sent plus proche des écrivains que de ces confrères. «Je ne dis pas que ce prix n’est pas un honneur parce que j’en ai eu beaucoup. J’ai eu des distinctions nationales et étrangères. Mais celle-ci m’est particulière et me touche parce que ça vient du ministère de la Culture», a dit Sada Kane. Une passion qui tend à renforcer la promotion du livre, de la littérature a ajouté Sada Kane. «J’ai eu à animer des émissions littéraires et je peux dire que je consacre la plupart de mon temps à la littérature. Et à chaque fois que l’on me prime, c’est une incitation à persévérer, mieux faire», a-t-il affirmé.
sudonline

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 862 fois

Contact

SENPRESSE Site d'information générales
Adresse contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Service Commercial : 77 459 42 33
 
 

Site Web

http://linguaspirit-international.com/
http://www.piccmi.com/
http://www.asfiyahi.org/
http://mourchidtv.sn/

 

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…